Les Juifs ashkénazes sont des peuples indigènes d’Israël, pas d’Europe

Ce texte est la traduction autorisée d’un texte écrit par Dani Ishai Behan en anglais :

Pour les Juifs, reconnaitre que nous sommes indigènes d’Israël est d’une importance primordiale. C’est un rappel essentiel de qui nous sommes, d’où nous venons, et de ce que nos ancêtres sont morts pour défendre. C’est l’antidote aux siècles d’exil et de colonisation, et la base légale pour nos droits nationaux. Pour ces raisons, cette reconnaissance est devenue, à juste titre, la pierre angulaire de la résistance juive.

Mais notre identité en tant que peuple autochtone du Moyen-Orient n’a pas toujours été bien accueillie. Au contraire, elle a été et continue d’être farouchement combattue. Malgré des siècles de «retour en Palestine», on nous dit aujourd’hui, avec une fréquence alarmante, que nous ne sommes «qu’une religion» et que nous sommes des «étrangers» et des «colonisateurs» dans notre propre pays.

Trop de gens ne reconnaissent pas cela à cause de l’agression psychologique insidieuse envers nous. Pour maintenir notre identité autochtone, il est particulièrement important de reconnaitre le déni antisémite pour ce qu’elle est.

Je me concentre sur les ashkénazes pour trois raisons principales…

1. Les ashkénazes sont les cibles les plus recherchées. Bien que le statut autochtone des Juifs en Israël soit de plus en plus accepté au cours des dernières années, les revendications ashkénazes, en particulier, suscitent encore une opposition acerbe et agressive. La plupart de cette résistance provient d’antisémites non juifs (plus bas), mais pas tous.

On peut également le trouver parmi les Juifs eux-mêmes, en particulier ceux de la génération du baby-boom et de certains segments de la population non ashkénaze. Même aujourd’hui, la plupart des sionistes ne réfuteront pas directement l’allégation selon laquelle les Ashkénazes seraient des « colons européens blancs ».

Au lieu de cela, vous obtiendrez généralement des réponses simples comme «60% d’Israël est Mizrahi», ce qui, s’il est vrai, n’aborde pas l’accusation sous-jacente selon laquelle les ashkénazes sont des étrangers «européens blancs» en Israël. Pour eux, reconnaître le statut d’indigènes des Ashkénazes à Israël revêt une importance secondaire ou n’a aucune importance. Bien que cela se fasse souvent avec de bonnes intentions, cela reste très préjudiciable et doit cesser.

2. Presque tous les «fondateurs» d’Israël étaient ashkénazes. Le credo sioniste a, par essence, au moins 2000 ans, mais le sionisme qui a conduit au rétablissement de l’Israël a été inventé en Europe de l’Est par les Ashkénazes. La plupart des premiers olim étaient ashkénazes, de même que la majorité des soldats et des dirigeants israéliens vers 1948. C’est ce sur quoi les antisionistes ont tendance à se concentrer lorsqu’ils contestent la légitimité d’Israël.

Dans leur esprit, les Ashkénazes ne sont en réalité que des « Blancs européens » qui, pour des raisons religieuses, ont revendiqué un attachement « mythique » à Israël, proclamant un droit de « colonisation » sur une terre qui « ne leur appartient plus ». Basculer immédiatement la conversation sur Mizrahim au lieu de s’attaquer à ce mensonge, cède effectivement l’argument aux antisionistes, renforçant ainsi l’idée que les Ashkénazes «ne sont pas vraiment du Moyen-Orient» et n’ont donc aucun droit moral à le revendiquer.

3. L’antisémitisme de gauche a tendance à s’attaquer davantage aux Ashkénazes. C’est à prévoir. La plupart des Juifs occidentaux sont ashkénazes et, par conséquent, les occidentaux associent souvent la judéité aux ashkénazes. Les non-ashkénazes ont tendance à considérer cela comme un privilège, et à bien des égards.

Mais c’est aussi un énorme désavantage. Lorsque SJP (Students for Justice in Palestine – Étudiants pour la Paix en Palestine) et d’autres antisémites crient «colonialisme juif blanc» ou prétendent que les Juifs modernes sont des «Khazars» qui «détiennent toute la richesse», ils ne pensent généralement pas à Mizrahim.

=== A propos du statut autochtone ===

En termes anthropologiques, l’indigénéité se rapporte à l’ethnogenèse, c’est-à-dire «où un peuple est devenu un peuple». C’est ce qui ressort le plus clairement de la définition du travail sur les droits des peuples autochtones rédigée par le rapporteur de l’ONU, Jose R. Martinez Cobo. Son travail n’est pas sans défauts, comme vous le verrez bientôt (et comme les activistes autochtones l’ont correctement souligné par le passé), mais les Juifs ashkénazes – et plus largement les Juifs – répondent à tous les critères les plus importants et les plus pertinents.

« Les communautés, les peuples, et les nations autochtones sont ceux qui, ayant une continuité historique avec les sociétés pré-invasives et pré-coloniales qui se sont développées sur leurs territoires, se considèrent distincts des autres secteurs des sociétés qui prévalent actuellement sur ces territoires ou sur des parties de ceux-ci.

 

Ils forment des secteurs non dominants de la société et sont déterminés à préserver, développer, et transmettre aux générations futures leurs territoires ancestraux et leur identité ethnique, fondements de leur existence en tant que peuples, conformément à leurs propres modèles culturels, institutions sociales, et système légal.

 

Cette continuité historique peut consister en la continuation, pour une période prolongée, d’un ou de plusieurs des facteurs suivants :

a) Occupation de terres ancestrales ou d’une partie au moins de celles-ci;

b) Ascendance commune avec les premiers occupants de ces terres;

c) La culture en général ou dans des manifestations spécifiques (telles que la religion, le fait de vivre dans un système tribal, l’appartenance à une communauté autochtone, l’habillement, les moyens de subsistance, le mode de vie, etc.);

d) Langue (qu’elle soit utilisée comme seule langue, comme langue maternelle, comme moyen de communication habituel à la maison ou dans la famille ou comme langue principale, préférée, habituelle, générale ou normale);

e) Résidence dans certaines parties du pays ou dans certaines régions du monde;

f) Autres facteurs pertinents. »

 

Beaucoup a été écrit sur la manière dont les Juifs en tant que Juifs peuvent être considérés comme autochtones en vertu de ce critère. Mais comment cela s’applique-il en particulier aux juifs ashkénazes ?

A. La patrie juive a été occupée maintes fois par diverses puissances coloniales, notamment par des Européens et des Arabes. Parmi ces deux groupes, seuls les Arabes (c’est-à-dire les Palestiniens d’aujourd’hui) sont encore nombreux dans le pays. L’opposition arabe au sionisme était, dès le départ, une tentative de renforcer (et de rétablir plus tard) le statu quo colonial dans Israël historique.

Même en exil, les Ashkénazes continuaient de se considérer comme faisant partie de «Am Yisra’el» (le peuple d’Israël), identifiant Israël comme leur patrie et eux-mêmes comme des Juifs de la «diaspora». LiShanah Haba’ah Yerushalayim («l’année prochaine à Jérusalem») est récitée au moins deux fois par an par Ashkénazim, tandis que les prières pour la restauration de Jérusalem sont récitées au moins trois fois par jour.

B. Les Ashkénazes sont une population juive de la diaspora arrivée en Europe au Moyen Âge. Certains sont des Judéens du Second Temple qui ont été amenés en Europe en chaînes après la révolte de Bar Kokhba. D’autres sont entrés en Europe après avoir été chassés par les conquêtes arabes et croisées. Les autres sont des marchands mizrahi-juifs, attirés vers l’Europe par le commerce et les opportunités économiques.

Plus précisément, les premiers habitants d’Israël d’aujourd’hui étaient des Cananéens, parmi lesquels les Juifs ont émergé au cours du 2e millénaire av. Au moins 30 ans de preuves ADN confirment l’origine des juifs ashkénazes au Moyen-Orient – en particulier levantins (lire: Cananéens) – qui, en moyenne, peuvent retracer plus de la moitié de leur génome au Levant.

Au minimum, la composante levantine de chaque Ashkénaze est d’environ 50%, le reste étant composé de pays du sud de l’Europe, plus précisément de grec et d’italien. Les Juifs ashkénazes étaient certainement suffisamment distincts des Européens pour être la cible du racisme, à qui on disait souvent de «rentrer en Asie». A ce jour, les nationalistes européens et blancs ne les considèrent toujours pas comme des blancs.

C. La culture ashkénaze est une culture juive telle qu’elle a été transplantée en Europe et est donc du Moyen-Orient. Tout, depuis leur identité nationale / ethnique, leurs coutumes culturelles, leur langue, leur spiritualité, et leurs lois, en passant par leurs fêtes, leur art, leur littérature, et même leur calendrier sont intimement liés à leur patrie du Levant. Voici quelques exemples…

* Les Ashkénazes s’identifient en tant que Juifs et font partie de la nation d’Israël. En d’autres termes, ils s’identifient comme un groupe ethnique autochtone du Levant. Beaucoup de gens pensent que ces subdivisions juives diasporiques sont des ethnies distinctes en elles-mêmes, autochtones de la région dans laquelle elles se sont installées. Aussi populaire que soit ce point de vue, il est tout à fait faux.

Ashkenazi, Sephardi, Mizrahi, etc. ne sont que des termes géographiques indiquant l’endroit où un certain groupe de Juifs s’est établi à un moment donné entre leur dispersion d’Israël et le présent. Ce ne sont pas des identifiants ethniques ou nationaux. Ce sont des sous-groupes de la diaspora et sont finalement les mêmes personnes, autochtones au même endroit.

* La langue hébraïque est restée utilisée comme langue cérémonielle. Il était également utilisé dans la littérature, la poésie, et la musique ashkénazes. Le yiddish, la langue parlée quotidiennement par les ashkénazes, est une fusion créole-hébreu / araméen et allemand, écrite en caractères hébreux.

* Les Ashkénazes pratiquent le judaïsme, religion nationale des Juifs. Le judaïsme est originaire d’Israël et est centré sur nos liens ethniques et spirituels collectifs avec ce pays. Bien que le judaïsme ne renferme aucune quantité de mythologie (par exemple, l’histoire de la Pâque juive n’est probablement qu’un compte exagéré de l’occupation égyptienne de Canaan; selon les études modernes, les Israélites / Juifs ne sont qu’un sous-ensemble monothéiste des Cananéens – en d’autres termes, les Juifs n’ont jamais envahi et conquis Israël, car ils y étaient toujours restés), il contient également un aperçu de notre histoire en Israël, qui remonte à nos origines.

Tous les événements les plus importants de notre histoire, y compris les noms de nos rois, sont répertoriés dans le Tanakh / Talmud. Le contenu de bon nombre de ces textes historiques a été confirmé par des fouilles archéologiques aux emplacements mentionnés. Pour cette raison, même les Juifs athées comme moi reconnaissent l’importance de ces textes. Le style de vie et les coutumes sont également documentés en détail. Comme avec les autres groupes de la diaspora juive, les Ashkénazes se sont identifiés aux Israélites de la Torah parce qu’ils sont littéralement un peuple.

Le judaïsme n’est pas un karaoké, ce n’est pas du cosplay, et c’est sûr que ce n’est pas du fétichisme. Ce sont – littéralement – les traditions pratiquées par nos ancêtres dans notre patrie autochtone et que nous avons emportées avec nous dans nos nouvelles terres d’accueil en exil. Les Juifs de Pologne, d’Allemagne, de Russie, etc. récitaient «l’année prochaine à Jérusalem» chaque Pâque juive et chaque jour du Kippour, et non «l’année prochaine à Moscou» ou «l’année prochaine à Berlin».

* Les vêtements juifs – en particulier la kippa, les tsitsits, le tallit (tous deux tallit gadol et tallit katan), les tefillim, etc. – étaient tous portés par les Ashkénazim et provenaient tous du Levant. Certains vêtements ont été adaptés au climat local (par exemple, les turbans ont été remplacés par des chapeaux noirs, des robes à manteaux noirs, etc.), mais ils sont restés quasiment inchangés.

* Les fêtes célébrées par les Ashkénazes proviennent toutes d’Israël, les fêtes des récoltes correspondant même aux saisons de croissance. Les Etrogs et les Loulavim seraient souvent importés du Moyen-Orient à Soukkot.

* Les Ashkénazes utilisent le calendrier juif, qui (aussi) a son origine en Israël.

* La cuisine ashkénaze est principalement une cuisine du Moyen-Orient adaptée au climat européen. Des aliments comme la matsa, la halva, le kharoset, le khallah, etc. ont été consommés par les ashkénazes, bien que certains aliments aient été modifiés ou remplacés en raison du manque d’ingrédients nécessaires.

Par exemple, les Ashkénazes ont utilisé du miel d’abeille plutôt que du miel de datte, car les dattes ne poussent pas en Europe centrale et orientale. Le poisson Gefilte (poisson farci) découle de l’exigence de la Torah pour un poisson entier, qui n’était facilement disponible pour les Ashkénazes.

* Les danses ashkénazes, telles que l’hora, sont levantines.

* La musique ashkénaze incorpore souvent des instruments européens, mais conserve une musicologie du Moyen-Orient. De plus, ces chants sont presque toujours centrés sur Israël et mettent en valeur leurs liens ancestraux et spirituels avec la terre. Un grand nombre de ces chansons ont trait à l’expérience de l’exil d’Israël et aux sentiments de douleur, de deuil, et de nostalgie qu’il suscite.

* Des objets distinctement du Moyen-Orient, tels que la hamsa et la mezuzah, étaient utilisés par les ashkénazes (bien qu’ils aient été initialement désapprouvés par les ashkénazes séculiers, qui les percevaient comme étant «religieux»).

Oui, les Ashkénazes en avaient aussi

* Contrairement à l’art occidental, l’art ashkénaze a plus en commun avec d’autres formes d’art asiatiques en ce qu’il met bien plus l’accent sur les couleurs vives et éclatantes, les motifs élaborés et les thèmes spirituels que le réalisme et les détails. Il utilise également des couleurs résolument non européennes, telles que le turquoise.

Je pense qu’il est prudent de dire que personne ne le confondra avec l’art européen

D. L’hébreu est une langue cananéenne – la dernière en existence. Et comme mentionné précédemment, les ashkénazes ont continué à utiliser l’hébreu, même en exil.

E. Ce point, et la clause susmentionnée «non dominante», sont controversés dans les communautés autochtones et pour une bonne raison. Cela sous-entend que si un peuple autochtone est expulsé de sa patrie ou recouvre sa souveraineté des puissances occupantes, il cesse d’être autochtone. Cela étant dit, il y a toujours eu une présence juive (y compris une présence ashkénaze) en Israël, donc ce point n’est pas vraiment un problème.

Et c’est pourquoi les Ashkénazes sont autochtones en Israël. Voyons maintenant les raisons pour lesquelles les Ashkénazes ne sont PAS autochtones en Europe (et, par extension, pourquoi ils ne peuvent pas être appelés «Juifs blancs» ou «Européens blancs»).

A. Les Juifs qui résidaient dans les pays européens ne se considéraient à aucun moment comme étant un peuple «occupé». Ils se considéraient comme un peuple exilé, et tout ce qui se passait au sujet de l’occupation se rapportait invariablement à Israël, et non à leurs terres hôtes locales.

Bien que de nombreuses personnes (généralement des antisémites) aient plaidé en faveur de la création d’une patrie juive en Europe, en Afrique ou ailleurs, les Ashkénazes eux-mêmes n’ont exprimé aucun désir de ce type, sauf en tant que mesure provisoire pour aider les Juifs exposés au danger immédiat de l’antisémitisme.

B. Les Ashkénazes ont une certaine ascendance européenne (comme la plupart des groupes levantins), mais ils représentent moins de la moitié du génome individuel. En outre, il provient du sud de l’Europe – en particulier de la Grèce et de l’Italie – et non d’Europe centrale et orientale. Les Juifs qui résidaient en Grèce et en Italie étaient considérés comme des séfarades et non des ashkénazes. Le peu d’ascendance est-européenne qui existe chez les Ashkénazes est principalement le résultat de viols.

C. Malgré les adaptations climatiques de la nourriture et des vêtements, la culture ashkénaze est presque entièrement non européenne. Référez-vous à l’article «C» dans la liste ci-dessus.

D. Le yiddish est une langue pidgin diasporique (c’est-à-dire une langue créolisée) développée par Les Ashkénazes. C’est une langue germanique avec des mots d’emprunt hébreu / araméen et écrite en écriture hébraïque. Il a été conçu pour faciliter la communication avec les habitants de l’Europe. L’hébreu, qui est également resté en usage (bien que pas comme langue parlée tous les jours), n’est pas européen.

E. La plupart des Ashkénazes ne résident plus en Europe. En fait, la plus grande population juive d’Europe se trouve aujourd’hui en France, considérée comme un pays «séfarade». De plus, ceux qui ont quitté l’Europe ne sont pas partis à cause d’un exil. Ils sont partis volontairement (et dans de nombreux cas avec impatience) et n’ont manifesté aucune envie de revenir en arrière.

Comme il a été mentionné précédemment, le point E et la clause relative au «secteur non dominant» suscitent des préoccupations (aussi bien des peuples autochtones que des activistes). Qu’entend-on par «résidence dans certaines parties du pays»? On pourrait facilement interpréter E comme étant disqualifiant pour les ashkénazes, puisqu’ils étaient historiquement exilés de leur pays d’origine, mais le même argument devrait s’appliquer à tous les peuples autochtones exilés (et ils sont nombreux).

Naturellement, ce critère pose un problème. Si un peuple autochtone est exilé, emmené en esclavage ou autrement tenu éloigné de ses terres pendant une période donnée, cesse-t-il d’être autochtone? Si des peuples non autochtones colonisent ces territoires et s’assimilent, obtiennent-ils le statut d’indigène? La réponse aux deux questions est évidemment non.

L’exil ne doit pas nécessairement changer l’héritage culturel, l’histoire, et les liens avec les racines autochtones d’un peuple. Et cela n’a pas changé la connexion des Juifs ashkénazes à Israël. C’est pour cette raison que le Dalaï Lama a demandé une rencontre avec les dirigeants juifs en 1989. Il voulait savoir comment il pourrait aider ses disciples exilés à maintenir leurs liens avec leur propre patrie autochtone: le Tibet.

=== Pourquoi cela est-il nié ? ===

Bien que l’indigénéité juive en Israël soit de plus en plus acceptée, l’indigénéité ashkénaze en particulier continue d’être ignorée ou niée par beaucoup. Cela ne vient pas seulement des anti-sionistes. Il y a beaucoup de partis neutres et même pro-israéliens qui sont tout aussi coupables, sinon plus. Pour donner des exemples…

* 23andme, un site Web de tests d’ADN très répandu, classe l’ashkénaze dans la catégorie « européenne ». Ceci en dépit du fait qu’ils reconnaissent eux-mêmes les origines / ADN ashkénazes au Moyen-Orient. Leur classification des Européens ashkénazes a induit en erreur un grand nombre de clients ashkénazes en leur faisant croire qu’ils sont génétiquement européens. 23andme avait déjà été prié de fixer cette classification, mais ils ont refusé – en invoquant prétendument des « raisons politiques ». Hélas, ce problème n’est pas limité à 23andme. La plupart des sociétés commerciales d’ADN sont tout aussi coupables. On peut soumettre leurs résultats à GEDmatch pour un examen plus honnête de leur génome.

* JIMENA, un groupe de défense bien connu des réfugiés juifs sépharades / mizrahis, est un acronyme pour «Juifs autochtones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord». Ceci, par définition, implique que les non-séfarades / Mizrahim ne sont PAS autochtones au Moyen-Orient. S‘il vous plaît, n’interprétez pas ceci comme une digue contre JIMENA. Ils font un travail très important. Mais leur nom porte indéniablement certaines connotations sur les Juifs non mizrahi / séfarades.

* La dichotomie souvent répétée, mais néanmoins fausse, entre Juifs «blancs» / «Juifs de couleur». En apparence, ces termes peuvent sembler moins graves, à moins d’examiner la façon dont ils sont appliqués et à qui ils sont appliqués. Le terme «juif blanc», dans le langage courant, signifie généralement «ashkénaze», tandis que «juif de couleur» signifie «tout juif qui N’EST PAS ashkénaze».

Selon cette définition, les Sépharades, et les Mizrahim sont considérés comme des personnes de couleur, ces deux groupes étant indiscutablement du Moyen-Orient. À partir de là, on peut supposer que tous les groupes du Moyen-Orient sont éligibles, mais les Ashkénazes sont exclus de cette définition. Donc, si tous les autres groupes du Moyen-Orient sont inclus, et les Ashkénazes ne le sont pas, qu’est-ce que cela implique pour les Ashkénazes? Qu’ils ne sont pas «vraiment» du Moyen-Orient. Pour cette raison, le terme «Juifs de couleur» est devenu très populaire parmi les antisémites.

Il est parfaitement logique d’appeler les convertis européens au judaïsme (par exemple, Ivanka Trump) des Juifs «blancs». Mais lorsqu’il est appliqué aux Juifs Ashkénazes, ce terme devient une forme d’oppression.

En d’autres termes, l’idée qu’Israël est un «projet colonial européen blanc» et donc illégitime, est depuis le début un thème central de l’antisionisme, mais même les antisionistes acceptent généralement Mizrahim en tant qu’indigène du Moyen-Orient, sinon Israël en particulier. En tant que tels, ils sont moins susceptibles de contester le droit de Mizrahim d’être là. C’est la raison pour laquelle les accusations de «colonialisme européen» suscitent souvent des réactions faciles et désinvoltes telles que «mais la plupart des Juifs israéliens sont des Mizrahi», au lieu de s’attaquer à la fausseté inhérente de la revendication elle-même.

Pourquoi tant de gens font-ils cela?

1. C’est plus facile : pour la grande majorité des sionistes, l’objectif est de préserver le droit d’Israël à exister. Des concepts tels que l’indigénéité juive, la dignité, et même l’histoire ont une importance secondaire. Répondre aux allégations de «colonialisme européen» en mentionnant les Mizrahim est une réponse superficielle qui ne donne finalement rien, mais cette réponse est plus facile qu’une réponse plus profonde incluant notre indigénité.

2. Discrimination à l’encontre des non-ashkénazes : Dans les premières années d’Israël moderne, les juifs non-ashkénazes étaient très marginalisés au sein de la classe dirigeante ashkénaze qui était extrêmement laïque. Les Ashkénazes, ayant passé de nombreux siècles sous la domination coloniale européenne, avaient intériorisé un bon nombre d’idées eurocentriques: à propos des peuples colonisés en général, des autres Juifs et, peut-être plus important encore, d’eux-mêmes. On leur a appris à regarder leur propre Moyen-Orient avec mépris et à aspirer à la «blancheur».

Inévitablement, cette oppression intériorisée a poussé de nombreux Ashkénazes à mépriser le Mizrahim, qui manifestait davantage un style de vie «pur» du Moyen-Orient. Bien que les attitudes colonisées ne soient nullement l’apanage des Ashkénazes – la plupart des autres victimes de l’euro-colonialisme ont un certain segment de leur population qui se perçoit comme plus «blanc» que les autres – le préjudice causé par ces attitudes est bien réel. Pour cette raison, il existe des non-Ashkénazes qui ne reconnaîtront pas les Ashkénazes comme étant du Moyen-Orient.

3. Cela perverse le récit antisioniste : le mouvement sioniste, tel que nous le connaissons aujourd’hui, est né en Europe centrale et orientale. C’était surtout des Ashkénazes dans les décennies qui ont précédé 1948, et la majorité des combattants israéliens de la guerre d’indépendance étaient également des Ashkénazes. En ce sens, il est relativement facile pour les antisionistes de reconnaître Mizrahim (la plupart d’entre eux n’étant pas revenus avant le début des années 1950 ou plus tard, lorsque les pays dominés par les musulmans dans lesquels ils vivaient depuis des siècles ont pris leurs biens et les ont expulsé) comme moyen-oriental.

En fait, ils préfèrent les utiliser pour attaquer l’unité juive, de la même manière que le mythe des «Juifs blancs» est utilisé par les antisémites aux États-Unis. Les antisionistes ont seulement besoin que les Ashkénazes soient des «Européens blancs», car ils ne peuvent pas délégitimer Israël en tant que «création coloniale européenne» s’ils ne le sont pas. Les Sephardim et Mizrahim, pour leur part, peuvent redevenir des minorités sans défense sous le régime arabe.

4. Préjugés : comme cela a été mentionné dans d’ouverture, les Ashkénazes sont emblématiques du «Juif méprisé» dans l’esprit de la plupart des antisémites. En d’autres termes, attaquer les Ashkénazes en particulier, c’est attaquer plus largement «les Juifs», car ils (encore une fois, dans l’esprit des antisémites) incarnent tout ce que les antisémites haïssent à propos des Juifs. Ce sont «les Finkelsteins, les Rosenblatts et les Goldbergs, laids et menaçants, au visage de rat, qui accumulent toute la richesse du monde, et utilisent leur pouvoir démesuré pour faire des non-juifs leurs esclaves».

En qualifiant de blanc les Ashkénazes, les antisémites (en particulier ceux de la pseudo-gauche) peuvent effacer leur statut de groupe opprimé et les empêcher de recourir à la même solidarité communautaire que celle d’autres groupes minoritaires, tout en réaffirmant le mythe du Juif tout-puissant. C’est une technique insidieuse pour réduire les juifs au silence, et en même temps un conduit pour l’antisémitisme lui-même. Affirmer l’identité autochtone des juifs au Moyen-Orient c’est dépouiller les antisémites de la pseudo-gauche de tout leur vocabulaire antisioniste.

D’après les antisémites… A gauche (Ashkénazes): «Blancs». A droite (Arabes syriens) : «peuple de couleur»

=== Pourquoi est-ce important? ===

Deux raisons principales…

1. Le sionisme est largement vulnérable à l’attaque : nier l’indigénéité d’Israël à l’égard des Juifs ashkénazes c’est qualifier la grande majorité des fondateurs d’Israël modernes de «colons européens blancs». En d’autres termes, c’est accepter (essentiellement) l’argument selon lequel le sionisme est plus ou moins un projet colonial européen. Et pour ceux qui voient toute l’existence d’Israël comme une «injustice», le rapport de Mizrahi à ashkénazes n’a pas d’importance puisque, dans leur esprit, Israël est ENCORE un état illégitime qui ne devrait pas exister.

2. Nier leur identité du Moyen-Orient est une forme d’effacement : on a très peu dit à quel point il était fondamentalement oppressant de confondre les Juifs ashkénazes avec ceux qui les avaient colonisés et persécutés. Imaginez quelqu’un qui qualifie les Tibétains de «Chinois» ou de Lakota «de Blancs» et vous comprendrez à quel point c’est offensant.

De plus, imaginez être exilé de votre patrie, vendu comme esclave et contraint d’errer pendant des générations et subir des persécutions intermittentes, le tout dans l’espoir de retourner chez vous. Mais une fois que vous rentrez finalement chez vous, on vous dit «vous n’êtes plus d’ici, retournez en Europe», souvent par ceux dont les intrigues coloniales ont provoqué votre exil. Il serait beaucoup trop généreux de qualifier d’ignorantes des vues aussi odieuses, insensibles, et profondément hypocrites.

Rappelez-vous, tout cela est en dépit du fait que seulement trois ans avant le rétablissement d’Israël, six millions de Juifs ont été rassemblés, séparés de leur famille, entassés dans des camps de mort, torturés, subis a des épreuves pseudo-scientifiques, contraints à des travaux forcés, obligés de regarder leurs enfants se faire casser la tête et gazer au Zyklon-B, tout cela sous le prétexte qu’ils sont du Moyen-Orient et donc « inférieurs » aux Européens blancs. Mais maintenant que leur identité du Moyen-Orient profite réellement aux Juifs, elle leur est enlevée ? Non, désolé. Vous ne pouvez pas faire ça. Vous n’avez pas ce droit.

Ce n’est pas suffisant de reconnaître que seuls Mizrahim et Sépharadim sont des autochtones. Ce n’est pas suffisant de dire «mais Mizrahim» chaque fois que la légitimité d’Israël est remise en question. L’indigénéité ashkénaze d’Israël doit également être reconnaitre et défendue. Ils doivent être reconnus comme autochtones du Moyen-Orient, et l’accusation qu’ils sont des «Européens blancs étrangers» doit être fermement rejetée.

Texte anglais original : Ashkenazi Jews Are Indigenous To Israel, Not Europe

About the Author
Fred Maroun est un Canadien d'origine arabe qui a vécu au Liban jusqu'en 1984, y compris pendant 10 ans de guerre civile. Fred respecte le droit d'Israël d’exister en tant qu'État juif, et il est pour un Moyen-Orient libéral et démocratique où toutes les religions et nationalités, y compris les Palestiniens, peuvent coexister en paix ensemble et avec Israël, et où les droits des personnes sont respectés. Fred qui est athée, libéral, et un défenseur de l'égalité des droits LGBT partout dans le monde.
Comments