Régime iranien d’hier, d’aujourd’hui, de demain…

Hasan Rohani ajuste ses lunettes lors d'un rassemblement électoral à Téhéran, en Iran, le jeudi 11 avril 2013. (Photo AP / Vahid Salemi)
Hasan Rohani ajuste ses lunettes lors d'un rassemblement électoral à Téhéran, en Iran, le jeudi 11 avril 2013. (Photo AP / Vahid Salemi)

Si l’on reprend ici les paroles prononcées par le Président des Etats Unis Obama, mais que l’on pourrait aisément dans le contexte actuel rattacher à Biden, on a alors eu droit à ce type de déclarations : « Cet accord est bon pour les Etats-Unis, bon pour nos alliés et bon pour la sécurité du monde entier« , car cet accord va les obliger à « geler leur programme nucléaire existant et à accepter des inspections internationales de toutes les installations existantes« ; laissant ainsi entendre que cet accord « ne repose pas sur la confiance. La conformité sera certifiée par l’Agence internationale de l’énergie atomique« , on pourrait se dire qu’hormis le côté purement naïf de l’analyse occidentale face à d’autres mentalités, la chose pourrait peut-être malgré tout réussir; et qu’ainsi nous pourrions nous positionner sur une vision optimiste de l’accord et au final peut-être nous dire : « pourquoi pas ? »…

Oui mais le hic ici est que ces paroles ne datent pas d’hier et n’ont pas été prononcées (ou plutôt n’ont pas été originellement prononcées…) par Barak Obama mais bel et bien par Bill Clinton en octobre 1994 alors que les Etats Unis avaient conclu un accord sur un traité du nucléaire avec la Corée du Nord…

Pour rappel, douze ans après cet accord le régime Nord Coréen faisait exploser sa 1ère bombe atomique… et il paraitrait qu’à l’heure actuelle un stock d’une centaine d’ogives nucléaires serait existant…

En ayant connaissance de ce passé proche du traité Obama – Rohani qui a été ce que l’on sait du côté iranien… N’y aurait-il pas matière à se questionner alors que l’on a été témoin de la Corée du Nord qui a su alors feinter face à l’occident et aux accords signés afin de malgré tout parvenir à être une puissance nucléaire… Le régime iranien d’alors, d’aujourd’hui, serait-il différent ?…

Ainsi le nouvel accord U.S.A, CEE avec l’Iran démontre une fois de plus l’incapacité occidentale à appréhender des mentalités différentes, à les comprendre, à les analyser, et à en tirer des conséquences empreintes de logique :

Dans le nouvel accord en train de se mettre en place c’est le régime iranien, par l’intermédiaire de son chef de la diplomatie, Mohammad Javad Zarif, qui mène la danse, qui tient les ficelles, et qui ainsi pose ses conditions…aucune obligation du jour au lendemain quant à des inspections des installations, pas de démantèlement ou pis de destruction d’installations nucléaires, aucun arrêt total d’enrichissement, aucune obligation de cesser la recherche quant au développement de centrifugeuses avancées, aucun devoir d’arrêter le développement de missiles balistiques intercontinentaux (qui par ailleurs pourraient arriver même jusqu’à Washington)…

Et n’oublions pas ici de-même dans cet accord que Biden est en train de concocter la levée prévues des sanctions économiques, le déblocage des prêts du Fonds Monétaire International qui permettront au régime iranien à coups de milliards de dollars qui vont recommencer à grossir les caisses iraniennes de développer, maintenir, accélérer (certes pas aux yeux de tous !…) tout en ayant main-mise sur tout le terrorisme régional et d’ailleurs.. qu’il pourra continuer à aisément alimenter en armes et aides diverses…

Si l’on reprend ici les paroles d’alors de Bill Clinton quant à l’accord avec la Corée du Nord et son administration qui avait accompli « le premier pas sur la voie d’une péninsule coréenne exempte d’armes nucléaires » et qu’on les compare au « premier pas vers un accord pour stopper les progrès du programme nucléaire de l’Iran  » j’ai effectivement personnellement beaucoup de mal à distinguer les différences : à comprendre où et quand les leçons ont été retenues, l’ont-elles été même ?…

Peut-on traiter ici Biden de doux rêveur ? Ça n’est pas impossible ! Peut-on voir en cet entêtement à parvenir à un accord et peu importe s’il est bon, contrôlable, sérieux… un désir de laisser sa signature dans le temps ? Plus que certainement ! Peut-on déceler un aveuglement américain volontaire quant à cet état marionnettiste d’un terrorisme international connu, évident et actuel ? Cela est d’évidence !

Certains états du Moyen Orient ont su ces derniers mois s’unir autour de l’état d’Israël afin de pouvoir être une force régionale face à cette menace iranienne par trop évidente et n’ayant aucun besoin d’explications ni de démonstration, et alors qu’il est un fait accompli: un état iranien voyou, armeur du terrorisme international, qui de surcroit se joue de l’International quant à ses avancées nucléaires est un danger vers non seulement la région, mais bel et bien l’International (y compris l’U.E, Les Etats Unis…)

Les optimistes nous diront qu’il faut laisser l’Occident tenter de désarmer par la diplomatie un programme nucléaire avéré et que c’est la seule issue réelle actuelle. Les plus pessimistes verront eux un Occident incapable de s’unifier afin de lutter efficacement contre le nucléaire, le terrorisme, la terreur, la haine…

Durant ce temps le régime iranien tue, massacre, vol, viole… par groupes terroristes interposés et l’Occident voit mais ne réagit pas ! Au vu des accords en passe d’être signés, m’est avis que le terrorisme iranien a encore de beaux jours devant lui…

Sources: iranmanif.org – Le Point International.

à propos de l'auteur
Marc Lev réside en Israël depuis 1985, est blogueur depuis plus de 15 ans quant au monde juif face à l'International, à la région du Moyen-Orient, aux mouvances islamistes; a publié divers romans liés aux problématiques régionales, au régime iranien, aux extrémismes ( "Demain ?", "Et si..", "Après-demain..?" ), et a de-même développé des dons artistiques en se spécialisant dans des créations de peintures sur supports de bois divers avec des expositions ici et là. Marc Lev, dans ses écrits hebdomadaires, tente de donner une vision de l'intérieur, depuis Israël, des problématiques touchant le judaïsme international, Israël, la région du Moyen-Orient... par lesquels il se veut porteur de matières à réflexion...
Comments