ONU et maintien des conflits

Photo : Brendan Smialowski / AFP
Photo : Brendan Smialowski / AFP

L’Assemblée générale des Nations-Unies (NU) se réunit à New-York.

La réglementation des NU prohibe la résolution des conflits entre Etats par voie de guerre à deux exceptions près : les interventions miliaires des NU elles-mêmes (casques bleus) et la légitime défense jusqu’à réunion du conseil de sécurité.

S’agissant des interventions militaires des NU, elles échouent presque partout où elles sont commanditées et ce depuis 1948. Le Proche-Orient en est l’exemple le plus probant. La FINUL (force intérimaire des NU au Liban) s’avère de façon pérenne, depuis son installation, incapable de réaliser la mission de protection de la frontière israélo-libanaise pour laquelle elle est missionnée par les NU.

Elle n’empêche aucune incursion en Israël de la milice djihadiste Hezbollah, armée et financée par la « république islamique » d’Iran. Elle émet des avis de sécurité contraires aux preuves accablantes qui lui sont présentées et qui mettent en cause le Hezbollah. Elle diffuse des analyses inférieures aux avis des gouvernements libanais qui prennent ces dernières années leurs distances avec elle. Bref, elle fonctionne par une partialité de plus en plus désuète et surtout par inefficacité.

S’agissant de la légitime défense d’Israël, reconnue par les faits (agressions débutées en 1948) personne n’en parle ! Ni le conseil de sécurité, tiraillé entre des Etats dont les stratégies divergent pour finalement converger vers la nécessité des ventes d’armes. Ni l’assemblée générale qui se prend pour une assemblée parlementaire qu’elle n’est pas, disant un droit inexistant et violant la Charte des NU, seule source supérieure au Droit international public.

Les conflits du Proche-Orient comme ceux du monde entier sont maintenus en raison de l’inertie des NU à appliquer le Droit aux fins de maintien de la paix. L’organisation est prise en otage par les dictatures pétrolières et les ventes d’armes.

Elle est victime de la mainmise des forces financières favorables aux maintiens des conflits plutôt qu’à ceux de la paix. Ni les décisions, ni les réunions organisées dans le cadre des NU n’auront l’effet convenu dans ses statuts tant que l’organisation subira telle manipulation. Pendant ce temps, les peuples souffrent.

à propos de l'auteur
Pierre Saba
Comments