Trump, mauvais pour l’Amérique et mauvais pour les Juifs

Le président Donald Trump prenant la parole lors d'un rassemblement électoral à l'aéroport international de Dayton, le lundi 21 septembre 2020, à Dayton, Ohio. (Photo AP / Alex Brandon)
Le président Donald Trump prenant la parole lors d'un rassemblement électoral à l'aéroport international de Dayton, le lundi 21 septembre 2020, à Dayton, Ohio. (Photo AP / Alex Brandon)

Depuis plus de 50 ans, je me tiens à l’écart de la politique ; mais aujourd’hui, avec un démagogue à la présidence du pays qui menace la démocratie américaine, je ne peux plus me taire

Rien ne me fait plus mal que de parler avec angoisse avant cette élection présidentielle. Mais se taire n’est pas une option. Les Juifs américains sont confrontés à un choix fatidique. Quatre nouvelles années de Donald Trump ne seront rien de moins qu’un coup dur pour notre pays et notre communauté.

Je dois reconnaître la nature inattendue de cette déclaration. Depuis plus d’un demi-siècle, j’évite de prendre publiquement position sur les élections. Lorsque j’ai opté pour une carrière au service du peuple juif, j’ai pris un engagement sacré, comme tant d’autres professionnels dans le domaine : éviter de prendre parti pour un camp ou un autre – un engagement que j’ai respecté jusqu’à ma retraite.

Mais il existe plus qu’assez de preuves que Trump est un démagogue et que sa présidence menace la démocratie américaine.

Lorsque notre démocratie sera affaiblie, et lorsque le nativisme [courant politique de pays peuplés d’immigrants qui s’oppose à toute nouvelle immigration] sera attisé, les droits des Juifs et des autres minorités seront également diminués. Cela n’arrivera peut-être pas du jour au lendemain, mais cela arrivera, et les Juifs le savent bien, en ayant fait l’amère expérience.

Je respecte tout Américain, et tout Juif américain, qui continue de s’identifier au Parti républicain et de le soutenir, parti qui a apporté des contributions significatives et durables à la communauté juive. Et je comprends pourquoi certains de ces électeurs ont du mal avec leur décision.

Dans mon esprit, l’affaire est close. Sa gouvernance met en danger notre démocratie, et donc notre communauté.

Mon raisonnement est simple et précis : la présidence de Trump – en esprit et en acte – a apporté un soutien aux intolérants, aux suprémacistes et à ceux qui cherchent à diviser notre société. Lui et son administration déshumanisent les immigrants, diabolisent les plus vulnérables et sapent la civilité et la culture politique éclairée qui ont permis aux Juifs de réaliser ce qu’aucune communauté de la diaspora en dehors d’Israël ne peut prétendre avoir réalisé en deux millénaires.

Qui plus est, les Juifs américains regardent au-delà de leurs propres intérêts locaux, car nous savons que notre avenir est inextricablement lié au bien-être des autres. La promotion de la tolérance, de l’inclusion et de l’égalité n’est pas négociable. La défense des immigrants et des réfugiés est une partie inséparable de notre histoire collective – et de la mienne, en tant que survivant de la Shoah et réfugié.

Nous devons nous poser des questions : l’Amérique est-elle plus forte, plus stable et plus solidaire qu’elle ne l’était avant l’arrivée de Trump au pouvoir ?

Pour moi, la réponse est claire. Non. Je sais que je ne suis pas seul.

Parlez en privé avec les dirigeants de la communauté juive et lisez des sondages menés auprès de la population juive. Après des décennies de progrès et de multiplication des mesures de sûreté et de sécurité, les Juifs sont gagnés par la peur et l’anxiété. Le président Trump en porte une bonne part de responsabilité.

Le président des États-Unis est-il un antisémite ?

Non. Mais ce n’est pas la bonne question.

Sa gouvernance a-t-elle élevé l’Amérique ? A-t-il donné aux Juifs un sentiment de sécurité accru ? Est-il notre meilleur espoir pour guérir notre nation et faire face à la double crise de pandémie et de racisme ?

Si quiconque a besoin d’une autre raison, regardez au-delà de nos frontières. Une Amérique stable, crédible, influente, vénérée – et parfois redoutée – a été un multiplicateur de force pour le judaïsme mondial depuis des décennies, souvent plus visiblement pour ceux d’entre nous qui travaillent en coulisses au nom des causes juives mondiales. Souvenez-vous de la liberté acquise par les Juifs soviétiques, éthiopiens et syriens.

Ici aussi, il ne fait aucun doute dans mon esprit que les défauts de caractère de Trump et la piètre réputation mondiale de l’Amérique ont nui aux intérêts juifs.

Il est vrai que Trump a pris des décisions que nombre de membres de notre communauté ont attendues, y compris sa décision sur Jérusalem, que je soutiens. Mais ces décisions ont été prises au prix de l’attaque frontale de Trump contre le soutien bipartite à Israël, et certaines ont revêtu des stéréotypes profondément offensants sur les Juifs et leurs liens avec l’État juif.

Notre communauté a un immense intérêt à ce que le bipartisme soit respecté. C’est la seule façon de combattre l’antisémitisme et le communautarisme. C’est ainsi que nous avons construit une alliance forte entre les États-Unis et Israël.

En effet, j’ai grandi dans une Amérique où les Juifs n’étaient pas totalement intégrés et où le soutien de Washington à Israël était très mince. Pourtant, la réalité est différente aujourd’hui, en grande partie parce que les leaders de conscience ont cultivé et maintenu un socle de soutien des plus larges possible à cette alliance.

Trump a endommagé ce consensus nécessaire, et nous ne pouvons pas permettre que les Juifs et Israël soient instrumentalisés au service des intérêts politiques étroits de qui que ce soit.

Nous avons des raisons d’espérer. Je connais Joe Biden depuis de nombreuses années, et je suis convaincu qu’il rétablira l’équilibre perdu. Il a été un allié et il s’est engagé à plusieurs reprises à lutter férocement contre l’antisémitisme. Je suis convaincu que lui et Kamala Harris ne reculeront pas devant les ennemis et les détracteurs d’Israël, même si ceux-ci émergent de leur propre parti.

Je suis assez âgé pour me souvenir d’un monde où l’illibéralisme était déchaîné et où les dictateurs prenaient en otage un grand nombre de nos frères et sœurs, derrière des rideaux de fer et pire encore.

Et je suis suffisamment âgé pour me souvenir d’un style de politique juive américaine plus calme, plus hésitante, une politique d’une minorité trop habituée à garder la tête baissée.

Mais heureusement, les Juifs américains ont laissé cela derrière eux – une raison de plus pour laquelle je ne peux pas rester silencieux à ce moment crucial de l’histoire.

Aucun d’entre nous ne peut se taire non plus, pour le bien de notre nation, de notre peuple et de notre monde.

à propos de l'auteur
Abraham H. Foxman est directeur émérite de l'Anti-Defamation League. Il s’exprime en son nom.
Comments