La démocratie vs Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'un événement marquant la 8e nuit de la fête juive de Hannouka, le 29 décembre 2019. Photo de Tomer Neuberg / FLASH90
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'un événement marquant la 8e nuit de la fête juive de Hannouka, le 29 décembre 2019. Photo de Tomer Neuberg / FLASH90

Lors de son discours de « réélection » au sein de son propre parti, il y a quelques jours, M. Netanyahou a tenu un discours de remerciements face à ses TRÈS fidèles électeurs. Il a tenu les propos suivants : « la loi d’immunité est une pierre angulaire de la démocratie« -sic-

*

*

*

Je laisse volontairement quelques lignes afin de réfléchir à cette assertion des plus intéressante…-sic-.

Donc, selon M. Netanyahou, la loi d’immunité qu’il a demandé de voter à la Knesset, ce qui lui conférerait une carte blanche et une impunité pour tous les politiques (ou presque) en exercice, est une base de la démocratie. On admire le style, ou disons plutôt la h’outzpa (le culot) du Monsieur.

C’est vrai, quel rêve pour tout accusé (présumé innocent) de faire voter une loi à dessein et de bénéficier d’une immunité.

Hop ! Vous avez trop bu pendant les fêtes, vous êtes accusé ? Et hop ! Vous faites voter une loi pour abaisser le taux d’alcoolémie… !

Hop ! Vous êtes accusé (à tort bien évidemment, parce que vous êtes présumé innocent, bien entendu, nous savons bien que la justice s’acharne surtout sur les puissants…), vous faites voter une loi concernant les charges qui vous concernent, avec une amnistie pour les années précédentes de la votation.

Ensuite, pourquoi s’arrêter en si bon chemin, donc, vos revenus font que vous payez trop d’impôts, hop, vous votez pour que les politiques soient exonérés, car franchement ils suent déjà sang et eau pour les citoyens, pourquoi devraient-ils en plus payer des impôts ? Ce serait trop injuste n’est-ce pas ?

Donc, M. Netanyahou, présumé innocent, mais quand même forcé de démissionner de ses QUATRE postes de ministres en plus de celui de « Premier ministre* », a nommé M. David Bitan (qui visiblement entre temps la fin de l’écriture-validation de l’article a refusé le poste), lui même aussi accusé, mes excuses, présumé innocent, des charges de corruption, au poste de ministre de l’Agriculture… Je proposerais bien qu’il demande de voter une loi pour renommer le pays « Bibiland » – je ris à peine, jaune, je grince des dents plutôt.

Dans la foulée, parce que quand même, il n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. M. Netanyahou a demandé à pouvoir recevoir une aide extérieure pour ses frais d’avocat, donc pour le défendre contre l’État qui est dirigé par nul autre que lui-même, mais qu’il accuse de « kabbale ». Nous sommes en plein roman kafkaïen !

Bref, il reste le Premier ministre d’un État qui se révolte contre les excès de son dirigeant et de ses dérapages. Aujourd’hui, nous prions pour que l’État reprenne à sa tête, la personne qu’il mérite, une personne droite et honnête, surtout qui ne sera, ni accusé, ni présumé innocent. Un homme intègre comme par exemple M. Benny Gantz, mais « je dis ça, je dis rien ». Shavouah tov !

(* volontairement sans majuscule, car monsieur les majuscules cela se mérite)

(** a relevé que M. Netanyahu a une fortune estimée à environ 10 millions d’euros )

à propos de l'auteur
Nouvelle immigrante revenue de Suisse. Patricia est ingénieure, professeure de Sciences et artiste.
Comments