Lettre à M. Kalifat, Président du CRIF

Francis Kalifat, président du CRIF, à Paris, le 29 mai 2016. (Crédit : François Guillot/AFP)
Francis Kalifat, président du CRIF, à Paris, le 29 mai 2016. (Crédit : François Guillot/AFP)

Cher Francis,

Nous n’avons pas toujours été d’accord. Nous nous sommes quelquefois opposés sur certaines positions du CRIF mais si je prends la plume aujourd’hui, c’est pour te défendre.

Je lis sur les réseaux sociaux de nombreuses critiques à ton égard suite à ton interview de septembre dernier à Radio J où tu t’exprimais en ces termes : « Si demain il venait à déclarer sa candidature (à la Présidentielle, ndlr), il est évident que nous devons faire barrage, et pas une voix, pas une voix juive en tous cas ne doit aller sur le candidat potentiel Eric Zemmour. »

Zemmour a répondu quelques jours plus tard que « M. Kalifa est l’idiot utile des derniers antisémites qui subsistent en France. »

J’ai attendu que M. Zemmour soit candidat officiel pour t’apporter mon soutien car oui, tu as raison, aucune voix juive ne doit aller sur Zemmour.

Zemmour est l’antithèse de la religion juive qui, dans ses textes, a toujours été aux côtés des étrangers.

Ainsi la Bible parle d’amour de l’étranger à trente-neuf reprises.

Nous pouvons lire dans le Deutéronome, chap. 10, V. 19 : « Et vous aimerez l’étranger, car, étrangers vous fûtes dans le pays d’Egypte. »

Pour le Ramban cela signifie que « l’expérience en Egypte doit apprendre aux enfants d’Israël que Dieu ne tolère pas qu’on persécute l’étranger. »

Nous devons donc aimer l’étranger et pour cela nous devons l’accueillir comme Abraham le faisait. La grandeur d’Abraham, selon les sages, résidait dans l’accueil chaleureux qu’il réservait à tous les voyageurs et à tous les étrangers.

Moïse va encore plus loin en parlant des migrants : Lévitique chap. 19. V. 33 et 34 : « Si un étranger vient séjourner dans votre pays, ne le molestez point. Il sera pour vous comme un de vos compatriotes, l’étranger qui séjourne avec vous, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte, je suis l’Eternel votre Dieu. »

Job nous montre la voie : « Un étranger ne passait point la nuit dehors, j’ouvrais ma porte au passant. »

J’ai vu avec tristesse que certains membres de la communauté juive approuvaient les thèses de Zemmour et dans le même temps se pressaient pour prier dans les synagogues. Je me demande s’ils comprennent les prières.

J’ai vu avec dégoût que des sites communautaires écrivaient tout le bien qu’ils pensaient de Zemmour .

Non, les dires de Zemmour sur Pétain ne les gênent pas.
Non, le parallèle entre Merah et ses victimes ne les dérange pas.

Ces personnes et ces sites t’ont critiqué, injurié, ils ont voulu t’interdire de dire haut et fort ce que la grande majorité de la communauté juive de France pense : Nous devons faire barrage à Zemmour.

Cher Francis, je suis sûr que dès que la campagne électorale commencera, de nombreux journalistes te questionneront sur la position de la communauté juive sur Zemmour. Sache que la majorité des juifs seront, comme moi, à tes côtés, lorsque tu diras une deuxième fois qu’ « il est évident que nous devons faire barrage, et pas une voix, pas une voix juive en tous cas ne doit aller sur le candidat Eric Zemmour. »

Avec toute mon amitié

Eric Gozlan

à propos de l'auteur
Eric Gozlan est co-directeur de l'International Council for Diplomacy and Dialogue . il est Conseiller diplomatique de plusieurs gouvernements Il étudie l’économie et est reçu au troisième concours de l'École Nationale de la Magistrature Éric a toujours été intéressé par le social et les relations intrernationales. Il a été nommé il y a peu par le roi des Roms ambassadeur de sa cause pour la France et a reçu la médaille de la paix en Roumanie et celle de la Belgique Il a participé à deux nombreux colloques sur la paix en Corée, Russie, Etats-Unis, Bahreïn, Belgique, Angleterre, Italie, Roumanie… Eric Gozlan écrit dans plusieurs revues dont le Nouvel Observateur en France, Times of Israël en Israël et a publié dernièrement, suite à une demande du Vatican, une étude sur l’apostasie dans le Judaïsme
Comments