Un peuple s’est levé pour sa liberté. Maintenant ! Akhshav !

Les Israéliens ont décidé de briser les chaînes qui les empêchaient de vivre en paix leur destin unique de nation exemplaire. Liberté ! Maintenant ! Akhshav !

La libération des otages est pour tout un peuple sa quête essentielle.

À Tel Aviv, tous les soirs et particulièrement après le Shabbat une foule immense se réunit sur la « place des otages » près du musée d’art moderne de Tel Aviv. Près de 100 000 Israéliens de tous les âges, de toutes les convictions religieuses politiques se réunissent pour communier dans une ferveur et une émotion intenses.

Leur prière est de voir la libération des otages se réaliser au plus vite.

Leur souhait c’est une libération immédiate.

Akhshav ! Akhshav ! C’est leur cri intense collectif priant le ciel d’entendre leur douleur.

Cette douleur est d’autant plus déchirante qu’elle est doublée d’une réelle prière de poursuivre la guerre jusqu’à la victoire et la libération de la terreur.

Sur cette place des tentes recréent un village.
Une immense tente est réservée aux familles des otages pour recréer une solidarité de communauté dans le recueillement.

Une imposante table de Shabbat est dressée avec le nom des otages.
Des tentes plus petites sont dressées pour commémorer la présence des trois kibboutzim martyrs.
Des photos des otages et des martyrs y sont exposées.
Une immense horloge égrène le temps douloureux depuis le kidnapping des 240 otages (240 est le nombre de « Amalek » en guematria).

En voyant ces photos de kibboutz martyrisés, on ne peut s’empêcher de penser aux propos de Serge Moati qui reconnaissait en homme de gauche aimer profondément « l’Israël des kibboutz ». Serge Moati doit venir voir ce que les Palestiniens ont fait de ses chers kibboutzim et des idéaux de la gauche israélienne.

Dans une autre place avoisinante, rue Kaplan, une autre population tout aussi nombreuse et fervente communie pour la fin immédiate de la guerre et la libération de la crainte pour les soldats.
Akhshav ! Akhshav ! Maintenant ! Maintenant !
C’est leur cri intense pour la fin immédiate de la guerre et le retour des soldats à la maison.
Le peuple israélien communie pour sa libération des menaces existentielles exercées par ses voisins palestiniens.

Cette libération, il la veut. Maintenant ! Akhshav !

Plus question de subir des éventuels pogroms pour pousser le peuple d’Israël à la mer.
Le thème mortifère du « fleuve à la mer » préconisé par les ennemis d’Israël devra être aboli de toutes les chartes, et ce dès aujourd’hui.

Libération de ce thème médiatique wokiste.
La prière du peuple d’Israël veut se libérer aujourd’hui de la communication internationale wokiste qui culpabilise le peuple juif.

Les Israéliens récusent les accusations infondées du double standard sur les vies israéliennes et les vies palestiniennes.

Sans les mesures technologiques déployées, les risques vitaux seraient encore plus importants pour les Israéliens (tirs de missiles à l’aveugle sur toutes les populations).

Israël n’a pas cessé, depuis la menace des roquettes (devenues depuis des missiles), de perfectionner les protections individuelles et collectives des citoyens.

Les batteries de Dômes de fer ont réduit considérablement les risques immenses de danger venu du ciel pour les Israéliens.

Le peuple israélien s’est levé, rien ne l’arrêtera désormais.
Les Israéliens veulent la libération des otages, la libération des énergies, la libération de la justice.
Ils ne veulent plus attendre, et surtout – surtout – ils veulent la libération. Akhshav ! Maintenant !

C’est pour cela que les héros d’Israël sont prêts à donner leur vie, et leur sacrifice ne sera pas sans réponse devant l’éternité.

à propos de l'auteur
Docteur en médecine, Gilbert est aussi médecin du travail, acupuncteur, homéopathe ainsi qu'enseignant de neurophysiologie.
Comments