Trump reconnaît « un Golan israélien »

Jusqu’où Trump pourra encore aller pour soutenir Bibi dans cette campagne électorale qui s’annonce très tendue, et serrée.

Alors que nombre d’Israéliens aimeraient tant brûler les étapes pour voir le couple Netanyahu, derrière les barreaux, voilà que le Président de la première puissance mondiale, la seule capable de « tordre le cou » à n’importe quel ennemi d’Israël, donne l’impression de plus en plus d’avoir choisi son camp, celui de son grand ami, M. Netanyahu ! De plus, il le fait de la manière la plus claire, mais néanmoins, la moins diplomatique vis-à-vis des concurrents de Bibi.

J’avais écrit voilà un mois et demi, un article sur mon précédent blog au titre prémonitoire « Trump vote Bibi, et nous alors ?« .

Que dire de plus après les deux, voire trois gestes politiques ostentatoires que Trump vient de faire en cadeaux de « Pourim » à notre Premier ministre :
– Visite officielle du Secrétaire d’Etat américain Pompéo à Jérusalem et davantage, au Mur des Lamentations, officialisant s’il le fallait encore, la reconnaissance de cette ville comme étant la Capitale unifiée d’Israel.
– Le probable voyage de Jonathan Pollard en Israël, libéré d’une assignation à résidence aux Etats-Unis.

Ceci dit, la question mérite d’être posée, Israël, peut-il se passer d’une future entente entre Trump et son ami Bibi, à qui a priori il ne refuse rien, il reste moins de 19 mois, avant les élections présidentielles américaines, Trump, pendant ce laps de temps, sera-t-il capable d’aller au-delà des décisions qu’il a déjà prises, en reconnaissant définitivement la souveraineté sécuritaire israélienne sur la totalité de la Judee-Samarie, du Jourdain à la Méditerranée, Une fois décidé l’avenir des territoires où vivent déjà les arabes palestiniens ?

On me dit que M.Netanyahu est suspecté de plusieurs délits. j’ai totalement confiance en la justice et en l’indépendance de notre justice, celle-ci a commencé son travail, il ne faudrait pas que la toute prochaine élection en Israël dans trois semaines, soit « pipée » à cause de soupçons qui pèsent sur notre Premier ministre.

Je tenais à prévenir du danger qui nous menace, il serait dangereux pour la démocratie, qu’une moitié du peuple israélien n’ait à penser ou à juger que la justice soit allée trop loin, au point d’avoir favorisé par des procédés exceptionnels, une défaite de Bibi, qu’elle en déduise qu’elle a été « volée » de l’élection de leur « idole », au risque de créer dans le pays des tensions sérieuses qui risquent pour le coup, de mettre à mal, doux euphémisme, le climat politique dans le pays.

L’interêt national nous commande de respecter la loi, de laisser la justice continuer ses investigations, sereinement, le résultat des élections ne sera que mieux accepté par toutes les composantes de la société israélienne si divisée, elle n’a pas besoin d’être confrontée à des dangers supplémentaires qu’occasionnerait une remise en cause des résultats des prochaines élections.

Si Bibi était reconduit pour entamer un cinquième mandat et qu’il était condamné après un procès en bonne et due forme, sa démission pourra alors devenir indispensable et bien acceptée par le peuple israélien, il ne restera plus qu’à prier pour que le prochain Président élu, aux Etats-Unis, soit aussi bien disposé que Trump ne l’aura été avec son grand ami, notre actuel Premier ministre.

à propos de l'auteur
Dans son blog, Serge parlera du conflit israélo-arabe, de relations internationales, et d'Israël face aux medias dans le monde
Comments