« Qu’on lui coupe la tête ! »

Un homme vient voter dans un bureau de vote dans la matinée des élections municipales, le 30 octobre 2018 (Crédit : Hillel Maeir/Flash90)
Un homme vient voter dans un bureau de vote dans la matinée des élections municipales, le 30 octobre 2018 (Crédit : Hillel Maeir/Flash90)

L’été finit de s’écouler, les gens sont avachis par la chaleur moite, et personne n’a envie de trop discuter. Les dés semblent déjà jetés. La date des élections avance et les pronostics vont bon train. Les « droitistes » montent au créneau de plus en plus agressivement. C’est la marque de fabrique de la droite dure : « Vendu », Traître », … sont désormais des insultes quotidiennes.

Chacun fait ses calculs, la droite-dure compte ses sièges possibles. Shaked a fait alliance pour glaner des voix : est-ce que cela lui permettra de ressusciter ?

Kahlon a sans aucun doute perdu son électorat et je comprends mal son calcul.

L’initiateur de Zéhout, Moshe Feiglin, s’est rallié à Netanyahou (après 8 heures de négociation avec B.N.) contre un siège de ministre : mais à combien d’autre en a-t-il promis ? Peu importe, il créera quelques ministères en cas de victoire, pour s’assurer que chacun puisse voter sa fameuse loi d’immunité.

L’électorat franco-israélien, lui reste pour la plupart, le noyau dure de la droite religieuse, certains même vouant un culte aveugle à leur idole : Netanyahu.

Pourtant certains voteront Shaked, eux sont prêts à brader la démocratie pour une fantasmagorie. Pour eux, dans l’état israélien : les arabes, les druzes et chrétiens, enfin tous les non-juifs n’existent pas.

Certains mêmes clament que la constitution* n’a pas lieu d’être et que la Torah (la bible pour faire court) fait foi. Sauf, que les règles de la circulation, la pollution, les marchés du gaz, l’environnement ne font pas partie de la Torah.

Les crèches ? Non plus.

La vie chère, les téléphones portables ? Il n’y a pas de règlements y concernant dans le Talmud, et j’ai beau être une bille en judaïsme, enfin presque, ces soucis de société doivent être légiférés. Je ne comprends pas ces Français venus de France avec leurs bagages européens, qui sont près à brader la démocratie.

Ils écrivent, parlent et pensent en clivage « droite-gauche ». C’est déboussolant, une dichotomie : le monde divisé en deux parts pour eux les méchants sont les « gauchistes » ou assimilés comme tels (à noter que Liberman est devenu aussi un gauchiste à leurs yeux**) et les autres « les bons », ceux qui défendront les valeurs juives selon leurs critères, car gare à ceux qui ne pensent pas comme eux.

Quels traumatismes ont-ils vécu ? Est-ce l’attentat du Bataclan ? Ou alors celui de Charlie Hebdo ? Tous accusent le socialisme, je pense qu’ils se trompent de cible. C’est l’islamisme, à combattre, l’obscurantisme religieux. Le fait est que la France a mal géré, et continue à mon avis, de mal gérer ses problèmes. Après, tout est question d’interprétation.

Quelques fois, je pense aussi que la plupart des français qui ont fait leur Alyah***, l’ont fait par obligation, car en France, ils ne sentaient plus en sécurité, alors ils accusent le socialisme, pas Sarko, pas Chirac, bref. Le socialisme est l’objet de toutes leurs frustrations. Finalement, ils vivaient bien en France, ils avaient des bons salaires, des vacances payées (merci le socialisme !) ici, en Israël, ils doivent bosser 2x à 3x plus dure pour gagner moins.

Ceci explique peut-être leurs amertumes.

Capture d’écran d’un commentaire d’un internaute

Mais est-ce que cela excuse leurs dérapages ? Qu’on lui coupe la tête écrit fièrement un internaute. De fait, il devient terroriste, lui qui avant, dénonçait sans doute les atrocités, maintenant il veut couper la tête des opposants.

Je ne peux m’empêcher d’être triste.

*Il n’existe pas de constitution en Israël.

**(Piquer sur le mur d’un ami facebook) Pour Noam, la liste Yamina est de gauche.
Pour Yamina, Netanyahu va former une coalition avec la gauche.
Pour Otzma, tout le monde est de gauche.
Pour le Likoud, Yaalon et Lieberman sont de gauche.

*** Installation en Israël

à propos de l'auteur
Nouvelle immigrante revenue de Suisse. Patricia est ingénieure, professeure de Sciences et artiste.
Comments