La synagogue alexandrine Eliyahu Hanavi : des origines à nos jours

Faute de fidèles, la synagogue Eliyahu Hanavi s'est transformée en un site cultuel à but touristique. Désormais, il est ouvert aux touristes de toutes confessions et de tous les horizons. Photo: Houda Belabd.
Faute de fidèles, la synagogue Eliyahu Hanavi s'est transformée en un site cultuel à but touristique. Désormais, il est ouvert aux touristes de toutes confessions et de tous les horizons. Photo: Houda Belabd.

Située dans la rue du Nabi Daniel au centre-ville d’Alexandrie, la synagogue Eliyahu Hanavi est le plus grand temple juif du Moyen-Orient en dehors d’Israël.

Selon des revues documentaires, la synagogue d’Alexandrie a été construite en 1354. Elle doit son nom « la synagogue du prophète Élie » au rabbin Ovadia ben Abraham de Bertanora en 1487. Aussi est-elle appelée le « Diofloston d’Alexandrie » dans le Talmud.

Sa taille, qui peut accueillir 700 fidèles, est décrite dans le traité Soucca des Tossafistes. Lequel traité comprend des gloses et commentaires de plus de 30 traités talmudiques. Ceux-ci ont été rassemblés par des rabbins médiévaux du XIe au XIVe siècle.

Un chapitre sombre

En 1798, pendant la campagne française d’Égypte, le bâtiment a été bombardé et profané. La synagogue fut reconstruite en 1850 avec le soutien de Sir Moïse Montefiore, et fut alors appelée la « Nouvelle Synagogue d’Alexandrie ».

Compte tenu de la diminution du nombre de Juifs à Alexandrie au lendemain de la création d’Israël, elle a tour à tour été fermée, rénovée et rouverte aux fidèles et aux touristes.

En 2012, quand les fous d’Allah avaient pris d’assaut les artères alexandrines, la synagogue Eliyahu Hanavi a été fermée pendant les grandes fêtes, pour des raisons de sécurité.

En 2017, en collaboration avec le ministre des antiquités Khaled El-Anani, le gouvernement égyptien a restauré le site historique de fond en comble. La raison : sa détérioration s’aggravait et a même été placée sur la liste des monuments en péril du World Monuments Fund.

En 2020, sa rénovation est finalisée. Une cérémonie officielle ad hoc a été célébrée, réunissant quelques 300 invités, dont le ministre des antiquités et du tourisme égyptiens, et trois citoyens juifs.

Ce patrimoine cultuel en mal de fidèles servira de site religieux à but touristique. Il sera visité par des touristes de toutes confessions et de tous horizons, a confirmé le ministre de tutelle.

à propos de l'auteur
Journaliste avec préméditation, auteure en devenir et poétesse du dimanche, Houda voue un amour sans pareil au patrimoine judéo-andalou, un de ses sujets de prédilection. Lors de ses quelques voyages en Espagne (à Cadix, Jaén, et Huelva en Andalousie, mais aussi à Vilajoyosa, une commune d'Alicante en Communauté Valencienne) elle a pu visiter quelques juderías et découvrir les écrits du grand et majestueux Maïmonide sur son long séjour dans le beau Sud ibérique.
Comments