Le nucléaire Iranien : priorité absolue de Tsahal

En cette fin d’année 2021, le chef d’État-Major de l’armée israélienne, le lieutenant général Aviv Kohavi, était présent à la cérémonie des nouveaux pilotes de l’armée de l’air de Tsahal, promotion 189, dans la base de Hatserim dans le sud du pays.

C’était le prétexte, pour de nouveau mettre en avant l’importance de la force aérienne de l’État d’Israël face aux menaces sécuritaires et plus particulièrement la menace stratégique du programme nucléaire iranien.

Le même jour, le Premier ministre Bennet rencontrait le Conseiller US de la Sécurité Nationale, Jake Sullivan. Cette visite politique de premier plan, quelques jours avant les fêtes de Noël et de la nouvelle année civile pourrait marquer la nécessité immédiate d’une coordination sécuritaire et opérationnelle entre les armées israéliennes et américaines pour des frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

Selon les communiqués officiels israéliens et américains, les deux hommes avec leurs équipes ont discuté des négociations entre l’Iran et les grandes puissances réunies à Vienne. Dans le communiqué de presse du bureau du Premier ministre, il est écrit : ces jours sont très importants. Ce qui se passe à Vienne a des ramifications profondes sur la stabilité du Moyen-Orient et sur la sécurité d’Israël pour les prochaines années. C’est pourquoi c’est une rencontre qui vient à point…

Du côté américain, le texte du communiqué est encore plus explicite : « Le Président Biden m’a demandé de venir juste avant les fêtes de Noël, car il est important que nous nous asseyions ensemble, pour discuter de la conjoncture critique qui touche un ensemble de sujets de sécurité nationale pour nos deux pays. Nous devons développer une stratégie commune, une vision commune et trouver une voie qui assure fondamentalement les intérêts de nos deux nations ».

Si 2021 a été l’année des préparations militaires et politiques pour faire face à la menace iranienne, il semble qu’en cette fin d’année, et en relation directe avec les négociations qui se tiennent à Vienne, qui ressemblent plus à un jeu de rôles dans lequel les Iraniens jouent la montre pour gagner du temps et exiger d’abord et avant tout la levée des sanctions économiques et financières, (alors que le but de ces négociations est de bloquer le programme nucléaire iranien, de contrôler toutes les installations reliées de près ou de loin au programme atomique), Israël et ses alliés accélèrent la coordination et les préparatifs ensemble pour mettre fin à la menace nucléaire iranienne. En tout cas, la visite du Conseiller à la Sécurité Nationale américain en est l’expression la plus claire et visible.

Dans ce cadre-là, les Israéliens sont aujourd’hui dans l’obligation de traiter les problèmes de terrorisme palestinien d’une main de fer et dans la rapidité opérationnelle et les succès requis pour envoyer des messages clairs aux Iraniens.
Si l’Iran a un intérêt à activer le Hamas et le Jihad Islamique Palestinien contre Israël pour créer des zones de tensions à Jérusalem et en Judée Samarie, tensions qui dans une optique iranienne pourrait perturber le gouvernement israélien dans le choix de ses priorités sécuritaires et militaires, il est plus que fondamental pour Israël de conserver le focus sur la menace iranienne et de traiter les problèmes de sécurité intérieure de manière rapide et efficace.

Même si depuis un mois, il y a une accélération des attentats terroristes à Jérusalem et dans la région de Judée Samarie, vague d’attaques reliées à la volonté du mouvement Hamas d’enflammer de nouveau Israël et de créer un terrain favorable à des actions offensives de Tsahal vers Gaza, qui perturberont le gouvernement Israélien dans ses priorités, Israël a décidé de traiter le problème du terrorisme de manière extrêmement ferme, sans pour autant oublier, même l’espace d’un instant la priorité première : la menace nucléaire iranienne.

Dans ce cadre-là, précisément, s’installe la visite du Conseiller à la sécurité nationale américaine qui est venu pour discuter d’une stratégie commune contre l’Iran.

Pour revenir sur la cérémonie de remise des ailes aux nouveaux et nouvelles pilotes de l’armée de l’air d’Israël, le Président de l’État d’Israël Itzhak Herzog a déclaré que le programme nucléaire iranien devait être neutralisé, avec ou sans accord, une bonne fois pour toute. En nommant l’Iran, une bombe à retardement pour Israël et tout le Moyen-Orient.

Toutes ces prises de position la même journée, durant une cérémonie militaire très importante en Israël, et durant la visite officielle de Jake Sullivan, envoyé spécialement par le Président Joe Biden pour coordonner une stratégie commune face à des menaces sécuritaires pour l’intérêt commun des deux nations, sont le dernier signal lancé par Israël et les USA vers l’Iran avant la mise en place de mesures d’un tout autre type.

à propos de l'auteur
Colonel de reserve de Tsahal. Ecrivain, analyste sécuritaire politique et militaire
Comments