Montée du populisme et montée de l’antisémitisme

Des tombes vandalisées avec des croix gammées photographiées dans le cimetière juif de Quatzenheim, dans l'est de la France, le mardi 19 février 2019. (Photo AP / Jean-François Badias)
Des tombes vandalisées avec des croix gammées photographiées dans le cimetière juif de Quatzenheim, dans l'est de la France, le mardi 19 février 2019. (Photo AP / Jean-François Badias)

Les différentes études montrent une corrélation entre l’accession des populistes au pouvoir et la montée de l’antisémitisme

Pas un jour où la presse ne relate un acte antisémite dans le monde. Les Juifs, dans tous les continents, sont attaqués qu’ils soient orthodoxes, libéraux ou non religieux. Les gouvernements s’en inquiètent et nous entendons dans de nombreux pays des cris d’alarme des chefs d’état ou de gouvernement.

Dans le même temps, de plus en plus de populistes de la droite extrême arrivent au pouvoir ou sont membres de coalitions.

Cette étude tente de démontrer la corrélation entre la montée des populistes et l’augmentation des actes antisémites. Pour cela, nous avons choisi d’observer quelques pays où les populistes sont au pouvoir.

Comme documents de base, nous nous sommes basés sur deux rapports publiés en 2019 :

  • Le rapport de l’ADL (Anti Defamation League) publié aux USA
  • Le rapport de l’Université de Tel-Aviv et de l’Institut Kantor publié en Israël

Etats-Unis

D. Trump a été élu président en 2016 et a pris ses fonctions le 20 janvier 2017.

D’après l’ADL, « Anti defamation League », on observe une spectaculaire augmentation des actes antisémites en 2017 et une baisse minimum pour 2018.

2016 : 721 cas de harcèlement et 510 cas de vandalisme

2017 : 1015 cas de harcèlement, 953 cas de vandalisme et 19 cas d’attaque

2018 : 1066 cas de harcèlement, 774 cas de vandalisme et 39 cas d’attaque

Donc en 2018 les actes antisémites augmentent de 48 % par rapport à 2016 mais baissent seulement de 4% par rapport à 2017

Le média CNN rapportait les déclarations de la Police de New-York qui expliquait que les actes antisémites à New-York avaient augmenté de 26 % en un an :  234 incidents en 2019 contre 186 en 2018

Pour les six premiers mois de 2019, 780 actes antisémites étaient déjà dénombrés aux USA.

Pologne

En 2019, le parti ultra-conservateur Droit et Justice était au pouvoir depuis quatre ans. L’enquête de l’ADL montre que cette même année, 48% des Polonais avaient une attitude antisémite. En 2015, ils n’étaient « que » 37%.

En 2019, pour 75% des Polonais, «les juifs parlent encore trop de ce qui leur est arrivé pendant la Shoah.».

Hongrie

En Hongrie, dont le gouvernement nationaliste a mené des campagnes d’affichage anti-immigrants mettant en vedette le «financier juif » George Soros, 25 % de la population pense que « les Juifs veulent affaiblir la culture nationale en soutenant plus d’immigrants venant dans notre pays.»

Brésil

Le 1er janvier 2019, Jair Bolsonaro devient Président du Brésil. Depuis, la population de ce pays se déclarant antisémite a augmenté de 9%.

Pour l’Université de Tel Aviv, les incidents antisémites sont en grande partie dus à l’utilisation de la rhétorique nazie qui n’est pas étrangère au Gouvernement.

Slovaquie

D’après l’Université de Tel Aviv, l’antisémitisme se manifeste dans le cadre du discours de haine raciste d’extrême droite, dirigé contre les Roms et les Juifs. La glorification du nazisme est un phénomène qui se produit à la fois dans le discours des militants d’extrême droite et en ligne, sur Facebook, à travers des profils associés à des militants néonazis.

Russie

Pour l’Université de Tel-Aviv, il y a une augmentation de la rhétorique antisémite dans ce pays :

  • En mars 2018, des orthodoxes russes déclaraient qu’un incendie dans un centre commercial avait été perpétré par des Juifs en lien avec les fêtes de pessah (Pâques juives)
  • L’évêque Ivan Kuruochkin a condamné les Juifs qui pratiquent selon lui des meurtres rituels
  • Pendant la coupe du monde de football, des journalistes ont pu observer des supporters faisant le salut nazi.
  • En mars 2018, le Président Poutine, dans une interview à NBC news qui portait sur l’ingérence dans les élections américaines déclarait : « Je m’en fiche, car ils ne représentent pas le gouvernement…Peut-être qu’ils ne sont même pas Russes, mais Ukrainiens, ou Juifs, mais avec la citoyenneté russe, ce qui devrait être vérifié ; peut-être qu’ils ont une double nationalité ou une carte verte. Peut-être que les États-Unis ont payé pour cela … »

Le Comité juif américain (AJC) a condamné ces propos en expliquant que cela ressemblait aux protocoles des sages de Sion.

La députée israélienne Svetolva russe a tweeté « Nous connaissons assez bien ces vieilles rengaines : Peut-être que les Juifs dirigent le monde, peut-être que les Juifs utilisent du sang pour leurs rituels, peut-être que les Juifs ont massacré des Juifs en Pologne (référence aux déclarations du président polonais). Maintenant voici le dernier tube peut-être que les Juifs se sont mêlés des élections américaines ».

Nous observons que lorsqu’un populiste arrive au pouvoir, la parole se libère :parole raciste, parole misogyne, parole qui exclut l’autre mais surtout parole qui monte une partie de la population contre une autre. Il n’est donc pas étonnant de voir une montée de l’antisémitisme dans ces pays.

Le paradoxe est que beaucoup de ces pays ont une politique pro-israélienne mais nous pouvons nous demander si le pouvoir israélien en place a raison de s’allier avec de tels régimes.

à propos de l'auteur
Éric Gozlan est né en 1964. Il a vécu une grande partie de sa vie en Israël au kibboutz et a servi dans une unité combattante de Tsahal pendant la première guerre du Liban et la première Intifada. Il étudie l’économie en Israël. De retour en France, il est reçu au troisième concours de l'École Nationale de la Magistrature et a travaillé de nombreuses années dans le milieu bancaire et au Conseil de l’Europe. En dehors de son parcours professionnel, Éric a toujours été intéressé par le social et les relations interreligieuses. Il pense qu’il est possible d’arriver à la paix par la religion (puisque les guerres partent souvent de celle-ci). C’est pour cette raison qu’il s’emploie en France à travailler sur le dialogue interreligieux et ce notamment avec l’Imam Chalghoumi Il a été nommé il y a peu par le roi des Roms ambassadeur de sa cause pour la France et a reçu la médaille de la paix en Roumanie. Éric est souvent invité à des congrès pour la paix pour donner son expertise sur certains problèmes Il a participé à deux nombreux colloques sur la paix et le dialogue inter religieux en Corée, Russie, Etats-Unis, Bahreïn, Belgique, Angleterre, Italie, Roumanie… Il est fondateur de Focus International Consulting et directeur de l'International Council for Diplomacy and Dialogue Eric Gozlan écrit dans plusieurs revues dont le Nouvel Observateur en France, Times of Israël en Israël et a publié dernièrement, suite à une demande du Vatican, une étude sur l’apostasie dans le Judaïsme
Comments