Plus jamais ça ? Hélas, si, encore une fois

Le 22 Mars 2012, j’avais publié une tribune dans ActuJ après les massacres de Merah à Montauban et Toulouse. Nous étions des milliers dans les rues de France… Déjà.

Je n’espérais pas écrire une suite à cette tribune. Plus Jamais ça ? Et si, hélas, CA s’est renouvelé, à Paris contre Charlie, à Montrouge contre une policière, à Vincennes contre un HyperCasher.

Et maintenant ? Se dire que c’est fini ? Que ça ne se reproduira plus ?

Je n’y crois plus, je disais hier à des amis qu’à 52 ans, j’ai déjà trop pleuré et trop manifesté dans les rues de Paris ou de Toulouse : Copernic, Goldenberg, Ilan Halimi, Sandler et Monsonégo, et maintenant Hyper Casher. 11 janvier 2015, encore une manifestation, la dernière ?

Il y a quelques mois à peine, même lieu, même type de cérémonie à la Synagogue de la Victoire, 3 bougies allumées pour Eyal, Gilad et Naftali.

Hier, 17 bougies, alors ? Plus jamais ça ?

Tribune parue dans ActuJ le 22 Mars 2012

Plus jamais ça ? Et pourtant …

Je suis malade de voir en boucle ces images sur ces enfants et ce professeur lâchement assassinés par un tueur méthodique à Toulouse.

Je suis malade de voir à la TV mes amis d’enfance et mes rabbins pleurer et prier à la mémoire des 4 âmes de 4 à 30 ans.

Plus jamais ça ?

Et pourtant, mon père soldat de l’Armée Rouge Russe puis soldat de la Haganah s’est battu pour « plus jamais ça ». Ma mère a passé son adolescence de ghetto en cache dans les campagnes de Pologne et me répète « plus jamais ça ».

A 50 ans bientôt, j’ai vu et manifesté pour Copernic, la rue des Rosiers, Carpentras, Ilan Halimi et maintenant Toulouse.

Et je me suis dit bêtement « plus jamais ça », pour moi, pour ma famille, pour mes enfants et futurs petits-enfants.

Et voilà que ce 19 mars 2012, « ça » recommence, une fois encore. Un tueur en série, froid et professionnel dans son délire d’exécuteur, abat un homme et ses enfants, tue d’une balle dans la tempe une fillette qu’il a attrapée par les cheveux. Comme un Nazi dans le Ghetto, « ça » recommence.

Et ce 19 mars en soirée, j’ai prié à la synagogue de Nazareth et marché dans les rues de Paris, pour que « plus jamais ça ».

Mais je n’étais pas seul, j’étais avec mes enfants pour qui je prie que  « plus jamais ça », et quel leurs futurs enfants n’aient pas aussi à crier « plus jamais ça ».

Et pourtant, « ça » a recommencé, et « ça » peut revenir, car Amalek est toujours vivant…

 

Soyons vigilants, soyons dignes, soyons rassemblés, soyons forts.

Baroukh Dayan Haemeth.

 

 

 

 

 

 

à propos de l'auteur
Responsable de projets dans une grande banque internationale, Bernard est aussi militant depuis sa jeunesse au Dror et au MAF à Toulouse avant de rejoindre Paris. Il est aussi président-fondateur Connec’Sion et il est le vice-président de la Loge B’nai B’rith Paris-Jérusalem et était community manager du B’nai B’rith France jusqu'en Juin 2014. Membre du Conseil d’Administration de Limoud France depuis 2006. Auteur de tribunes parues dans la presse juive et véritable addict des réseaux sociaux Correspondant du Jerusalem Post à Paris
Comments