Les politiciens antisémites et «négasionistes» incitent à des actes terroristes

Les gens allumant des bougies après la veillée des victimes de l'attaque au London Bridge, à Londres, le lundi 5 juin 2017. (AP Photo / Tim Ireland)
Les gens allumant des bougies après la veillée des victimes de l'attaque au London Bridge, à Londres, le lundi 5 juin 2017. (AP Photo / Tim Ireland)

Le dernier attentat meurtrier sur le célèbre London Bridge intervient en pleine campagne électorale et à la veille des fêtes de fin d’année.

Le spectre du terrorisme hante toujours les Européens et une réunion urgente de l’OTAN avec la participation de Trump, Merkel et Macron devrait se tenir dans la capitale britannique.

Cette attaque au long couteau aurait pu être encore plus meurtrière si des passants courageux n’étaient pas intervenus pour désarmer le terroriste.

Une conduite héroïque qui devrait servir d’exemple en France et ailleurs. Elle rappelle celle des citoyens israéliens qui ne fuient jamais devant des assaillants. Au risque de leur vie, ils prennent toujours l’initiative de neutraliser les terroristes.

Dans ce contexte, nous devrions saluer l’intervention courageuse du Grand rabbin de Grande-Bretagne, Ephraïm Mirvis. Dans un article paru dans le Times de Londres, il s’interroge sur l’angoisse de sa communauté concernant une éventuelle victoire du parti travailliste aux élections et ce qu’il adviendra des Juifs britanniques si le leader du Labour, Jeremy Corbyn, formait le prochain gouvernement.

Comment donc accepter la bête immonde au sein d’un parti politique qui représente la moitié de la population ? Pourquoi Corbyn refuse-t-il farouchement de dénoncer ce fléau et se dérobe-t-il toujours à toutes les questions sur un sujet si grave ?

Ces questions du Grand rabbin Mirvis sont légitimes et ne sont pas du tout une intervention grotesque et partisane dans la campagne électorale comme certains le pensent. D’autant plus que, traditionnellement, une grande partie des Juifs du Royaume-Uni votent pour le Labour et ses anciens leaders comme Tony Blair sont à ce jour des inconditionnels de la cause d’Israël.

C’est bien le devoir moral d’un leader spirituel de se prononcer à haute voix face à l’anxiété et la détresse de sa propre communauté. Son courage rappelle celle du Grand rabbin Jacob Kaplan pendant les années sombres en France.

Durant des décennies Jeremy Corbyn s’est rangé avec les négasionistes et depuis qu’il est à la tête du Labour il a approfondi les clivages et la haine à l’égard de la forte communauté juive britannique.

L’antisémitisme classique fait partie de son idéologie. Ainsi, le grand Mal de la planète provient selon lui du capitalisme et de l’occupation de territoires… car parmi les riches banquiers, hommes d’affaires et magnats de la presse figurent des Juifs…

Jeremy Corbyn a viré complètement vers une certaine extrême-gauche anarchiste. Il soutient les terroristes du Hamas comme ceux du Hezbollah ainsi que les Ayatollahs d’Iran. Il est complaisant avec l’islamo-gauchisme et encourage des ONG pro-palestiniennes et le BDS. Pis encore, il compare les soldats de Tsahal à des nazis.

Corbyn a certes le droit de critiquer la conduite ou la politique d’un gouvernement, mais il est inadmissible d’employer des termes antisémites et d’encourager indirectement des actes violents et terroristes au moment même où, à Londres, à Paris ou à Bruxelles, se préparent clandestinement de nouvelles actions islamistes barbares.

La présence révoltante de Corbyn déposant une gerbe en hommage à des terroristes palestiniens responsables du massacre de 11 athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich de 1972 dévoile bien le visage de ce personnage dangereux, qui pourrait un jour diriger l’ancien Empire britannique.

Ses propos antisionistes et antisémites sont graves et inquiétants car ils réveillent la bête immonde, non seulement au sein du parti travailliste britannique mais ailleurs et à travers toute l’Europe.

L’actuel chef du gouvernement britannique Boris Johnson est connu pour ses positions pro-israéliennes et son combat inlassable contre l’antisémitisme. Le maire de Londres est un musulman qui œuvre pour la coexistence et l’entente cordiale avec toutes les religions. Contrairement à Paris, les Juifs anglais peuvent circuler librement dans les rues de Londres avec une kippa et un châle de prière.

Comment combattre donc Corbyn, sinon par un cri d’alarme ? Pourquoi ne pas lancer des avertissements face aux dangers menaçants et à l’indifférence ?

Les leaders juifs de Grande-Bretagne comme de France devraient lancer une campagne tous azimuts pour mettre un terme définitif à la conduite scandaleuse et révoltante de Corbyn et prévenir à temps une vague antisémite et anti-israélienne.

Cet article a été publié le 1er décembre 2019 sur le site http://jcpa-lecape.org/.

à propos de l'auteur
Ancien ambassadeur d'Israël. Journaliste-Ecrivain. Fondateur et directeur du CAPE de Jérusalem. Auteur de 22 ouvrages sur le conflit Israelo-arabe et sur la politique française au Moyen-Orient ainsi que des portraits-biographiques de Shimon Pérès, Ariel Sharon et Benjamin Netanyahou.
Comments