Maroc : la loi mosaïque, pilotis de la jurisprudence rabbinique

Le Maroc est le seul pays au monde à disposer d’une Chambre hébraïque où la justice est rendue sur la base de la loi mosaïque pour les Marocains de confession juive. Une situation inexistante dans les contrées européennes voisines.

Pour permettre aux citoyens juifs marocains de bénéficier d’un système judiciaire propre à eux, la jurisprudence hébraïque marocaine a toujours été encadrée par des Dahirs royaux. Ses préceptes mosaïques sont tels qu’ils ont été consignés dans le Talmud.

Toujours dans ce pays du globe, la constitution de 2011 renforce la place magistrale de l’identité juive dans les initiatives royales et gouvernementales depuis que le Souverain Mohammed VI est aux commandes du pays, soit depuis l’été 1999.

D’ailleurs, aux ultimes brèves, Mohammed Ben Abdelkader, ministre marocain de la Justice, s’est rendu à la Chambre hébraïque du tribunal civil de Casablanca dans l’optique de rencontrer les juges de cette institution.

Aussi, le ministre marocain a-t-il effectué une visite au chantier de réhabilitation du bâtiment du Tribunal civil de Casablanca, classé comme patrimoine national dans la catégorie monument historique. Une occasion de dévoiler la nouvelle plaque portant le nom de la Chambre rabbinique.

Ces attentions portées aux institutions juives du Royaume s’inscrivent dans le renforcement des réunions de communication avec les responsables judiciaires et administratifs des différents services judiciaires, et le suivi de l’état des bâtiments des tribunaux. Une détermination révélée dans tous les discours royaux du Souverain marocain.

Pour sa part, le président de la Chambre et le juge-rabbin Joseph Israël, exerçant dans ce tribunal depuis 1987, a précisé que cette Chambre est spécialisée du statut personnel des Marocains de confession juive notamment le mariage, le divorce et le testament.

De son côté, Simon Zakouri, juge à la Chambre hébraïque, entrevoit que la visite du ministre Ben Abdelkader illustre la coexistence dont jouissent les citoyens de différentes religions au Maroc, relevant que “les religions célestes ne font pas de différence entre les hommes et les relations humaines sont importantes”.

Le juge-rabbin à la Chambre hébraïque Hazout Israël souligne, quant à lui, que les juges de la Chambre hébraïque sont et resteront mobilisés derrière le Souverain marocain.

à propos de l'auteur
Journaliste avec préméditation, auteure en devenir et poétesse du dimanche, Houda voue un amour sans pareil au patrimoine judéo-andalou, un de ses sujets de prédilection. Lors de ses quelques voyages en Espagne (à Cadix, Jaén, et Huelva en Andalousie, mais aussi à Vilajoyosa, une commune d'Alicante en Communauté Valencienne) elle a pu visiter quelques juderías et découvrir les écrits du grand et majestueux Maïmonide sur son long séjour dans le beau Sud ibérique.
Comments