Un étrange visiteur à la Victoire

Rabbi Amnon Yitzchak (photo credit: Nati Shoat/Flash90)
Rabbi Amnon Yitzchak (photo credit: Nati Shoat/Flash90)

Imaginez une personnalité anti-sioniste, complotiste, misogyne, prédisant la venue d’un “Nouvel Ordre Mondial” orchestré par Facebook, Bill Gates et Netanyahu.

Imaginez que cette personne soit reçue dans un centre public, connu et renommé.

Un scandale dont devraient se saisir les institutions juives, non ?

Et bien, ce lieu public est la Synagogue de la Victoire à Paris, et cette personnalité est le “Rav” Amnon Yitzhak.

Ce personnage est connu pour avoir, dans le désordre, insulté les Grands Rabbins d’Israël, administré des coups de fouet à un chanteur, administré des coups de fouet à un chanteur, déclaré que Bill Gates et les Francs-Maçons ont causé l’épidémie afin de décimer la population mondiale, décrété que Netanyahu et toute la prétendue élite mondiale voulaient enlever les enfants aux familles et leur injecter des puces, et autres faits notoires.

Ce genre de prophète auto-proclamé – qui fut déjà publiquement condamné par le Rav Ovadia Yossef pour ses dérives sectaires, s’adonnant plus à un mélange de politique et de magie qu’à la Torah, a donc une place dans la plus emblématique des synagogues consistoriales. Cette synagogue, qui a accueilli les grands rabbins Kahn ou Jaïs servira donc, jeudi 15 juillet, de pupitre à une personnalité dangereuse pour nos familles et nos amis.

Nous avons un tel respect pour ce haut lieu du judaïsme français, que nous nous désolidarisons aussi de certains appels à la manifestation qui ont pu avoir lieu sur les réseaux sociaux. Un débat et un dialogue est engagé, mais jamais d’action, qui plus est violente, qui porterai atteinte à la synagogue, ne trouverait grâce à nos yeux.

Comment peut-on, après plus d’une année de pandémie, dans laquelle tant de nos coreligionnaires ont perdu des proches et des gens chers, laisser faire un bonimenteur voulant inciter les fidèles à ne pas se vacciner ? Comment, alors que les affiches sur la distanciation sociale sont encore aux murs, peut-on le recevoir en pensant être cohérent ?

Comment peut-on, après avoir appelé à voter contre les extrêmes qui comptent parmi leurs rangs leur lot de complotistes, en accueillir un avec tous les honneurs ?

Quel message le Consistoire cherche-t-il à renvoyer sur l’état du judaïsme français et francophone en autorisant cette conférence dans ses lieux de culte ? Sommes-nous tellement en manque de penseurs et de rabbins compétents, qualifiés, sages et pertinents ?

Connaissant personnellement le Rabbin Sebbag, je sais qu’il n’est pas à l’origine de la conférence et qu’il ne s’agissait pas d’une invitation. Ayant été mis au courant des propos problématiques, il a tout fait pour annuler la conférence : mais un contrat ayant été signé, il est malheureusement impossible d’annuler l’événement. Il est toutefois regrettable que les responsables administratifs n’aient pas fait de recherches avant d’accepter la réservation.

Nous espérons que ce genre d’erreur ne sera pas reproduite et nous attendons des institutions juives des mots forts, qui s’opposeront à l’idéologie néfaste de ce personnage.

Emile Ackermann, Rabbin Orthodoxe en formation

Tali Trèves-Fitoussi, co-fondatrice de Kol-Elles

à propos de l'auteur
Actuellement élève-rabbin à la Yeshiva Chovevei Torah (YCT), un séminaire américain moderne orthodoxe. Originaire de Strasbourg où il fréquente le beis hemidrash (maison d’étude) depuis son jeune âge, il se rend en 2014 en Yeshiva (établissement d’études religieuses) à Jérusalem, à la Yeshivat Hakotel, où il étudie le Talmud, la philosophie juive, et les sciences religieuses afin de parfaire son éducation religieuse.Ses thèmes de prédilection sont, entre autres, l’histoire de la Halakha (loi juive) et le processus halakhique, l'éthique, et l'universalisme juif. En 2017, il co-fonde avec Myriam Ackermann-Sommer l'association AYEKA qui promeut un judaïsme ouvert et engagé, et organise notamment des minyanim de kabbalat shabbat (soirées shabbatiques rythmées par les chants et la convivialité) ainsi que des conférences et des moments d'études juives. Défenseur de la laïcité, Emile s'exprime régulièrement sur Twitter, et il a notamment contribué à France Info, Contrepoints, Libération, Tenoua, et Médiapart.
Comments