Restart au féminin du Deal du siècle

Crédit: Marie Lyne Smadja
Crédit: Marie Lyne Smadja

Fermez les yeux et essayez d’imaginer que le 28.1.2020 à Washington soit un moment historique encore plus particulier, qu’à la présentation du Deal du siècle soient présentes des femmes politiques et citoyennes – israéliennes et palestiniennes – qui auraient aussi participé au processus et à la signature.

Imaginez, par exemple, autour d’une même table des négociations, en compagnie de l’équipe de Jared Kushner, des femmes d’opinions différentes, comme Orna Barbivai, Ayelet Shaked, Merav Michaeli et Yfat Shasha-Biton côté israélien, et comme Fedua Barghouti, Rafa Musmar, Nafiza Atalla et Huda Abuarquob côté palestinien.

Ce scénario aurait sans aucun doute augmenté fortement les chances d’aboutir à un accord politique entre les deux parties du conflit, plutôt qu’un plan unilatéral ainsi qu’il nous a été présenté par le président Trump lui-même.

Or, le fait que l’implication active des femmes dans le processus de paix augmentent fortement les chances d’arriver à une solution commune n’est pas imaginaire, mais réellement basé sur ce que nous apprend l’histoire à travers le monde, ainsi que de nombreux travaux de recherche.

En effet, l’histoire moderne nous montre que grâce à l’implication de femmes de bords politiques différents, les négociations ont plus de chances d’aboutir à un accord, et que celui-ci tient encore plus de temps sur la longueur. Et ce, même quand les conflits étaient particulièrement difficiles à résoudre, meurtrier et ont duré de nombreuses d’années, comme en Irlande du Nord et au Liberia.

De là est née la résolution 1325 de l’ONU, adoptée par Israël et de nombreux pays dans le monde. Or en Israël, cette résolution est hélas très peu appliquée, et encore moins concernant le processus de paix israélo-palestinien.

Ainsi, depuis plus de cinq ans, le mouvement Women Wage Peace œuvrent au quotidien et sans relâche afin de faire avancer ce processus et qu’y soient impliquées plus de femmes. WWP compte 50,000 membres, votant à droite, au centre et à gauche – juives et arabes ensemble. Par nos actions communes, nous prouvons qu’il est possible de surmonter nos désaccords ainsi que les crises liées à la politique régionale, et donc d’œuvrer ensemble pour un seul et même but.

Le Deal du siècle permet de remettre à l’ordre du jour et des priorités l’importance de régler le conflit israélo-palestinien, alors que ce dossier de grande importance avait été complètement mis de côté ces dernières années, y compris dans les deux dernières élections de cette année.

Ce deal américain est différent des autres propositions de paix du fait qu’il est d’un côté unilatéral, et d’un autre côté décrit comme une première base à de futures négociations. Nous savons que souvent les décisions unilatérales ne résolvent pas vraiment le conflit et peuvent même mener à empirer la situation. De ce fait, nous faisons appel aux leaders des deux côtés de profiter de cette opportunité que nous offre ce deal et de se remettre après ce 3ième scrutin à la table des négociations. Il ne fait aucun doute que ce Deal du siècle a besoin d’un bon « restart » au féminin.

à propos de l'auteur
Professeur et chercheuse dans le domaine de l'Éducation. Co-fondatrice de Women Wage Peace נשים עושות שלום.
Comments