Soral, nous sommes tous des enfants de Schindler !

Capture d'écran Youtube
Capture d'écran Youtube

Alain SORAL. Ce nom n’est apprécié que de ceux qui pensent que la Shoah est une « escroquerie politico-financière [1]». Bien triste escroquerie d’un lobby judéo-sioniste, au pire assoiffé d’argent, au mieux atteint du syndrome de Münchhausen …

Alain SORAL, n’est donc rien, ni personne. Et pourtant, nous avons le devoir de répondre à chacune de ses sorties. Non pour lui, mais pour nous. Pour notre conscience. Pour pouvoir nous regarder dans la glace et se dire : « il n’aura jamais le dernier mot ».

Alain SORAL. Moi, fils inconnu de cette « communauté organisée », je vous réponds donc, avec mes modestes moyens.

Alain SORAL, en ces heures où la Nation doit se rassembler pour ne faire qu’un, vous cherchez un bouc-émissaire, un coupable, un responsable.

Évidemment, juif.

Pour SORAL, le Juif est un prétexte universel.

Pour SORAL, le Juif est une insulte.

Alain SORAL, vous commencez votre vidéo par une longue litanie de noms prétendument israélites. Cette litanie de noms est un argument d’autorité dans votre bouche. C’est bien cela l’antisémitisme : prêter une intention à une personne parce qu’elle est ou serait de confession juive. Mais au fond, pourquoi poser un mot sur la bêtise qui font mal aux Hommes ? Remplacez donc « de confession juive » par « originaire de » et nous arriverons au même résultat. La même haine, la même bêtise.

Alain SORAL, dans votre ridicule litanie vous citez le nom de SALOMON. Comme si SALOMON, était forcément juif. Je souris. Nous sourions tous. Vous êtes un de Funès sans panache, un de Funès sans la fraicheur, un de Funès sans émotion. À la différence près que nous, nous ne souhaitons pas « vous garder quand même ».

Alain SORAL, vous dérivez ensuite sur le Professeur BAUER. « De la communauté » et ancien « Franc-Mac ». Tudieu, voilà la belle affaire !

Il se trouve que je suis étudiant de ce Professeur. Au-delà de son brillant parcours, qui se suffit à lui seul pour vous faire taire, j’aimerais parler d’une seule phrase, prononcée par Alain BAUER en amphithéâtre. « Je suis de la frange laïco-républicaine », ces mots m’avaient fait sourire. Moi, l’étudiant légèrement bigot et affublé de quelques signes jugés par certains comme « ostentatoires ». Ce Professeur sert la République, ou du moins un idéal. Un idéal laïc et républicain. C’est bien cela l’antisémitisme : soupçonner une personne de servir d’autres intérêts que celui de la France parce qu’elle est ou serait de confession juive.

Alain SORAL. Vous terminez votre litanie par un « trait d’humour » en disant « On dirait la Liste de Schindler ! ». Monsieur, nous sommes tous des enfants et des héritiers de cette liste. Nous sommes tous des enfants et des héritiers de cette Histoire. C’est l’Humanité qui a été assassinée dans les fours nazis.

Alain SORAL. Je n’irai pas plus loin, car au final ce serait une perte de temps. Vous êtes une perte de temps. Mais une perte de temps nécessaire car on ne peut banaliser vos propos.

Alain SORAL, vous nous donnez, à nous les héritiers de cette Liste, à chacune de vos sorties infâmes un peu plus de force pour continuer à transmettre cette Mémoire.

Alain SORAL, écrire et prononcer votre nom est déjà un moyen de vous combattre.

[1] Extrait de “Les Faussaires de l’Histoire” – Robert Badinter face à Robert Faurisson disponible : https://vimeo.com/252163152

 

 

à propos de l'auteur
Étudiant au CNAM et Professeur contractuel à l'Académie de Paris
Comments