Marcel Kahn 1914-1990

Extrait Personalkarte - DAVCC Caen (c)
Extrait Personalkarte - DAVCC Caen (c)

Un jour, une histoire Recherche de témoins et/ou descendants

Un parcours exceptionnel !

Extrait Personalkarte – DAVCC Caen (c)

Marcel Kahn est né le 13 mars 1914 à Dettwiller, fils de Justin Kahn et sa mère est née Mandel. De la classe 1934, il est immatriculé à Saverne sous le matricule 403.

Voyageur de commerce, il est appelé sous les drapeaux alors qu’il habite rue Jean-Baptiste Bru à Cusset dans le département de l’Allier.

Il intègre le 403e Régiment de Défense Contre les Aéronefs au rang de Brigadier. Il est fait prisonnier le 17 juin 1940 à Sarrebourg et envoyé vers le Stalag IXC où il arrive le 20 août 1940 et reçoit le matricule de prisonnier de guerre 9088.

Extrait Personalkarte – DAVCC Caen (c)

Bien qu’il soit de religion israélite et repéré comme « Jude », Juif, c’est sa condition d’Alsacien-Lorrain qui intéresse les Allemands, qui lui propose, comme à tous les Alsaciens-Lorrains, de prendre la nationalité allemande, afin de pouvoir les incorporer de force dans l’armée allemande. Marcel Kahn refuse et sa carte mentionne qu’il veut rester Français. (Will Franzose bleiben)

Extrait Personalkarte – DAVCC Caen (c)

 

 

Quatre jours après son arrivée au Stalag, il est mis au travail dans un détachement à Schaala près de Rudolstadt dans le Land de Thuringe. Malgré tout, comme tous les Alsaciens-Lorrains, il est renvoyé vers le Stalag VB de Villingen le 11 février 1941, proche de la frontière française en vue de son rapatriement qui n’aura pas lieu, étant donné qu’il est Juif et ne peut, selon les lois raciales, être incorporé dans l’armée allemande.

Extrait Personalkarte – DAVCC Caen (c)

 

 

 

 

Le 18 février 1941, il intègre le détachement de travail de Heuberg, puis le 10 juin 1941 entre au service du Schluseewerk, un barrage en Forêt-Noire. Il s’en évade le 15 septembre 1941 et rejoins la France.

Repris en mars 1944, il est transféré au camp de Drancy et reçoit le matricule 17375, déporté par le convoi 70 du 27 mars 1944 vers Auschwitz. Il survit au camp d’extermination et revient en France. Dans les années 1950, il réside au 134, rue de Charenton à Paris. Il est décédé le 18 octobre 1990 à Paris dans le 9e arrondissement.

Merci de nous aider à retrouver ses descendants ou des témoins afin de découvrir quel fut son parcours entre son évasion en 1941 et sa déportation en 1944.

Merci à tous.

Extraits et photographies avec l’aimable autorisation de la DAVCC de Caen. (c)

à propos de l'auteur
Christophe Woehrle est docteur en histoire contemporaine - Chevalier de l'ordre des arts et des lettres
Comments