Obscurantisme

Les législateurs israéliens d'extrême droite Itamar Ben Gvir, au centre, et Bezalel Smotrich, à droite, assistant à la cérémonie d'assermentation du Parlement israélien, à la Knesset, à Jérusalem, le mardi 15 novembre , 2022. (AP Photo/ Maya Alleruzzo, Piscine)
Les législateurs israéliens d'extrême droite Itamar Ben Gvir, au centre, et Bezalel Smotrich, à droite, assistant à la cérémonie d'assermentation du Parlement israélien, à la Knesset, à Jérusalem, le mardi 15 novembre , 2022. (AP Photo/ Maya Alleruzzo, Piscine)

« Le gouvernement le plus à droite de l’Histoire d’Israël » est une expression reprise par la presse qui n’est pas tout à fait vraie. Dans le passé, Israël a compté des gouvernements tout aussi à droite comme ceux d’Itzhak Shamir.

Le gouvernement qui prêtera serment cette semaine l’est tout autant, mais avec une caractéristique nouvelle : la présence importante de religieux. Avec 18 députés ultraorthodoxes et 14 élus sur la liste du Sionisme religieux, c’est la moitié de la coalition qui revendique son identité confessionnelle. Pas celle de n’importe quel judaïsme. Celui qui obéit aux critères de la plus stricte orthodoxie. Et les partis précités ne s’en laissent pas compter. L’accord de coalition passé entre Binyamin Netanyahou et Betzalel Smotricht comporte 140 articles ( !) ; celui avec Itamar Ben Gvir 90.

À titre de comparaison, en 2021, l’accord entre Naftali Benett et Yaïr Lapid en comptait 29. Et ces catalogues n’ont rien d’un inventaire à la Prévert. Les projets concernent tous les domaines mais avec une grande cohérence. Celle de l’obscurantisme. On citera deux exemples.

L’article de la loi fondamentale sur la Knesset prévoyant d’invalider la candidature de postulants incitant au racisme sera supprimé. Le texte en vigueur avait permis d’empêcher la candidature de Meïr Kahana, et plus tard celle de ses fidèles comme Baruch Marzel ou Michaël Ben Ari, le fondateur du parti d’Itamar Ben Gvir. Celui-là même qui va devenir ministre de la Sécurité nationale car les temps ont bien changé. L’obscurantisme va même être introduit dans les relations commerciales.

Une loi viendra légaliser le refus d’une clientèle dans un négoce privé en raison des convictions religieuses de son propriétaire. C’est la communauté LGBT qui est particulièrement visée. Il y aura d’autres atteintes à la liberté individuelle qu’elles soient prévues dans les accords de coalition ou non.

Car les alliés de Binyamin Netanyahou ont tout prévu pour consolider les positions de pouvoir de ceux qui partagent leurs thèses, au niveau du Grand rabbinat par exemple.

Après les élections, on a entendu chez nombre d’électeurs de l’opposition une petite musique selon laquelle les résultats du 1er novembre dernier étaient une simple péripétie politique et que les contradictions internes à la coalition inciteraient rapidement Binyamin Netanyahou à changer d’alliance. Il n’en est rien.

La facilité avec laquelle le Likoud a accepté les exigences les plus extrémistes de ses alliés confirme qu’une forte convergence idéologique réunit les partis de la coalition : celle de la fermeture d’esprit.

Curieuse préférence pour les ténèbres que celle du gouvernement d’un pays et d’un peuple qui voulait être « une lumière parmi les Nations ».

à propos de l'auteur
Philippe Velilla est né en 1955 à Paris. Docteur en droit, fonctionnaire à la Ville de Paris, puis au ministère français de l’Economie de 1975 à 2015, il a été détaché de 1990 à 1994 auprès de l’Union européenne à Bruxelles. Il a aussi enseigné l’économie d’Israël à l’Université Hébraïque de Jérusalem de 1997 à 2001, et le droit européen à La Sorbonne de 2005 à 2015. Il est de retour en Israël depuis cette date. Habitant à Yafo, il consacre son temps à l’enseignement et à l’écriture. Il est l’auteur de "Les Juifs et la droite" (Pascal, 2010), "La République et les tribus" (Buchet-Chastel, 2014), "Génération SOS Racisme" (avec Taly Jaoui, Le Bord de l’Eau, 2015), "Israël et ses conflits" (Le Bord de l’Eau, 2017). Il est régulièrement invité sur I24News, et collabore à plusieurs revues.
Comments