La reprise des rapports israélo-marocains vue par Einat Levi

Israël - Maroc: la reprise diplomatique
Israël - Maroc: la reprise diplomatique

Les Juifs marocains d’Israël jubilent quant à la reprise des rapports diplomatiques entre le Maroc et Israël. Désormais, ils pourront faire du Royaume une part de leur présent et pas seulement un vieux souvenir du passé.

Ces mots pleins de discernement sont d’une chercheuse à l’institut israélien des politiques extérieures et régionales.

Einat Levi, chercheuse à l’institut israélien des politiques extérieures et régionales. © Einat Levi

Spécialisée dans les relations maroco-israéliennes, Einat Levi n’a pas lésiné sur les qualificatifs pour saluer la reprise du dialogue israélo-marocain, lors d’une récente déclaration à la presse marocaine.

Selon les mots de la chercheuse en sciences politiques: « ce pas permet aux juifs marocains d’Israël de mieux connaître leur pays d’origine, a fortiori si cette diaspora constitue la deuxième importante communauté juive en Israël, avec plus d’un million de personnes », fait-elle savoir avant d’ajouter qu’il était «difficile de penser à visiter le Maroc, par le passé. Néanmoins, les choses ont changé dans le sens positif, rendant plus possible d’asseoir des bases solides pour la coopération et l’échange dans tous les domaines.»

Toujours selon les mots de la spécialiste en rapports israélo-marocains, ces derniers ont toujours eu «la possibilité d’être développées mais les circonstances n’y étaient pas favorables», additionnant qu’à la lumière de cette décision historique «les liens culturels profonds unissant les deux peuples pourront consolider la coopération et d’ouvrir des horizons plus larges

Nostalgique de l’époque des bureaux de liaison à Rabat et à Tel Aviv, elle souhaite voir la coopération bilatérale devenir un modèle et servir de lueur d’espoir pour un avenir meilleur dans un contexte régional obscurci.

Le secteur commercial forme, aussi, un vecteur attrayant, outre les opportunités dans les domaines du commerce numérique et de l’entreprenariat. Le secteur touristique, quant à lui, fait partie des piliers d’une coopération bilatérale encourageante, surtout qu’en 2019 pas moins de 45 000 touristes israéliens ont visité le Maroc.

Ce chiffre peut, selon les prévisions ajustées aux nouvelles normes diplomatiques, surpasser les 200 000 dans un avenir imminent, après l’ouverture de la liaison aérienne directe.

De ce fait, Einat Levi a assuré que la diaspora juive marocaine d’Israël est capable de visiter le Maroc 2 fois par an, tout au mois, maintenant qu’il est possible le faire de manière individuelle, sans devoir se déplacer dans le cadre d’un voyage organisé, comme c’était le cas précédemment.

à propos de l'auteur
Journaliste avec préméditation, auteure en devenir et poétesse du dimanche, Houda voue un amour sans pareil au patrimoine judéo-andalou, un de ses sujets de prédilection. Lors de ses quelques voyages en Espagne (à Cadix, Jaén, et Huelva en Andalousie, mais aussi à Vilajoyosa, une commune d'Alicante en Communauté Valencienne) elle a pu visiter quelques juderías et découvrir les écrits du grand et majestueux Maïmonide sur son long séjour dans le beau Sud ibérique.
Comments