Invitation adressée aux citoyens à se joindre à la lutte contre l’antisémitisme, la haine et les discriminations

Une invitation adressée à chaque citoyen de se joindre à la lutte contre l’antisémitisme et chacune des haines et discriminations qui déchirent notre société.

Le dimanche 27 janvier 2019, a été marqué par la célébration de la journée internationale de l’Holocauste. Nous proposons une petite réflexion à cette occasion pour dire qu’il est du devoir de chaque citoyen de prendre sa part dans la  lutte contre l’antisémitisme, comme cela se  fait pour toutes les autres formes de haine et de discrimination que punissent les lois de la République.

Parfois, on entend certaines personnes dire qu’on en fait trop sur cette question. Mais nous pensons qu’on en fait pas assez pour en finir avec la haine gratuite, la haine de l’autre pour ce qu’il est, la haine qui tue. Les chiffres le montrent, il y a une progression des actes antisémites en France et en Europe, un continent sur lequel il y a eu les deux grandes guerres les plus meurtrières de l’histoire de l’humanité avec la clé la Shoah qui a fait 6 millions de Juifs atrocement assassinés simplement parce qu’ils étaient Juifs. Il n’y a pas si longtemps de cela, une soixantaine d’années.

Et pourtant, une partie de l’opinion publique affirme n’en avoir jamais entendu parler. On ne peut donc rester insensible face à une telle progression de haine, de l’antisémitisme, dans un endroit où l’on croyait qu’il avait disparu. Il nous faut donc joindre nos efforts et être actifs afin de lutter contre cette bête immonde.

L’antisémitisme vient de personnes qui le portent comme c’est le cas pour le racisme, l’homophobie, la xénophobie, et toutes les autres formes de discrimination et de haine. C’est donc au porteur de ce poison de s’en débarrasser.

Aucune raison ne peut justifier la haine qui tue parce que vous êtes qui vous êtes. Nous avons donc le devoir de lutter contre cette haine. Car elle prospère sur la paresse commune, sur le manque de réactions face à elle et l’indifférence des uns et des autres.

Bien d’autres génocides ont été commis après la Shoah parce que l‘indifférence des uns et des autres y a contribué.

Si nous voulons un changement, si nous voulons voir disparaître ce poison du milieu de nous, et ne plus revoir ces atrocités, il nous faudra donc changer d’attitude face aux actes antisémites, et la haine de l’autre. Plus de réactivité, de prise de conscience des uns et des autres, et de solidarité aideront à faire face à ce mal que nul ne devrait laisser passer.

« Le vrai danger mon fils, se nomme indifférence. Mon père ne m’a jamais enseigné tant de choses en si peu de mots. » disait Elie WIESEL qui fut un rescapé de la Shoah. Il était un jeune homme sorti des camps de la mort.

A cet âge, on se prépare à rentrer dans la vie active. Quel était son crime, que lui reprochaient la société des hommes, lui sa famille et bien d’autres jeunes avec toutes ces femmes et ces hommes qui se sont retrouvés livrés entre les mains des nazis par leurs concitoyens ? Rien, si ce n’est parce que Juifs.

La responsabilité de l’humanité face à ces atrocités n’est pas neutre comme certains pourraient le penser. Car la Shoah est et restera une vilaine tâche sur la conscience de l’humanité toute entière. Elle fait désormais partie de notre histoire commune d’être humains.

Il est vrai qu’il y avait plusieurs milliers d’autres personnes visées, mais seul le peuple juif était visé en tant que peuple pour être éradiqué de la face de la terre par la solution finale que portaient les nazis. C’est ce qui arrive lorsque l’antisémitisme s’installe dans les cœurs qui le laissent prospérer.

Tout près de nous, depuis l’affaire Ilan Halimi, plusieurs autres meurtres antisémites ont été commis et depuis le chiffre des actes antisémites ne fait que croître. Les autorités font bien de réagir, mais il nous faudra tous agir afin de lutter contre cette maladie qui gangrène notre société.

L’antisémitisme n’est pas une affaire des Juifs qui malheureusement font l’objet d’une haine gratuite de la part de leurs concitoyens. L’antisémitisme est une affaire des antisémites, c’est une affaire des personnes qui refusent d’assumer leurs responsabilités face à leurs échecs et préfèrent blâmer l’autre et le tenir responsable de leurs échecs.  

Au lieu de rechercher les causes de leurs échecs, ils préfèrent se mettre à rechercher un bouc émissaire face à leurs incapacités à résoudre les difficultés auxquelles ils font face, difficultés qui sont parfois le lot de plusieurs autres personnes qui font de leur mieux pour les affronter.

Chacun d’entre nous est concerné, chacun a le devoir de s’impliquer à son niveau et au niveau collectif dans la lutte contre l’antisémitisme et bien entendu contre toutes les autres formes de haine et de discrimination, pour un meilleur vivre ensemble.

à propos de l'auteur
Diplômé de l'Ecole Supérieur de gestion de Paris et du CNAM de Paris Master en Audit et Contrôle de Gestion. Paul est aussi diplômé d'un Master en Sciences de Gestion, mention Prospective stratégique, Organisation et Management. Il a étudié l'économie de Développement à l'institut international de la Istadrut à Kfar Sava en Israël.
Comments