JUIF ? Selon Marc Dufaud

Passager des années 90, Marc Dufaud réalise des courts-métrages et un documentaire sur la génération punk-rock 77, collabore avec la presse underground avant de lâcher prise. On le retrouve en 1998 au sein d’un combo poetikRock Luze.

À la même époque il remanie son premier roman, Les Peaux transparentes, qu’il mettra 6 ans à achever.

Collaborant ici et là avec la presse (Rock & Folk, Tecknikart), rédacteur de plusieurs magazines (Civilisations Mystérieuses, Dossiers Crimes…), il poursuit son travail d’auteur : il a publié plusieurs livres (nouvelles, études, biographies).

Selon Marc Dufaud : « Pour moi être Juif c’est être le peuple élu, c’est celui à qui Dieu s’adresse, passe une alliance, en vue de l’universalisme du salut ».

À quelques jours de Noël, voici la réponse d’un protestant-rockeur

à propos de l'auteur
Femme caméra, une Alice aux pays des merveilles, toujours en voyage à la rencontre des petites vérités des autres, pour dévoiler la mienne, de vérité, et en faire des films. Mes rencontres filmées sont une histoire d’amour. J’aime surprendre et me faire surprendre. Je cherche une vérité, celle du présent. Mes questions sont naïves, décalées, surprenantes, histoire de ne pas disparaître dans le non-dit, ou la langue du bois... Quand je tiens une caméra, je n’ai peur de rien. Je pousse la personne à être elle-même, le temps du tournage, ça m’amuse... Après au montage, Je suis seule face aux images parce que monter un film c’est comme écrire un livre. Il m’arrive de passer plus du temps à écrire sur mes cahiers ce qui n’existe même pas dans les images, et finalement de le retrouver au montage
Comments