Les violons de la mémoire…

Le 30 juillet 1942, l’orchestre de Mauthausen escorte les prisonniers vers leur exécution. Archives photos de Yad Vashem (100313)
Le 30 juillet 1942, l’orchestre de Mauthausen escorte les prisonniers vers leur exécution. Archives photos de Yad Vashem (100313)

« Objets inanimés avez-vous donc une âme ? » s’interrogeait le poète. Dans le cas des violons, ils en ont même plusieurs. Celle du luthier qui leur a donné vie tout comme celle du musicien qui les a imprégné de son jeu. Trois concerts de l’Orchestre « Le Palais Royal » dirigé par Jean-Philippe Sarcos rendent hommage à quelques un de ces instruments, qui, contrairement à leur propriétaires, ont survécu à la Shoah.

C’est grâce au collectif « Les Violons de l’Espoir » et au luthier Amnon Weinstein que, depuis plus de trente ans, ces instruments dont le destin fut lié à la douleur et la souffrance redonnent enfin espoir et vie.

Amnon Weinstein restaurant les violons. Photo de Debra Yasinow

Comment ne pas être saisi d’effroi quand ce grand luthier raconte qu’une fois, en démontant la table d’harmonie de l’un d’entre eux, il avait trouvé une poussière noire recouvrant le fond de l’instrument. Cette poussière, c’était celle des cheminées des chambres à gaz…

Comment des êtres humains ont-ils pu pousser l’abomination jusqu’à envoyer leurs semblables à la mort en musique ?

Il y avait des orchestres dans les camps de concentration, et, comble de l’horreur, en aout 1943, à celui de Majdanek, 200 enfants juifs furent envoyés dans les chambres à gaz au son de berceuses yiddish.

Ces notes qui résonnent aujourd’hui à travers le monde, qu’elles émanent d’un Stradivarius ou d’un humble instrument Tzigane, doivent nous rappeler que la musique est là pour nous unir et non pour masquer les cris d’horreur des juifs martyrisés par les nazis.

Il reste à espérer que la mémoire de cet holocauste, tout comme les vibrations émises par ces cordes imprégnées de notre histoire, résonnent à jamais dans la mémoire des peuples…

à propos de l'auteur
Fondatrice du collectif Trans-Europe, première candidate trans a l'élection présidentielle
Comments