Légitime annexion, illégitime contestation

Une fois de plus, la légitimité de l’annexion par l’Etat d’Israël du plateau du Golan est évoquée dans le cadre de l’actualité du Moyen-Orient.

Jusqu’à son annexion par Israël, l’armée syrienne utilisait le plateau du Golan qui surplombait le territoire israélien pour l’observer militairement, le mitrailler et le bombarder régulièrement. En 1967, la Syrie a engagé et perdu un conflit contre Israël à partir du plateau du Golan qu’elle a perdu également.

C’est conformément au Droit international public (DIP) qu’un territoire (Golan) perdu par une puissance offensive et vaincue (Syrie) a été accaparé par la puissance agressée et victorieuse (Israël). La légitimité de cette annexion ne correspond à aucun élément de DIP.

Par ailleurs, l’Histoire universelle des conflits atteste d’innombrables cas analogues à celui du Golan qui n’ont jamais soulevé ni ne soulèvent aucune contestation internationale ni nationale. Plus encore, les cas d’annexions territoriales par des puissances offensives et victorieuses sur des puissances agressées et vaincues, contraires au DIP, sont régulièrement enregistrées par la «communauté internationale» sans réserve aucune ! Il en est ainsi du Sikkim annexé par l’Inde, du Tibet annexé par la Chine populaire, du Sahara occidental annexé par le Maroc, et la liste est sans fin… D’autres cas plus rares d’annexion font l’objet de contestation internationale organisée aux Nations-Unies (Mayotte annexée par la France, etc).

Les contestataires de la légitimité territoriale israélienne sur le plateau du Golan correspond à un déni de DIP. Elle apparaît comme une application singulière, exceptionnelle, unique, ségrégationniste d’un DIP inexistant sur un Etat qui n’est pas concerné. Elle repose sur l’instrumentalisation du DIP par les ennemis de l’Etat hébreu au détriment des principes universels de l’égalité des Etats devant le DIP. Il contrarie la charte des Nations-Unies qui est supérieure au DIP et qui prohibe formellement de tels agissements.

Par conséquent et en Droit, l’Etat hébreu est fondé à maintenir son annexion du Golan, à affirmer sa légitimité territoriale et à ne tenir aucun compte des contestations infondées y relatives.

About the Author
Pierre Saba
Comments