L’universalité d’Israël : de Dubaï au Maroc et au Bouthan

Drapeaux d'Israël - Libre d'utilisation - Pixabay
Drapeaux d'Israël - Libre d'utilisation - Pixabay

Israël multiplie les accords et échanges diplomatiques à un moment de crise sanitaire internationale. Les nations arabes sont actuellement les plus concernées par ces rapprochements.

Des nations africaines se joignent également à cet élan. De nombreuses nations asiatiques sont déjà en coopération étroite avec Israël, d’autres sont en voie de rejoindre ce mouvement.

Israël réalise un authentique défi au repli sur soi et au fatalisme face à l’adversité. Les motivations ont d’abord été géopolitiques, reposant sur la lutte contre les manoeuvres de déstabilisation de l’Iran sur le moyen orient.

L’Iran est auteur de terrorisme externalisé à tout l’Orient par le financement et l’armement de milices paramilitaires internationales. Mais l‘Iran a souhaité également développer son programme nucléaire et devenir une puissance nucléaire militaire régionale.

Cette double démarche a fait de l’Iran un adversaire redouté par les monarchies du golfe menacées dans leur pérennité. Les accords bilatéraux entre Israël et les nations arabes du golfe sont venus contrecarrer l’expansionnisme de l’Iran et établir un contre pouvoir diplomatique et militaire.

Parallèlement à la géopolitique, le projet de développement économique représente une avancée régionale grâce aux échanges technologiques et à l’ouverture des marchés moyens orientaux à tous les pays riverains. Séduits par l’attractivité d’une telle coopération, d’autres pays souhaitent s’arrimer au dispositif.

Pilier historique de la paix israélo arabe, l’Égypte est confortée dans sa position centrale du dispositif et reste fidèle à ses engagements militaires et économiques.

Le Liban pourtant hostile à tout rapprochement commence à y penser. La Jordanie qui s’était éloignée, pense revenir à de meilleurs objectifs, comme par exemple, rejoindre le projet avant gardiste du canal de la mer morte à la mer rouge.

Étonnamment la Turquie, malgré ses velléités de domination guerrière, ne serait pas hostile à rétablir des liens économiques, certes discrets avec Israël. Tout se passe comme si, reposant sur un projet géopolitique d’envergure, un grand projet de marché économique moyen oriental ouvert à l’international, régi par des liens bilatéraux de respect mutuel, est en train de naître.

Il s’agirait d’un des projets régionaux les plus attractifs des dernières années que les Palestiniens ne devraient plus tarder à rejoindre, par effet d’entraînement positif. On note le silence assourdissant de l’Europe et de la France qui restent dans une expectative incompréhensible.

Faut-il rappeler que l’antisionisme est désormais vidé de sens. Sur le plan culturel et politique, Israël a souhaité étendre sa coopération sur l’autre rive de la Méditerranée, à l’extrême pointe occidentale de l’Afrique, sur l’atlantique.

Dans ce but, Israël va pérenniser un lien fort avec le royaume marocain. C’est non seulement une vision stratégique d’ouverture, mais plus encore une vision culturelle de politique intérieure en Israël, en confortant dans leur Alya, le million d’israéliens d’origine marocaine vivant en Israël.

Ce qui renforcera forcément le lien d’Israël avec le Maroc et créera un mouvement d’échanges culturels économiques et technologiques. C’est ce qui s’est passé entre Israël et la Russie grâce aux olims russes. Enfin symboliquement, l’Etoile flamboyante à 5 branches du drapeau marocain est la complémentaire de l’Etoile initiatique à 6 branches du drapeau israélien.

Israël a également développé des liens économiques culturels et universitaires avec plusieurs pays africains en dispensant notamment aux élites un enseignement économique par vidéoconférence et une assistance technologique sur place.

Enfin, le dernier événement contemporain de Hanouka, c’est l’établissement de rapports diplomatiques d’Israël avec le Bouthan. Comment, après avoir consolidé ses connexions diplomatiques économiques et culturelles avec le monde entier, Israël pouvait-t-il oublier le sanctuaire du bouddhisme dans sa démarche universaliste ?

Le Bouthan est un petit pays faiblement peuplé où règne une sagesse et une spiritualité ambiantes inspirées du bouddhisme. Ce pays petit par la taille veut résister aux puissances environnantes et constitue un modèle de souveraineté. Il y règne une retenue à l’égard de la consommation effrénée déferlante.

Ce qui a conduit ce pays à être le seul pays à bilan carbone négatif qui considère l’écologie comme un mode de vie inspiré de la spiritualité. C’est un pays qui a établi un BIB en lieu et place d’un PIB. Le BIB c’est le Bonheur Intérieur Brut.

C’est dire l’importance accordée à l’humain par ce pays exemplaire, source d’inspiration. Israël, ami de la spiritualité bouddhiste, souligne tout l’intérêt porté à la spiritualité qui règne en son sein, grâce aux institutions légendaires d’étude du Talmud et de la Thora.

Israël illustre son égale estime pour les états puissants en Orient et en Occident mais aussi pour les plus petits états en Asie et en Afrique admirables pour leurs convictions et leurs engagements.

Israël, pays de la high tech et de l’humanisme, irradie désormais auprès des nations du monde entier. Grace à son universalité et à la spiritualité des anciens qui l’inspire, Israël voit son avenir gravé pour l’éternité dans l’histoire des nations.

à propos de l'auteur
Docteur en médecine, Gilbert est aussi médecin du travail, acupuncteur, homéopathe ainsi qu'enseignant de neurophysiologie.
Comments