Tuer auteur au nom du judaïsme : sommes-nous complices ?

« Les personnes assassinées ne sont que des homosexuels » ou à mon avis le plus grave : « Pourquoi s’en prendre aux juifs ? ».

Le grand rabbin Lau a déclaré au sujet de ces commentaires : « Parmi les réponses il en est qui furent ainsi formulées : « un juif ne s’en prend pas à un juif » cela n’est pas une réponse juive. C’est une réponse raciste….. un juif ne s’en prend pas à un être humain. Distinguer les hommes selon leur appartenance, c’est choisir la voie qui mène à brûler un bébé dans son berceau. »

Nous, communauté juive, devons agir contre ces extrémistes.

En premier lieu, nos instances communautaires doivent condamner ces attentats. Quelle ne fut pas ma surprise en lisant la newsletter du Consistoire qui n’en parlait pas. On va me dire qu’ils sont en vacances et qu’il n’y a personne mais si c’était le cas aucune newsletter n’aurait été publiée.

Ces mêmes instances doivent se dissocier de tous les mouvements extrémistes. Ne plus accepter qu’ils manifestent aux côtés de la communauté en criant des slogans racistes.

Les présidents de communauté et les rabbins doivent faire en sorte que les synagogues soient ouvertes à tous pour expliquer la religion juive et surtout encourager le dialogue inter-religieux. Ce dialogue commence dès l’enfance en acceptant que nos chérubins puissent rencontrer des jeunes des autres communautés. Des rabbins vont me répondre qu’on ne peut rendre visite aux enfants du catéchisme car il est interdit de rentrer dans une église. Cette réponse me fait rire car lorsque les grands rabbins d’Israël rendent visite au Pape, je ne pense pas que les services du Vatican retirent les crucifix, statues et peintures.

Ces dernières heures, de nouvelles caricatures du Président d’Israël sont apparues et elles sont très graves car elles nous rappellent de mauvais souvenirs. Sous ces caricatures il est écrit « Rivlin traitre ». Avant d’être assassiné, Rabin a eu droit aux mêmes caricatures et nous en connaissons le résultat.

Je souhaitais terminer mon billet mais une nouvelle affligeante vient d’arriver : une des jeunes filles poignardée à la Gay Pride est décédée.

Mes amis, faites en sorte que le judaïsme qui est à la base de toutes les lois sociales et humanitaires, redevienne une religion qui peut être montrée en exemple.

 

à propos de l'auteur
Éric Gozlan est né en 1964. Il a vécu une grande partie de sa vie en Israël au kibboutz et a servi dans une unité combattante de Tsahal pendant la première guerre du Liban et la première Intifada. Il étudie l’économie en Israël. De retour en France, il est reçu au troisième concours de l'École Nationale de la Magistrature et a travaillé de nombreuses années dans le milieu bancaire et au Conseil de l’Europe. En dehors de son parcours professionnel, Éric a toujours été intéressé par le social et les relations interreligieuses. Il pense qu’il est possible d’arriver à la paix par la religion (puisque les guerres partent souvent de celle-ci). C’est pour cette raison qu’il s’emploie en France à travailler sur le dialogue interreligieux et ce notamment avec l’Imam Chalghoumi Il a été nommé il y a peu par le roi des Roms ambassadeur de sa cause pour la France et a reçu la médaille de la paix en Roumanie. Éric est souvent invité à des congrès pour la paix pour donner son expertise sur certains problèmes Il a participé à deux nombreux colloques sur la paix et le dialogue inter religieux en Corée, Russie, Etats-Unis, Bahreïn, Belgique, Angleterre, Italie, Roumanie… Il est Directeur exécutif de l’Union des Peuples pour la Paix Eric Gozlan écrit dans plusieurs revues dont le Nouvel Observateur en France, Times of Israël en Israël et a publié dernièrement, suite à une demande du Vatican, une étude sur l’apostasie dans le Judaïsme
Comments