Les neufs personnes qui sont entrées vivantes au Paradis

Les neufs personnes entrées vivantes au Paradis, selon la Torah.
Les Sages de la Torah ont reçu des principes oraux transmis par les Prophètes.

Parmi ceux-ci on trouve des choses étonnantes et profondes que nos ancêtres et nos maîtres tenaient à nous transmettre. Dans un enseignement oral mis à l’écrit par peur d’être oublié, comme le reste de la Mishna, nos maîtres nous disent que neuf individus sont entrés vivants au Jardin d’Eden.

(Massekhet DEREKH ERETZ RABBA Ch.1)

1. Enoch, fils de Jared.
2. Eliyahou.
3. Le Mashiah.
4. Eliezer, serviteur d’Abraham.
5. Hiram, Roi de Tyr.
6. Ebedmelekh, de Kouch élève de Jérémie.
7. Jaabetz, fils de Rabbi Yehouda haNasi.
8. Batyah, fille de Pharaon.
9. Serah, fille de Asher.

Pourquoi les Sages ont-ils tenus à nous faire parvenir cette information ? Examinons les traditions. Enoch a été « enlevé » par D. après 365 années de vie terrestre. Selon la tradition il fut converti d’être humain à Ange. Tout un texte biblique, le Livre d’Enoch lui est attribué. Éliyahou, le Prophète Elie, est aussi ascendu au Ciel. Dans un chariot conduit par des chevaux de feu.

Le Messie selon les maîtres serait déjà né et aurait été enlevé par les Anges quand il était nourrisson et vit depuis au Paradis, auprès de l’Arbre de Vie.

Eliezer serait resté vivant pour garder la sépulture d’Abraham, de Isaac et de Jacob. Ebed Melekh de Koush a reçu la promesse de Jérémie que l’épée ne le toucherait pas, ceci incluant qu’il vivra toujours.

Batyah la fille de Pharaon, car elle fut la mère adoptive de Moise.

Serah Bat Asher, la petite fille de Jacob. Il suffit de dire son nom pour se sentir mieux si on remarque qu’on oublie des mots ou des choses.

Hiram, Roi de Tyre, était un expert dans l’écriture alphabétique qui avait servi à construire le Temple selon Betzalel. Il était ami du Roi Salomon.

Jaabetz, le fils de Rabbeinou haQadosh. Des témoins ont vu son ascension. La tradition marocaine explique que ce sont des exemples, et non les seuls cas uniques, de cette exception à la règle. En effet, on confère à certains des Tzaddikim Juifs le pouvoir miraculeux de Gouf ouNeshama, d’entrer vivants au Paradis « Corps et âme ».

Le miraculeux expliquerait ainsi le monde tel que vécu au présent, et non au passé. La soif du spirituel ne peut être remplacée par la fascination avec le passé. L’idée motrice est que tous ces personnages existent en même temps que nous.

About the Author
Guershon Nduwa est le président de la communauté juive noire de France.
Comments