Quand une artiste israélienne vous donne à dessiner Paris avec Einat Kerman Maor

Toujours plus Parisienne en dehors de Paris, j’ai eu la chance de grandir en son coeur, en plein quartier Latin. Et cette Lutèce des pavés de la rue Mouffetard aux collines de Montmartre m’a offert l’ouverture d’esprit, la richesse du détail, l’initiation artistique et culturelle, le sens du Beau et le plaisir du bon goût comme des bons crus, en somme l’éducation et les bonnes manières pour toute jeune fille rêveuse et intrépide, dont la Comtesse de Ségur n’aurait à rougir face à ses « Petites filles modèles ».

Chaque capitale a son lot de mystères et de magie mais plus aucune autre parcourue ne m’a autant soufflé ce vent de liberté. Et les mots de Maurice Chevalier scandés aux portes de la guerre ne seraient être démentis « Paris sera toujours Paris ». La ville Lumières éclaire aussi bien ses habitants, que ses troubadours, gens du voyage ou de passage ; Einat Kerman Maor est une artiste plasticienne israélienne aficionada de Paris qui nous explique en quoi il est justement intéressant de faire un atelier de peinture dans les dédales de la capitale française.

Dans ses tableaux, Einat peint des paysages et s’inspire de ce qu’elle voit, dont beaucoup proviennent d’Israël, mais c’est en observant les photographies de son ami journaliste et francophile Yoël Temanlis, que l’idée est venue à Einat d’élargir ses horizons d’inspiration et de les étendre à la richesse et à la diversité des paysages parisiens. Pourquoi Paris et pas une autre contrée du monde demanderiez-vous à Einat ?

Qui vous répondra que c’est justement là que les grands talents ont foisonné et forgé de grands noms comme Picasso, Toulouse-Lautrec, Renoir, Modigliani, Rodin, Zadkin et tant d’autres. Que chaque quartier, chaque arrondissement est différent l’un de l’autre, autant dans l’architecture que dans l’atmosphère qui s’y dégage, et qui varie en fonction des saisons : ses ponts, ses lumières, ses jardins aux grandes allées majestueuses qui rappellent la gloire des rois d’autant, ses parcs à la végétation luxuriante, ses catacombes, ses quais de Seine, ses édifices, ses rues moyenâgeuses et ses boulevards haussmanniens, la richesse et la splendeur de ses musées. Toutes les époques ont traversé la ville, de Lutèce à la ville Lumière du roi Soleil, et les pierres ont imprégné l’Histoire.

Paris c’est aussi la Ruche, cette cité des artistes fondé en 1902 comptant une soixante d’ateliers dans le XVème arrondissement, et qui a compté parmi ses occupants et jeunes talents Amadeo Modigliani, Chaïm Soutine, Fernand Léger, Alexander Archipenko, Ossip Zadkin, Abel Pann, Marc Chagall… et puis Montmartre, avec son cortège de portraitistes et caricaturistes, ces artistes qui s’exercent en croquant les passants. Paris c’est la richesse de la gravure à l’estampe, de l’affiche aux croquis. C’est dans ses cafés et ses bistrots qu’on troquait une toile contre un bon repas chaud.

Paris et ses boutiques d’art et de dessins, ses galeries, ses sous-sols et son métro, Paris ses chansons, son cinéma, et son goût de palais affiné de renommé gastronomique et de vins, Paris capitale de la mode. Paris c’est plus encore mais peut-être que cela ne se découvre qu’à travers les toiles et les récits des maîtres…

Et si pour toucher Paris du doigt il fallait le toucher de son pinceau, Einat Kerman Maor vous offre un aperçu unique de la ville, entre retour dans le temps et immortalité : https://www.facebook.com/EinatMizharPaintings/ ou einat.mizhar@gmail.com

About the Author
Art'Drenaline est une agence de promotion et de communication artistique fondée depuis 2013 et dirigée par Sarah Hadjadj, titulaire d'un Master 2 en Lettres, Arts et Pensée contemporaine. A travers la production d'événements artistiques et la communication, Art'Drenaline met en avant des artistes émergeants de la scène israélienne, ainsi que des artistes confirmés.
Comments