Israël a réussi à vexer Trump malgré tout !

J’avais fait état de mes craintes dans un de mes articles voilà quelques mois, sur le risque qu’après les élections d’avril en Israël, la moindre difficulté pour former un gouvernement après les résultats, ferait que le plan de paix de Trump pourrait ne pas être dévoilé et encore moins négocié vu la proximité des élections américaines qui vont commencer très bientôt.

Nous y sommes, faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter, je pencherai pour la seconde hypothèse. Dans celle-ci, M.Netanyahu aurait été en meilleure position pour faire prévaloir ses vues avant les élections présidentielles américaines. Dans l’intérêt d’Israël, jamais M.Trump n’aurait pris le risque de mécontenter pour une raison ou une autre, son plus fidele soutien, Bibi, et son plus fidèle allié, Israël, à quelques mois de celles-ci.

Dans sa dernière déclaration, M.Trump a semblé très contrarié que Liberman par exemple, n’ait pas tenu compte de ses appels à former un gouvernement avec M.Netanyahu, avec qui il souhaite continuer de travailler, pour le bien de son propre pays, Israël.

Je crains pour les Israéliens, qu’à force de « vexer » M.Trump, le président le plus pro-israélien jamais vu, en ne tenant aucun compte de son agenda, M.Trump ne finisse par en avoir assez de l’inconsistance de tous ceux qui n’ont aucune gratitude à son encontre, après tout ce qu’il a fait pour remettre Israël au « zénith » dans toutes les instances internationales et en remettant les palestiniens à leur place.

M.Liberman a fait prendre un très grand risque à Israël. En se rendant responsable de cette crise, il savait quelles conséquences cela allait avoir, vis-à-vis de notre principal allié dans notre combat contre toutes les forces nuisibles au pays. L’a-t-il fait sciemment et pour qui travaille-t-il au juste, quel est son véritable objectif ? Quand tout le monde s’accorde à présent pour dire que son coup d’éclat sur l’enrôlement des soldats dans l’armée, n’était qu’un grossier prétexte, seuls Poutine et ses alliés iraniens, syriens et les chiites en général vont se réjouir de cette aubaine.

Quand on se doute qu’un président des Etats-Unis en pré-campagne électorale, ne prendra aucun risque en s’attelant à des négociations dans le conflit israélo-arabe à quelques mois d’une éventuelle réélection, on mesure les conséquences du manque de conscience politique de M.Liberman qui a fait « capoter » la formation du gouvernement qui ne souffrait d’aucun problème majeur.

A partir de l’hypothèse, selon laquelle la situation restera en « stand-by » jusqu’a la prochaine présidentielle américaine, il est à craindre, qu’en cas de réélection de M.Trump, celui-ci ne fasse payer au peuple israélien le désaveu qu’il vient de lui infliger, M.Trump ne s’étant jamais autant avancé pour faire connaître sa préférence, au-delà même des règles de non-ingérence les plus admises.

J’ai toujours dit qu’il était de la plus grande importance pour Israël, d’avoir en même temps M.Netanyahu et M.Trump au pouvoir, dans cette période si trouble et si vitale pour notre pays, mais comme j’ai l’impression que pour les juifs en Israël et aux Etats-qunis, cela n’a pas l’air de les troubler, bien au contraire, nous verrons bien quand l’un ou l’autre disparaîtra de la scène politique mondiale.

Pourtant, jamais les conditions, n’avaient été aussi favorables dans le passé, à Israël sur la scène politique internationale et surtout pas avec Obama, vu comment à la fin de son mandat, il a tourné le dos à Israël au Conseil de sécurité en laissant passer, sans mettre le veto américain, une condamnation infâme contre Israël. Si c’était un démocrate du style de Bernie Sanders ou un de ses amis qui était élu, nous risquerions nous, juifs israéliens et dans le monde, de le payer cher, ce n’est pas faute d’avoir été prévenus.

Est-il encore temps de se ressaisir et de remettre les compteurs à zéro, en redonnant une majorité encore plus importante au parti qui gouverne depuis longtemps déjà en Israël, sans qu’il ait besoin des voix de Liberman, lors des prochaines élections de septembre. Seul le peuple israélien redevenu « stratège politique » pourra en donner la réponse.

M.Trump j’en suis sûr attendra pour une dernière fois, avant peut-être de se fâcher contre nous, de savoir si le peuple israélien a compris les enjeux pour la paix, en le suivant, ou s’il est ingrat au point de ne tenir aucun compte de son avis, et du « travail » qu’il fait pour attirer une grande partie du monde arabe vers Israël en vue de celle-ci. Que nous le voulions ou pas, c’est important, surtout quand un président américain s’est investit autant que lui, pour Israël, et pourquoi le nier, pour lui aussi.

Il faudrait, enfin, que le peuple juif en Israël et aux Etats-Unis, ne prenne pas à la légère l’appui inconditionnel que lui apporte à ce point M.Trump, si nous perdions cette occasion, je préfère ne pas penser à ce que l’avenir dans un monde de plus en plus dangereux et menaçant, pourrait nous réserver. Oublier ses querelles intestines pour une fois serait le meilleur conseil que j’aurai à donner à mes frères.

à propos de l'auteur
Dans son blog, Serge parlera du conflit israélo-arabe, de relations internationales, et d'Israël face aux medias dans le monde
Comments