Les hommes politiques français ne sont pas des Bisounours

A propos du vote sur l’Unesco du 18 octobre, certains dans la communauté juive, à peine sortis de leur Souccah, sont étonnés, déçus, scandalisés …

Il est peut être utile de rappeler ici les principes de base de la politique.

Seuls comptent les rapports de force : qu’est que ça rapporte ? A moi ? A ma carrière ? A mon pays ?

Le seul but des hommes politiques est d’être élus ou d’être réélus.

Il n’y aucun sentiment, que des intérêts : économiques, commerciaux, géo-stratégiques et électoraux.

Comme l’ont dit bon nombre de politiciens et d’analystes : « Les promesses n’engagent que ceux qui les croient ».

Quelques précisions pour les lecteurs juifs français du Times of Israël.

Tous les hommes politiques depuis leur mairie à la présidence de la République ont une calculette dans la tête : combien d’électeurs juifs ? Musulmans ? Gauchistes ? Catholiques ?Indifférents ?

Ne vous contentez pas de déclarations faites lors de banquets, célébrations et autres manifestations de la communauté juive et lors de séjours en Israël.

Observez les déclarations face à d’autres publics et les décisions et votes devant les instances nationales et internationales.

Deux derniers rappels :

  • En France on élit le président de la République française et non la Knesset
  • Le vote juif n’existe… qu’en Israël

Bien sur il y a des hommes et des femmes de conviction. Et il faut faire la distinction entre politiciens et hommes d’Etat comme Pierre Mendès- France dont on célébrait la disparition le 18 octobre et qui avait déclaré : « Gouverner, c’est choisir ». Mais y en a-t-il encore ?

à propos de l'auteur
Engagé pour la communauté juive et Israël, Haim Musicant a exercé plusieurs fonctions, dont la direction générale du CRIF, et celle du Bnai Brith européen. Écrivain et journaliste, il est un observateur attentif de tout ce qui concerne les juifs, en Israël et dans les autres pays.
Comments