Soukkot, la cabane du Retour en Israël

Souccah surmonté de branches de palmier et de nattes de bambou, Jérusalem - Gilabrand
Souccah surmonté de branches de palmier et de nattes de bambou, Jérusalem - Gilabrand

La fête de Soukkot se caractérise essentiellement par la construction de la cabane (Soukka). Cette cabane rappelle les pérégrinations des fils d’Israël dans le désert durant quarante ans [1] :

מב בַּסֻּכֹּת תֵּשְׁבוּ שִׁבְעַת יָמִים כָּל-הָאֶזְרָח בְּיִשְׂרָאֵל יֵשְׁבוּ בַּסֻּכֹּת. מג לְמַעַן יֵדְעוּ דֹרֹתֵיכֶם כִּי בַסֻּכּוֹת הוֹשַׁבְתִּי אֶת-בְּנֵי יִשְׂרָאֵל בְּהוֹצִיאִי אוֹתָם מֵאֶרֶץ מִצְרָיִם  אֲנִי יְהוָה אֱלֹהֵיכֶם. (ויקרא כג: מב-מג).ש

42 Vous demeurerez dans des tentes durant sept jours ; tout citoyen en Israël demeurera sous la tente, 43 afin que vos générations sachent que j’ai donné des tentes pour demeure aux enfants d’Israël, quand je les ai fait sortir du pays d’Egypte, moi, l’Éternel, votre Seigneur ! » (Lévitique 23 : 42-43).

 

Pourquoi, au-delà du principe de conservation de la Mémoire du parcours de ses ancêtres, Israël continue-t-il encore aujourd’hui d’ériger des cabanes en Erets
Israël ? Le fait même d’être installé définitivement dans le pays où coulent le lait et le miel n’aurait-il pas dû conduire à l’abolition de cette injonction ?

Le livre de Néhémie répond à ces deux interrogations :

טז וַיֵּצְאוּ הָעָם וַיָּבִיאוּ וַיַּעֲשׂוּ לָהֶם סֻכּוֹת אִישׁ עַל-גַּגּוֹ וּבְחַצְרֹתֵיהֶם, וּבְחַצְרוֹת בֵּית הָאֱלֹהִים וּבִרְחוֹב שַׁעַר הַמַּיִם וּבִרְחוֹב שַׁעַר אֶפְרָיִם. יז וַיַּעֲשׂוּ כָל-הַקָּהָל הַשָּׁבִים מִן-הַשְּׁבִי סֻכּוֹת וַיֵּשְׁבוּ בַסֻּכּוֹת כִּי לֹא-עָשׂוּ מִימֵי יֵשׁוּעַ בִּן-נוּן כֵּן בְּנֵי יִשְׂרָאֵל עַד הַיּוֹם הַהוּא וַתְּהִי שִׂמְחָה גְּדוֹלָה מְאֹד. (נחמיה ח: טז-יז).ש

16 Et le peuple sortit et en apporta [des feuilles]. Ils se dressèrent des cabanes, chacun sur son toit, dans leurs cours et dans les parvis du Temple du Seigneur, sur la place devant la porte de l’eau et sur la place devant la porte d’Ephraïm. 17 Et toute la communauté de ceux qui étaient revenus de captivité établirent des cabanes et demeurèrent dans ces cabanes, car depuis les jours de Josué, fils de Noun, jusqu’à ce jour, les enfants d’Israël n’avaient pas agi de la sorte. La joie fut donc extrêmement grande. (Néhémie 8 : 16-17).
   

L’édification de la cabane s’avère être la première injonction accomplie par les Israélites en vertu de l’Edit du roi Cyrus autorisant les Juifs déportés à Babylone par Nabuchodonosor de rentrer en Israël afin d’y reconstruire le Temple à Jérusalem.  La cabane n’est donc plus seulement le signe de la souffrance et de la Providence soutenant Son peuple dans le désert mais le signe de l’implantation définitive en Erets Israël et de la joie retrouvée qui en découle.  Construire la soukka constitue, de fait, un acte sioniste témoignant de l’amour d’Israël à sa terre ! La racine Y. Sh. V [B] /י.ש.ב. indique une installation définitive.  Israël utilise à deux reprises cette racine biblique, une fois lorsqu’il intègre totalement corps et âme la soukka pour y vivre sept jours et une seconde fois lorsqu’il s’enracine dans le pays de ses pères Avraham, Its’hak et Ya’akov :

נג וְהוֹרַשְׁתֶּם אֶת-הָאָרֶץ וִישַׁבְתֶּם-בָּהּ  כִּי לָכֶם נָתַתִּי אֶת-הָאָרֶץ לָרֶשֶׁת אֹתָהּ. (במדבר לג: נג).ש

53 Et vous conquerrez ainsi le pays et vous vous y établirez ; car c’est à vous que je le donne à titre de possession. (Nombres 33 : 53).

 

[1]  Lévitique 22 : 16 – 23 : 44

Hag Soukkot Samea’h!

Si vous voulez en savoir plus sur l’enseignement de Haïm Ouizemann venez visiter son site.

à propos de l'auteur
Diplômé de l’Institut des Civilisations et Langues Orientales de Paris (INALCO) et certifié de l’Institut Catholique de Paris (ICP) enseigne la Bible (TaNa’Kh), sa langue, son éthique et son histoire. Installé, depuis son Alya en 1989 à Ashkelon, il participe activement au refleurissement d'Erets Israël. Végétarien par conviction morale, Haïm rêve d'une ère nouvelle où les grandes spiritualités pourraient se rencontrer en vue d'instaurer un monde meilleur. Convaincu que le retour du peuple d’Israël en Erets-Israël annonce la restauration de l'idéal de fraternité abrahamique, il encourage le dialogue interreligieux dans le respect de l'autre
Comments