Quid d’un gouvernement qui s’appuyant sur un des actuels partis Arabes

Capture d'écran
Capture d'écran

La poussière soulevée par les élections est retombée, le nom et le nombre des députés de la Knesset sont à présent connus. Dès lors, il s’agit de former une coalition avec un programme et un gouvernement pour les 4 prochaines années.

Le peuple a parlé mais n’a pas désigné de gagnant capable de former en toute simplicité un gouvernement stable et homogène. Des députés manquent au bloc pro-Bibi de Droite pour former une majorité et le bloc patchwork anti-Bibi est trop disparate pour s’entendre sur autre chose que de mettre Bibi à bas.

Vient alors le temps des alliances contre nature pour tenter de faire pencher la balance d’un côté plus que de l’autre, et les deux partis Arabes sont courtisés, le parti de la Liste unie Arabe par la Gauche et le parti Raam par le Likud.

Qui est le parti Raam

Cet acronyme signifie ‘liste arabe unifiée’ (Rechima Aravit haMehuh’det ou encore Al Kaïma al Arabya al Mouvah’ada), c’est la liste des Islamistes fondée en 1996.
Raam est un des 2 partis islamistes, c’est-à-dire des frères musulmans de l’État d’Israël car le parti des islamistes israéliens est divisé en une branche Nord et une branche Sud. La branche Nord est très vocale et très activiste.

Pour son dirigeant, le Cheikh (un cheikh est un homme religieux à l’instar d’un rabbin chez les Juifs) Raed Salah, une collaboration avec les Juifs honnis est exclue. La branche Sud de ces islamistes est plus pragmatique et elle est prête à engager un dialogue avec les autorités Juives pour réaliser des avances sociales dans le secteur arabe. En échange de son appui politique, Raam désirera obtenir des budgets conséquents et améliorer les conditions sociales de la population arabe, sans porter en avant le nationalisme palestinien.

Cette manière de faire est typique des frères musulmans dans le monde entier et Raam applique la méthode sans faillir. La population arabe du pays recevra une aide financière et sociale grâce au parti des islamistes et en échange elle votera pour ce parti.

Cette méthode a réussi en Egypte car c’est ainsi que Morsi a été élu en Egypte en obtenant une majorité de votes. Erdogan a appliqué la même méthode avec son parti de la ‘Justice et du Développement’ pour arriver au pouvoir et il a complètement transformé le visage laïque de la Turquie qu’il a reçu en 2003. Cette méthode est aussi celle du Hamas. Et c’est la raison pour laquelle le Hamas a obtenu une majorité au parlement de l’Autorité palestinienne (AP) aux élections de 2006 et probablement à celles de 2021.

Le Hamas aurait dû former un gouvernement gérant l’ensemble de l’AP à Gaza et dans les secteurs A et B de Judée-Samarie avant que Mahmoud Abbas ne l’empêche. Raam est donc l’équivalent du Hamas et c’est avec les islamistes que le plus grand parti de Droite de l’Etat Juif d’Israel envisage de collaborer.

A la tête de ce parti se trouve Mansour Abbas. Qui est Mansour Abbas ? C’est un docteur en Chirurgie dentaire de l’Université Hébraique de Jérusalem. Mais il est aussi Cheikh et Imam, un docteur de la loi religieuse et leader des prières, il est l’équivalent d’un rabbin ultra-orthodoxe chez les Juifs. Il prend ses ordres auprès d’un conseil des sages musulmans, la Achoura, tout comme les ultra-orthodoxes Juifs achkénazes ou sépharades le font auprès de leur Conseil respectif et on en connait le résultat.

Le discours en hébreu qu’il a donné la semaine dernière était très séduisant, très conciliant. Dans cette intervention, il prônait la coopération, l’insertion de la population arabe minoritaire dans la société générale, défendre le droits de l’opprimé. Un discours tout miel pour séduire ceux qui à présent peuvent s’exclamer avec satisfaction : enfin, quelque chose bouge dans la société arabe, un tournant historique, la lumière apparait au bout du tunnel. Bravo, en effet, quel changement dans la rhétorique !

Mais… c’est occulter son intervention présentée tout juste 4 jours auparavant, cette fois en arabe, devant ses électeurs et qui mentionnait les thèmes clés de la revendication nationaliste palestinienne : « mes frères et soeurs, nous nous tenons ici avec humilité face à notre peuple et face à notre chère société arabe palestinienne qui a subi la ‘naqba’, qui chérit cette terre et a préservé son identité. Ils (nos frères) ont conquis notre cœur et le cœur de notre nation (islamique) tout entière. Grâce à eux, la Palestine n’est pas restée qu’un souvenir. Ce qui reste de ce pays est à vous et c’est pour eux que nous empruntons ce chemin. Ils sont notre source d’inspiration et la racine de notre patrie…notre objectif est de solidifier cet attachement, notre présence et cette force jusqu’à ce que notre équipe, constituée des fils de notre peuple, soit le joyau sur la couronne de la nation islamique arabe (…) C’est vers cette société que nous aspirons et pour laquelle nous œuvrons… ».

Et voilà, le double langage, le grand classique, déjà exploité par Arafat, harangue en anglais à hue et harangue en arabe à dia et à présent l’islamiste ultra-orthodoxe le cheikh imam Mansour Abbas, harangue en hébreu d’un côté et harangue en arabe de l’autre.

L’islamisme modéré n’est-ce pas là un oxymore !? Comment peut-on être islamiste et modéré ? La religion ultra-orthodoxe ne tolère pas de compromis et cette modération demeurera tant que le but ultime n’est pas en vue. On peut compter sur le parti islamiste ‘modéré’ que le jour venu lorsque son pouvoir sera bien installé, le masque tombera et ses vraies revendications referont surface, en hébreu cette fois. C’est-à-dire pour la disparition pure et simple de l’Etat d’Israel comme un Etat Juif et l’imposition à sa place d’un califat sur Jérusalem.
Il ne faut donc pas se faire attraper par de vulgaires asticots.

Le briseur de Tabou

Après ce 4è tour d’élections, Bibi se trouve dans une situation délicate où il n’a pas réussi à obtenir une majorité pour le reconduire à la tête de l’Etat. Il lui manque 2 députés pour accéder à la majorité la plus réduite qui soit. Où trouver des députés pour le soutenir lorsque tous les autres qui se sont déjà fait roulés par lui ne lui accordent aucun crédit.

Et là l’idée de génie, la sortie par le haut : nous allons enrôler le parti des Islamistes qui ne s’est pas positionné dans le bloc résolument anti-Bibi. Ils ne rentreront pas dans le gouvernement car ses colistiers de Droite ne le permettraient pas, mais devrait soutenir le gouvernement de l’extérieur.

Peu importe le prix à payer car cette non-participation sous la forme néanmoins d’un soutien ne sera pas gratuite. Et d’ailleurs quand on sauve le roi pourquoi que la récompense serait-elle limitée. La liste des revendications est prête et ne semble être que sociale en faveur de la société arabe soi-disant délaissée. Et Bibi est donc prêt sans vergogne à s’associer avec ceux qui souhaitent détruire l’Etat Juif en l’intégrant dans un califat de la nation arabe. Cela est fort de café, venant du chef du plus grand parti de Droite d’Israël.

Il est prêt à vendre son âme au diable pour rester au pouvoir en sachant pertinemment bien qu’il ne lui sera pas possible, ne serait-ce un seul instant, d’appliquer la politique pour laquelle il aura reçu de ses colistiers le mandat de former un gouvernement de Droite, à Droite toute comme il le dit dans son boniment.

Car penser que les Islamistes même dans leur apparence la plus mielleuse vont aider par leur silence à faire appliquer une vraie politique de Droite : appliquer la souveraineté en Judée-Samarie, ne serait-ce que dans la vallée du Jourdain, évacuer le campement bédouin illégal de Khan Al Ahmar, réformer l’appareil judiciaire, ramener la Cour Suprême au bon sens, s’occuper de la construction illégale dans le Neguev et en Judée-Samarie c’est se raconter des histoires à dormir debout et prendre des vessies pour des lanternes. Bibi pense exclusivement au prochain coup qui est de se débarrasser de Gantz comme assesseur et après on verra.

Toute cette tendance à vouloir politiquement intégrer les partis arabes nationalistes actuels est extrêmement dangereuse pour le caractère Juif de l’Etat et malheureusement une réflexion peu poussée et une volonté de régler des comptes entre Juifs risquent de nous pousser sur une planche glissante de laquelle il sera difficile de s’extirper. Les partis arabes joueront de plus en plus le rôle de faiseur de rois et extorquer de plus en plus de concessions insupportables.

Notre histoire nous a déjà montré que la haine entre les frères risque de nous mener au désastre. Cela a été le cas des frères hasmonéens Jean Hyrcan et Aristobule qui se disputaient le pouvoir en Judée. L’un a fait appel aux Romains pour subjuguer son frère. Les Romains arrivent en Judée et la suite dramatique de l’histoire est connue de tous.

Il faut donc garder à l’écart de toute gouvernance les partis arabes actuels et c’est un Tabou qu’il est interdit de transgresser sous peine de perdre son âme et s’exposer à un grand danger.

Bibi a fait ce pas de ‘cachériser’ les partis arabes actuels dont la plateforme, exprimée à pleins poumons ou à peine dissimulée, est l’éradication de l’État d’Israël comme État Juif et démocratique. Les gens de Droite se disputent à présent pour savoir si l’intégration des Islamistes est une évolution positive (pour les Bibistes) ou un vulgaire piège destiné aux naïfs qui ne connaissent pas leur modus operandi (pour les autres).

Cela est l’expression de la profonde turpitude d’un homme aux abois qui est prêt aux pires compromissions pour sauver sa peau. Cela est impardonnable et ne doit pas lui être pardonné car malgré tous les acquis qu’il a apportés au pays, sa profonde turpitude a apporté la discorde.

Pour savoir ce qu’en pense le Dr Motti Kedar, un orientaliste chevronné : https://besacenter.org/perspectives-papers/mansour-abbas-and-the-lebanonization-of-israel/

à propos de l'auteur
Shaul, diplômé de Sciences Po, analyse les développements intérieurs et extérieurs en rapport avec Israël. Spécialisé sur la thématique "Israël, Jérusalem, la Judée-Samarie et le Droit international", il anime depuis plusieurs années des conférences et présentations sur ce thème en France ainsi qu'en Israël. Il intervient souvent dans les médias francophones, i24News et Qualita.
Comments