Les cent ans de Tel Haï et l’importance du récit héroïque pour Israël

Mémorial du Lion rugissant de Kfar Giladi dédié aux morts de Tel Hai - Oren Rozen
Mémorial du Lion rugissant de Kfar Giladi dédié aux morts de Tel Hai - Oren Rozen

“Tov la-mout béad Artsenou” : “Il est bon de mourir pour notre pays”. Les derniers mots prononcés par Yossef Trumpeldor, tombé il y a tout juste cent ans aujourd’hui, en défendant Tel-Haï et les autres yishouvim de Haute-Galilée contre une attaque de Bédouins, sont toujours d’actualité. La cérémonie marquant cet anniversaire était à l’image de l’Israël actuel. Mais quel est l’héritage de Trumpeldor, et en quoi importe-t-il pour Israël aujourd’hui ?

Il y a cent ans, la nation juive renaissant sur sa terre retrouvée avait soif de symboles, et le récit de Tel-Haï et de sa fin héroïque en est rempli. Il réunit en effet, autour du héros manchot de Port-Arthur, monté en Eretz-Israël pour participer à l’édification de l’Etat juif, plusieurs figures marquantes du sionisme de l’époque, comme Zeev Jabotinsky ou Berl Katznelson, mais aussi des organisations comme le Shomer, premier groupe de défense armé, la Haganah, ancêtre de Tsahal, ou encore la Légion juive, première force armée à s’être battue sous un drapeau juive pendant la Première Guerre mondiale.

Selon Georges Bensoussan, “Comme Massada, Tel Haï est une défaite juive, mais l’événement va devenir ce mythe national qui transfigure les faits, permet de redresser l’image de soi en exerçant une influence considérable sur la jeunesse juive de diaspora comme sur celle du Yishouv…” En effet,“Tel Haï réalise les trois principaux objectifs du sionisme : l’immigration, l’implantation et la “régénération” de l’homme juif par le travail physique, en particulier par le travail de la terre”. L’affirmation selon laquelle Tel Haï (ou Massada) serait une “défaite juive” est évidemment discutable (1). Quoi qu’il en soit, l’esprit de Trumpeldor, symbolisé par le lion de Tel-Haï, allie bravoure sans limite, idéalisme et esprit de sacrifice : autant de valeurs dans lesquelles ont grandi des générations de jeunes Israéliens depuis un siècle.

Ce n’est pas un hasard si le public nombreux qui assistait jeudi dernier à la cérémonie du 100e anniversaire était principalement constitué – aux côtés de représentants de la Knesset, du gouvernement, de l’armée et d’anciens de la Haganah – de jeunes des mouvements de jeunesse, notamment le Betar et le Noar halomed véhaoved. Voici comment Jabotinsky, fondateur du Betar (acronyme signifiant « Alliance au nom de Joseph Trumpeldor »), décrit le héros de Tel-Haï, aux côtés duquel il fonda la Légion juive (2):

“Avec un seul bras, il faisait plus de choses que ce que font et feront la plupart des hommes avec leurs deux mains. Sans aide extérieure, il se lavait, se rasait et s’habillait, faisait ses lacets, cousait des pièces aux coudes de ses habits, coupait son pain ; j’ai entendu dire qu’en Eretz-Israël il était considéré comme un des meilleurs laboureurs, et par la suite, à Gallipoli, comme un des meilleurs cavaliers et des meilleurs tireurs. Sa chambre était rangée avec un ordre exemplaire – tout comme ses pensées. Tout son comportement était empreint de calme et de générosité ; depuis longtemps il était végétarien, socialiste et détestait la guerre – mais il ne faisait toutefois pas partie de ces pacifistes qui sont assis les bras croisés, pendant que d’autres se battent pour eux”.

Le socialisme de Trumpeldor explique l’admiration que lui vouait Berl Katznelson, idéologue du sionisme travailliste, tandis que ses qualités d’homme et de combattant sont ce qui attira chez lui Jabotinsky, fondateur de l’aile droite du mouvement sioniste. La personnalité de Trumpeldor était en effet suffisamment riche, pour réunir autour de lui des hommes aussi distants et opposés que Jabotinsky et Katznelson, et pour que son nom soit vénéré par les jeunes du Betar, comme par ceux des mouvements sionistes de gauche.

Paradoxalement, lorsque le Yishouv débattit de la question de savoir si les hameaux juifs de Haute-Galilée, isolés face aux attaques arabes, devaient être évacués, Jabotinsky plaida en faveur du retrait, tandis que ce furent Katznelson et Tabenkin – les deux principaux idéologues du sionisme de gauche – qui s’opposèrent à tout retrait, qui serait interprété comme un signe de faiblesse par les Arabes… (3) 

Mais au delà de l’histoire, la question importante est de savoir en quoi son exemple importe-t-il encore, cent ans après sa mort. Pour répondre à cette question, il faut lire le Chir Betar, l’hymne rédigé par Jabotinsky en 1932, qui avait à l’esprit la figure de Trumpeldor en l’écrivant : « Hébreu, dans la misère même, tu es Prince – Que tu sois esclave ou vagabond – Tu naquis fils de Roi […] – Mourir ou conquérir la montagne – Yodefet, Massada, Betar ».

Si l’esprit de sacrifice de Trumpeldor importe encore aujourd’hui, c’est précisément parce qu’il ne va plus de soi, comme à son époque. La décennie qui vient de s’écouler a certes été la plus “calme” pour Israël du point de vue sécuritaire, malgré la menace iranienne et les affrontements sporadiques, autour de la bande de Gaza et ailleurs. Mais ce calme tout relatif s’est accompagné d’une atteinte sans précédent à la capacité de dissuasion de Tsahal et d’une baisse de motivation chez les jeunes Israéliens, pour servir dans les unités combattante.

Celles-ci ne font que refléter l’état d’esprit général de la société. Quand les médias entretiennent l’idée que la situation autour de Gaza est normale, et quand ils encensent des héros défaitistes (comme Gilad Shalit), ou des anti-héros (comme Naama Issachar), tout en oubliant les véritables héros que sont Hadar Goldin et Oron Shaul ; quand aucun dirigeant politique ou militaire n’a le courage de riposter efficacement aux tirs de roquettes ; et quand la Cour suprême adopte le narratif de l’ennemi, en validant la candidature de députés arabes qui glorifient le terrorisme, l’esprit de Tel-Haï est en danger.

Aucune société ne peut perdurer sans mythe fondateur, sans héros et sans conserver la volonté de se battre. Un pays dont les citoyens ont perdu tout esprit de sacrifice est en risque de disparaître (4). C’est pourquoi l’exemple de Joseph Trumpeldor garde toute son importance, aujourd’hui comme hier. “Il est bon de mourir pour notre pays” n’est pas un slogan dépassé. Il est tout aussi vital aujourd’hui, qu’il l’était hier, comme l’exprime le salut traditionnel du Betar, “Tel Hai !”

(1) G. Bensoussan, Une histoire intellectuelle et politique du sionisme, Fayard 2002, p.804. Dans ce livre magistral, véritable somme inégalée de l’historiographie du sionisme en français, Bensoussan semble parfois hésiter entre deux conceptions opposées de l’histoire du sionisme, pour adopter les conceptions très actuelles de l’histoire comme “mythe”, écrivant par exemple que “le mot de Trumpeldor devient ce ‘fait historique’ colporté en vue de l’édification des jeunes âmes, c’est certes un faux historique. Mais ce faux est vrai aussi au sens où il fait écho à la communauté imaginée par la mémoire collective”. (Cette dernière expression, “communauté imaginée”, fait apparemment référence au concept de Benedict Anderson).

(2) Jabotinsky, Histoire de ma vie, les provinciales 2012.

(3) Voir G. Bensoussan, op. cit. p. 803. On mesure combien la gauche israélienne actuelle – ou ce qui en reste – s’est éloignée de ses pères fondateurs.

(4) Voir notamment sur ce sujet, concernant la France, le livre d’Alexandra Laignel, Pourquoi serions-nous encore prêts à mourir aujourd’hui?, Paris, Cerf 2017.

à propos de l'auteur
Pierre est né à Princeton et a grandi à Paris avant de faire son alyah en 1993. Il a travaillé comme avocat et traducteur. Il a notamment traduit en français l'autobiographie de Vladimir Jabotinsky. Pierre vit depuis plus de 20 ans à Jérusalem et a collaboré avec des publications francophones, parmi lesquels le Jerusalem Post et Israel Magazine. Il est passionné par le sionisme et son histoire.
Comments