Lettre ouverte à Monsieur le député des Français de l’Etranger, M. Meyer Habib

Meyer Habib, photo credit: THE NATIONALE ASSEMBLY - FRANCE)
Meyer Habib, photo credit: THE NATIONALE ASSEMBLY - FRANCE)

A vrai dire, je ne pensais aucunement prendre la plume à propos des élections à la présidence française. Mais comment dire ? Vous m’y avez forcé, Monsieur le deputé. En effet, face à vos derniers propos indécents pour ne pas dire consternants concernant Marine le Pen, propos ne faisant pas honneur à votre fonction, je ne peux pas ne pas réagir. Il est des fois où le silence est une forme de complicité ! N’oubliez jamais que vous représentez les Français de l’Etranger en général et les franco-israéliens plus particulièrement.

Afin d’éviter toute forme de malentendu, je tiens à préciser que, Juif franco-israélien vivant tous les jours de ma vie en Israël, il me paraîtrait plus qu’incorrect de porter ma voix sur un quelconque candidat ne prenant pas part pleinement à la vie française avec ses droits et ses devoirs – il s’agit d’un avis qui n’implique que ma personne-. Donc, je ne porterai pas de jugement sur votre choix personnel de voter en faveur d’Emmanuel Macron.

Je tenais à réagir sur l’une de vos phrases[1] qui a retenu mon attention au plus haut point et ne peut en aucune manière rester sans réponse :

« Cependant, même si Marine Le Pen est l’héritière d’un parti créé par son père -l’homme du « Point de détail », antisémite notoire, assumé et négationniste appartenant à l’extrême-droite contre laquelle je me suis battu y compris avec mes poings pendant toute ma jeunesse- elle n’est pour moi ni raciste, ni antisémite. »

Une phrase qui ne peut rester sans réponse et qui devrait nous interpeller en tant que Juifs ! Mesurez-vous bien vos propos ? « Ni raciste, ni antisémite ? » Sur quelle base fondez-vous vos propos ? Avez-vous sérieusement lu le programme de Marine le Pen sur « Le contrôle de l’immigration » ? En voici les termes :

• « Le droit du sol sera supprimé. Le droit du sol a pour conséquence que l’acquisition de la nationalité française est automatique à 18 ans pour une personne née en France de parents étrangers eux-mêmes nés à l’étranger. Aucune condition n’y est mise, aucun amour pour la patrie n’a besoin d’être manifesté. Il n’est pas acceptable de devenir Français dans ces conditions. L’acquisition de la nationalité française est même acquise dès la naissance pour un enfant né en France d’un parent étranger lui-même né en France. Pour un étranger, acquérir la nationalité française doit être un choix motivé. Pour la France, donner la nationalité à un étranger ne doit être possible que si la personne qui le demande apporte des garanties en matière d’assimilation, de maîtrise de la langue, de respect de nos lois et de nos mœurs. • La transmission de la nationalité française ne sera, pour l’essentiel, possible que par filiation. Ne peuvent être françaises que les personnes dont l’un des parents est Français. • Il sera mis fin à l’acquisition automatique de la nationalité par le mariage. • La naturalisation sera encadrée par des conditions très strictes et devra faire l’objet d’une demande motivée des intéressés » (p. 16-17).

En affirmant que Marine n’est pas raciste, vous semblez abonder dans le sens de son programme populiste empreint d’un racisme latent et larvé sur la question de l’immigration. Auriez-vous oublié les grandes valeurs de la France qui sont celles de l’hospitalité et de la fraternité ?

Marine le Pen, répondant aux invectives d’Emmanuel Macron, l’accusant de racisme, affirme : « Il faudrait que le président de la République comprenne que créer une différence de droit, donner des droits supplémentaires en fonction de la nationalité n’a jamais, dans aucun droit, été considéré comme du racisme ». Marine le Pen que vous nous présentez comme n’étant pas raciste oublie, par exemple, que le régime d’apartheid fondait toute sa légitimité sur la notion de « différence de droit ». En démocratie, les hommes et les femmes sont égaux en droit comme vous n’êtes point sans l’ignorer en tant que Député à l’Assemblée Nationale ! Je voudrais vous rappeler que, selon notre Tradition, ce n’est pas le Droit qui dicte la Morale mais la Morale qui dicte le Droit.

Quant aux Juifs de France, je relève une contradiction d’importance dans vos dires et avoue ne pas vraiment comprendre. Vous reconnaissez, en effet, que « ses positions relatives à l’interdiction du port de la kippa dans la rue, à l’abattage rituel ainsi qu’à l’internationalisation de Jérusalem sont aussi des lignes rouges pour moi. » Je vous l’accorde mais alors comment osez-vous affirmer sans gêne que Marine le Pen n’est pas antisémite ? Comment dire une chose et son contraire ?

Marine Le Pen n’a que faire de la présence des Juifs en France. Si la grande majorité d’entre nous affirme vouloir améliorer le bien-être animal, tous, dans la communauté juive, comprennent que les intentions de Marine le Pen en supprimant l’abattage rituel ne sont pas uniquement d’amoindrir la souffrance animale. L’instrumentalisation de la cause animale, vise à contraindre les Juifs à quitter la France à plus ou moins long terme, à moins qu’ils ne s’assimilent. Cela ne fait de doute pour personne. Même si en 2020, Marine le Pen reconnaît « le fléau de l’antisémitisme » dans le cadre de l’hommage aux Juifs déportés lors de la rafle du Vél’d’Hiv en 1942, il n’en est pas moins vrai qu’elle ne cesse de répéter que « s’il y a des responsables, c’est ceux qui étaient au pouvoir à l’époque, ce n’est pas la France ». Ne soyons pas si prompts à banaliser ses propos. Le « un pas en avant », selon l’expression de Serge Klarsfeld, devrait être « deux pas en avant ». Comment expliquer que le programme d’éducation prôné par Marine le Pen ne fasse point mention de la Shoah à l’école ?

Votre position mi-figue mi-raisin me semble inacceptable pour le Député qui nous représente. J’attendais de vous une dénonciation explicite de son racisme et de son antisémitisme. Je ne puis que regretter la banalisation à laquelle vous vous associez. D’une certaine manière, vous permettez aux nôtres de voter sans complexe en sa faveur, comme le fera votre ami Eric Ciotti. Tenteriez-vous de la rendre plus sympathique en Israël où elle est à juste titre persona non grata ? Seriez-vous atteint d’amnésie ? En 2018, Marine le Pen reçoit le député égyptien antisémite et antisioniste Abderahim Ali qui prétend ouvertement qu’Israël constitue « un corps étranger » au Proche-Orient.

J’attendais de vous, Monsieur le député, plus de compassion envers l’étranger en France et de sens de vérité dans vos propos quant aux positions antisémites et antisionistes de Marine le Pen, même si, évidemment, cette dernière s’en défend avec toute la rhétorique qui est la sienne.

Veuillez agréer, Monsieur le député, mes salutations distinguées,

Hag Pessah Sameah !

Haïm Ouizemann

Ashkelon – Israël

[1] Post fb du 12 avril 2022.

à propos de l'auteur
Diplômé de l’Institut des Civilisations et Langues Orientales de Paris (INALCO) et certifié de l’Institut Catholique de Paris (ICP) enseigne la Bible (TaNa’Kh), sa langue, son éthique et son histoire. Installé, depuis son Alya en 1989 à Ashkelon, il participe activement au refleurissement d'Erets Israël. Végétarien par conviction morale, Haïm rêve d'une ère nouvelle où les grandes spiritualités pourraient se rencontrer en vue d'instaurer un monde meilleur. Convaincu que le retour du peuple d’Israël en Erets-Israël annonce la restauration de l'idéal de fraternité abrahamique, il encourage le dialogue interreligieux dans le respect de l'autre
Comments