Colère et émotion après l’immonde du 13 novembre.

Non, on n’a pas créé des monstres, comme je l’ai entendu sur BFMTV.

Non, l’éducation n’a rien à y voir comme je l’ai vu écrit sur Facebok.

Non, se réfugier sous la culpabilité ne dédouane en rien les islamistes que l’islam ne dénonce pas suffisamment et en tout cas, pas en masse.

Le « pas d’amalgame » a bon dos. Cela n’empêche pas d’appeler un chat un chat. Des djihadistes ont crié « Allahou Akbar » et ont tué des innocents. Ce ne sont pas des fous, des déséquilibrés, mais des gens élevés dans la haine.

Oui, ces personnes étaient fichées et la France ne s’est pas donné les moyens de les neutraliser avant l’acte.

Oui, tous les symboles de la République ont été visés. Journalistes défenseurs de la liberté d’expression, policiers défenseurs de l’ordre, militaires, Juifs, aficionados de foot, de musique, de terrasses parisiennes, en fait, tout ce que détestent les bafoueurs de liberté qui ne rêvent que de voir leur drapeau noir et monstrueux hissé sur les toits de Paris.

Oui, nous avons besoin de fermeté, de condamnation générale – et de masse de la communauté musulmane appelée à se désolidariser clairement et à œuvrer pour aider à dénoncer ces groupes de radicaux, fous de D-ieu.

Non, il n’est pas admissible que la police n’entre pas dans les quartiers sensibles et ait laissé proliférer depuis des années d’infâmes prêches dans les mosquées qui ont favorisé le recrutement et le développement de ces cellules meurtrières !

La France va-t-elle se réveiller ?

La France va-t-elle reconnaître le terrorisme partout où il fait rage ? Va-t-elle encore condamner Israël lorsque des Juifs sont assassinés, dans une discothèque, dans un bus, ou plus récemment à coups de couteau ?

La France va-t-elle prendre la mesure de sa responsabilité dans ce qui la touche ?

Va-t-elle continuer à céder sur ses valeurs essentielles ?

Va-t-elle continuer aussi, au nom d’une politique pro-arabe, à se prostituer ?

La promotion récente de l’Arabie saoudite (championne des décapitations, crucifixions et lapidations) au Conseil des droits de l’homme des Nations unies, le tapis rouge qui s’apprête à être déroulé au président de l’Iran (où les violations des droits de l’homme n’ont eu de cesse d’augmenter), l’égard accordé à Mahmoud Abbas, l’amitié avec le Qatar (connu pour son esclavage des travailleurs étrangers, ses punitions corporelles diverses etc.), ont de quoi nous interpeller… Traiter avec des pays finançant – directement ou indirectement le terrorisme – est abject, et l’argent ne saurait être une raison valable à ces relations sordides.

J’oubliais : tous les commentaires entendus ce jour -soit, quelques heures seulement après ces attentats – s’accordent pour dire qu’on s’attendait à de tels événements.

La police avait même, le matin du 13 novembre, fait des exercices pour s’entraîner à l’horreur, envisageant tous les scénarios macabres imaginables (ou non), dont l’hypothèse de cette simultanéité d’attaques dans les rues de Paris. Les criminels étaient aussi en partie connus, déjà identifiés.

Tout cela est loin d’être rassurant.

Que va-t-il se passer maintenant ? Un élan de solidarité, des condamnations internationales, une immense manifestation populaire, des mesures de sécurité plus drastiques, et après ?

J’espère en l’offensive plus qu’en la défense, j’espère en la conscience et non la résignation, j’espère en une réaction forte contre les milieux fanatiques islamistes, au démantèlement des organisations terroristes et de leurs filières, je ne veux plus entendre le « pourquoi en sont-ils arrivés là ? ».

Parce qu’il n’y a rien d’autre à dire sur l’immonde et la barbarie que de les combattre, définitivement et sans complaisance aucune.

J’espère en un monde meilleur, où le « Même pas peur » est un acte de résistance et d’action.

J’espère en un réveil qui, vite, rétablira les choses à leur juste place, car même quand je ferme les yeux, je ne dors pas. Je pense à la monstruosité, au désastre.

En hommage aux victimes, je voudrais seulement rappeler que tuer des hommes n’efface en rien leur existence. Que leur mémoire survivra bien au-delà de leur vie écourtée. Comme il est impossible d’enterrer l’Histoire, même en détruisant un patrimoine culturel…

La vie dépasse largement notre quotidien. La beauté est bien plus puissante que la laideur. L’humanisme, bien plus élémentaire. Et tellement évident pour qui est un homme, et non un lâche.

Face au terrorisme, les djihadistes ne doivent rencontrer que force et dignité. Après les pleurs.