Quid du patrimoine culturel judéo-espagnol d’antan ?

Synagogue de Santa Maria la Blanca
Synagogue de Santa Maria la Blanca

Historien chevronné, secrétaire général de la Fédération des Juifs marocains de France, Simon Skira répond à notre interview sur le richissime patrimoine judéo-espagnol.

© Simon Skira, historien et secrétaire général de la Fédération des Juifs Marocains en France

Parlez-nous de la ou des synagogu(e)s andalous(e)s que vous avez eu la chance de visiter.

J’ai eu la chance de visiter plusieurs synagogues andalouses célèbres. Je citerai d’abord la Synagogue de Cordoue car elle est la seule synagogue de pré-expulsion en Andalousie et surtout parce qu’elle occupe une place particulière dans l’histoire des Juifs. Elle a été transformée de fond en comble après l’expulsion des Juifs de 1492; épisode suite auquel elle a fait office d’hôpital pour personnes souffrant de rage, puis chapelle pour la guilde des cordonniers, avant de devenir un bien d’intérêt national dans la catégorie monument en 1885. Depuis, elle a eu le mérite d’être restaurée à plusieurs reprises avant de redevenir une synagogue.

Mis-à-part les synagogues andalouses, quelles sont celles espagnoles qui vous en le plus touché par leur histoire et mémoire ?

Je dirais la synagogue de Santa Maria la Blanca, ce bel édifice religieux érigé au cœur de la ville espagnole de Tolède, construit en 1180. Elle a été édifiée sur le territoire chrétien du royaume de Castille, par des constructeurs musulmans, pour des Juifs.

Cette synagogue est riche en symbolique car elle est considérée comme un emblème de la coopération des trois cultures qui peuplaient la péninsule ibérique au Moyen Âge. Elle est devenue une église au 15ème siècle, et elle prit le nom de Santa Maria la Blanca.

Je mentionnerais aussi la synagogue de Gérone, cette synagogue médiévale construite vers le 13ème siècle, avec de grandes rénovations réalisées au milieu du 14ème siècle. Cette synagogue a connu des moments difficiles durant son histoire: profanée et pillée avant que Ferdinand I d’Aragon n’ordonne qu’elle soit restituée aux Juifs, elle fut détruite partiellement durant la guerre civile, puis vendue aux chanoines de la cathédrale de Gérone en l’an 1492. De nos jours, la synagogue fait office d’un musée médiéval où sont exposés des découvertes archéologiques et documents liés aux synagogues de Gérone.

Quelle est la synagogue la plus ancienne de toute l’Espagne?

L’ancienne synagogue de Barcelone est considérée comme l’une des plus anciennes synagogues de toute l’Espagne mais aussi de tout le continent européen. Elle est située dans la partie la plus ancienne de la ville connue aujourd’hui sous le nom du Barrio Gótico en espagnol ou Barri Gòtic en catalan ou le quartier gothique, en français.

Cette bâtisse a recouvert ses portes au grand public de toutes confessions et de tous bords en tant que synagogue et musée. Ce fut en 2002. Parmi les anciennes synagogues, il y a aussi Beth Yaacov de Madrid, la synagogue Híjar de la ville éponyme, etc.

Pourquoi les châteaux juifs de Murcie et d’Andalousie, parmi tant d’autres, sont aujourd’hui dans un état délabré et font pour la plupart état de carrières de pierres ?

Je pense qu’après l’expulsion des Juifs en 1492, beaucoup de biens publics et de châteaux de la communauté juive ont été perdus et ils sont transformés en cathédrale comme le cas de certaines synagogues, ou bien pris ou vendus par les autorités, voire détruits pendant certains événements ou tout simplement laissées à l’abandon.

Selon beaucoup de documents rendus publics par la Junte d’Andalousie, la touche architecturale juive est intrinsèque aux constructions islamiques nord-africaines. Qu’en pensez-vous ?

Je pense que vu la coexistence avec les musulmans en Andalousie et aussi au nord Afrique après 1492, nous avons eu un style architectural inspirée des différentes origines (andalouses, juives, musulmanes) ce qui a donné cette mixité spéciale de l’architecture de l’Afrique du Nord. Ainsi, la touche architecturale juive est certes présente dans les constructions islamiques à côté des autres touches, gothiques ou néo-médujare.

Parlez-nous du bel âge du patrimoine architectural et urbaniste judéo-espagnol tel qu’il est abordé dans les écrits du grand penseur Maïmonide ?

Maïmonide a été fasciné par la coexistence et le vivre-ensemble entre les Juifs, les musulmans et les chrétiens dans l’Andalousie. Lors de son époque épique, l’Andalousie a connu une certaine splendeur architecturale inspirée de la mixité des cultures existantes ainsi que celles importées de l’orient. Ce style typiquement andalou s’est imposé dans l’architecture de Cordoue, dans les différents monuments historiques, comme le palais de Madinat Al-Zahra, la mosquée de Cordoue et des styles architecturaux comme les arcs lobés, l’arc califal, l’alfiz, l’arc outrepassé …

à propos de l'auteur
Journaliste avec préméditation, auteure en devenir et poétesse du dimanche, Houda voue un amour sans pareil au patrimoine judéo-andalou, un de ses sujets de prédilection. Lors de ses quelques voyages en Espagne (à Cadix, Jaén, et Huelva en Andalousie, mais aussi à Vilajoyosa, une commune d'Alicante en Communauté Valencienne) elle a pu visiter quelques juderías et découvrir les écrits du grand et majestueux Maïmonide sur son long séjour dans le beau Sud ibérique.
Comments