Vivre sous les roquettes, un climat sous tension permanente pour les Israéliens du sud

Ashkelon, Beer-Sheva ou encore Sderot, les habitants de ces villes ont régulièrement été exposés aux tirs de roquettes du Hamas à Gaza. Une situation encore peu évoquée par la plupart des médias populaires français, qui bien souvent ne rendent compte que de celle des Palestiniens de Gaza en occultant celle des Israéliens vivant à proximité.

Crédit : Miriam Meyer

Lors de ce reportage sur la situation des Israéliens du sud, nous sommes allés à la rencontre des habitants de Sderot dans le but de recueillir des témoignages et d’entendre leur avis sur ce qu’il se passe. Un climat de guerre qui pour la plupart des Israéliens du sud n’est plus supportable, malgré la mise en place du dôme de fer conçu afin d’intercepter les roquettes, il n’en est pas moins que les villages ou villes à proximité de Gaza demeurent touchés par l’explosion de celles-ci.

Beaucoup de ces habitants réclament des mesures plus concrètes et estiment que le problème sera résolu lorsque le Hamas sera renversé ainsi que ses équipes militaires. De plus, nous comprenons que tous les accords du monde ne changeront jamais le principal projet du Hamas.

Les récentes attaques ainsi que celles de 2014 par le Hamas démontrent bien que ce groupe terroriste n’a aucune volonté de paix et de coopération avec le gouvernement israélien. La principale idéologie étant de mener une guerre afin d’éliminer Israël, le Hamas vise les forces armées israéliennes mais aussi la population civile, et ne semble même pas s’inquiéter pour la population de Gaza.

Nous comprenons par ailleurs que ce groupe terroriste étant également un parti politique, dispose d’aides financières internationales dont la plupart proviennent des pays du Golfe et permettent au Hamas de se renforcer.

Pour se protéger de ces attaques, les habitations israéliennes à proximité de Gaza (2,5 km) sont équipées d’abris anti-bombe, ainsi, dès que les sirènes d’alerte retentissent, les habitants n’ont que quelques secondes pour rejoindre cette pièce sécurisée. Nous avons pu visiter plusieurs habitations en construction à Sderot, toutes équipées de la pièce sécurisée comprenant une porte blindée et des murs plus résistants aux impacts.

On nous explique que bien que cette situation soit insupportable, les habitants sont malgré tout habitués à vivre avec la guerre. Les abris ne sont pas seulement conçus dans les habitations mais dans d’autres infrastructures telles que les écoles par exemple, qui sont amenées à fermer lors des attaques provenant de Gaza.

Abris de sécurité – Crédit : Miriam Meyer

De nombreux Israéliens du sud ont le sentiment d’être laissés de côté et de faire face à une importante indifférence. On dénonce le fait que toute la lumière est portée sur les civils de Gaza, en oubliant que les principaux responsables sont à la tête du Hamas et du Jihad islamique et ne désirent en aucun cas la paix et la sérénité pour chacun.

« Le problème est dans la nuance, certaines personnes n’acceptent pas le fait que des civils israéliens puissent souffrir de la situation aussi. Voilà ce que pensent les gens, ça n’intéresse pas grand monde de savoir que des Israéliens sont touchés par des bombes. ».

About the Author
Miriam a 22 ans et est étudiante en Lettres modernes. Elle s'est lancée dans le journalisme indépendant il y a quelques années et exerce principalement en Israël.
Comments