USA: antisémitisme au parti démocrate

Le parti démocrate américain (PD) change. Il comprend désormais des antisémites notoires.

C’est ainsi, par exemple, puisqu’elle n’est pas la seule, de la représentante (députée) démocrate américaine Ilhan Omar. Celle-ci s’est crue autorisée à s’en prendre publiquement aux citoyens américains de confession juive. En bonne antisémite, elle accole aux Juifs tous les préjugés qui ont fait tant de mal (les Juifs et l’Argent, les Juifs et la Puissance, etc). Elle confirme la banalité des préjugés antisémites, notamment une « double allégeance » des Juifs américains aux Etats-Unis d’Amérique (USA) et à Israël.

Ces propos sont stupides, antisémites, et dépassés.

Propos stupides, au moins pour deux raisons. La première : la « double allégeance » concerne Omar elle-même !
La seconde : les citoyens dans le monde attachés viscéralement à deux ou plusieurs Etats sont désormais légions.

Propos antisémites, puisque cette « double allégeance » ne prend pas en compte le patriotisme exemplaire des Juifs américains. Cet attachement pluridimensionnel est considéré aux USA comme exemplaire et cité en exemple. Par ailleurs, la « double allégeance » est un poncif antisémite éculé qui réapparaît régulièrement dans la sémantique de la haine contre les Juifs. Omar pense ainsi astreindre les Américains juifs à justifier de leur patriotisme.

Propos dépassés comme l’est cette représentante, puisque le monde évolue vers des sociétés mouvantes, dites « nomades » par les sociologues. Ce, tant sur le plan des professions, sur celui de l’habitat, etc. Le caractère figé, ségrégationniste, antisémite des propos d’Omar en constituent l’exact contraire.

Les aboiements publics de cette antisémite déshonorent le mandat qu’elle a reçu du peuple américain, violent le statut de la chambre des représentants, la loi fondamentale américaine (constitution), la loi et l’ensemble des règlements américains et internationaux prohibant la haine en général et la haine antisémite qui a ravagé l’Humanité depuis tant d’années en particulier. En adoptant la dialectique antisémite, Omar tourne le dos aux valeurs suprêmes du pays et du peuple qu’elle est sensée représenter pour se rapprocher des dictatures et autres théocraties djihadistes. Enfin, elle salit les indemnités parlementaires qu’elle ne manque pas de percevoir en toute impunité.

Les tergiversations au sein du parti démocrate (PD)-majoritaire à la chambre des représentants- n’honorent pas ce mouvement. Elles n’ont pour l’instant pas permis d’exclure Omar, de la réprimander ni de s’en désolidariser. Si le silence démocrate devait persister, il s’agirait d’une inquiétude politique et institutionnelle par un précédent antisémite tels qui sont désormais avérés en Europe.

Les réactions extérieures au PD sont nombreuses et importantes. Parmi elles, celle du président des USA. Donald Trump a réagi entre-autres, par un tweet aux déjections d’Omar et consorts. Il y évoque précisément l’ensemble des principes moraux et légaux, universels et américains, qui prohibent telles diffusions de haine antisémite.

Les arguments politiques de préparation électorale concerne tous les courants américains. Ils ne sauraient réaliser une quelconque excuse à l’abandon circonstancié des principes constitutifs des USA.

Il ne serait pas vain, compte tenu de l’évolution de l’antisémitisme aux USA (attentats, etc), de procéder à des enquêtes judiciaires sur les individus qui osent s’exprimer comme le fait Omar.

About the Author
Pierre Saba
Comments