Mauvais maître

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Premier ministre suppléant et ministre de la Défense Benny Gantz dirigeant la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem le 7 juin 2020. Photo de Marc Israel Sellem / POOL
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Premier ministre suppléant et ministre de la Défense Benny Gantz dirigeant la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem le 7 juin 2020. Photo de Marc Israel Sellem / POOL

Le milieu politique ressemble souvent à celui de l’éducation. Certains maîtres savent éduquer leurs élèves, d’autres se contentent de les occuper. Les ministres du 35ème gouvernement d’Israël, et d’abord le premier d’entre eux, appartiennent sans aucun doute à la seconde catégorie.

Alors que le chômage ne décline pas ; qu’une famille sur quatre restreint ses dépenses alimentaires ; que le taux de mortalité du Corona est le plus élevé de la planète, le Premier ministre menace : si un budget annuel (en fait trimestriel) n’est pas adopté avant le 25 août, la Knesset sera automatiquement dissoute et le pays devra retourner aux urnes en novembre.

Joignant le geste à la parole, il multiplie les sorties en public, allant ici faire des emplettes dans un magasin d’une ville du centre, venant là saluer un maire Likoud dans une localité de la périphérie. Binyamin Netanyahou obéit à une logique simple : obsédé par son procès qui doit commencer en janvier prochain, il veut disposer d’une majorité prête à voter tous les textes lui permettant d’y échapper.

Ses partenaires de la coalition sont à la peine. Benny Gantz et les siens défendent une position apparemment raisonnable : l’adoption d’un budget qui couvrirait la fin de 2020 et l’année 2021 afin de donner aux agents économiques (et aux observateurs extérieurs…) la visibilité sans laquelle rien de sérieux ne peut se faire en économie.

Mais piégés par leur appartenance au gouvernement, ils leur reste un choix limité : se plier aux désidératas du Likoud ou voter une loi qui différerait la date fatidique. Entrés au gouvernement sous l’autorité d’un chef qu’ils vouaient aux gémonies, ils ont pu faire illusion pendant quelques semaines avant de réaliser qu’il leur fallait avaler bien des couleuvres.

On sait qu’une quatrième élection serait fatale à Bleu-Blanc (Kahol-Lavan) et ramènerait leur représentation parlementaire (15 députés aujourd’hui) à la portion congrue. Le Likoud n’est pas non plus au mieux de sa forme électorale. Tous les sondages lui prédisent un nombre de sièges bien inférieur à celui dont il dispose actuellement (36).

Binyamin Netanyahou sait qu’aujourd’hui il ne suffira pas de distribuer de l’argent ou de dénoncer la presse, les juges, les manifestants … A ces bonnes vieilles recettes de la droite israélienne, il entend ajouter un nouvel ingrédient : une liste indépendante conduite par un homme respectable (Haïm Bibas, bon maire et affichant un militantisme de droite présentable, par exemple) qui pourrait capter les suffrages manquant au Likoud… avant de faire alliance avec lui après l’élection.

Les mauvais maîtres, savent trouver les dérivatifs qui parlent à l’imagination des enfants. Mais parfois, les enfants grandissent vite.

à propos de l'auteur
Philippe Velilla est né en 1955 à Paris. Docteur en droit, fonctionnaire à la Ville de Paris, puis au ministère français de l’Economie de 1975 à 2015, il a été détaché de 1990 à 1994 auprès de l’Union européenne à Bruxelles. Il a aussi enseigné l’économie d’Israël à l’Université Hébraïque de Jérusalem de 1997 à 2001, et le droit européen à La Sorbonne de 2005 à 2015. Il est de retour en Israël depuis cette date. Habitant à Yafo, il consacre son temps à l’enseignement et à l’écriture. Il est l’auteur de "Les Juifs et la droite" (Pascal, 2010), "La République et les tribus" (Buchet-Chastel, 2014), "Génération SOS Racisme" (avec Taly Jaoui, Le Bord de l’Eau, 2015), "Israël et ses conflits" (Le Bord de l’Eau, 2017). Il est régulièrement invité sur I24News, et collabore à plusieurs revues.
Comments