Identité critique du judaïsme africain

Fruns Asmamo (70 ans) et Yalga Asmamo (19 ans) prient devant le mur des lamentations, alors qu'ils se rendent sur le site le plus sacré du judaïsme pour la première fois après avoir immigré en Israël, le 30 mai 2008. Photo de Michal Fattal / FLASH90
Fruns Asmamo (70 ans) et Yalga Asmamo (19 ans) prient devant le mur des lamentations, alors qu'ils se rendent sur le site le plus sacré du judaïsme pour la première fois après avoir immigré en Israël, le 30 mai 2008. Photo de Michal Fattal / FLASH90

Le judaïsme africain doit être soumis à une lecture patiente, son existence se vit toujours sur l’arrière-fond d’un souvenir douloureux : celui des traumatismes historiques vécus par l’Afrique et le monde Noir en général et des répercussions que ces traumatismes ont sur le cours de notre époque ; puis s’exprime avec force et parfois colère, tout le refus de voir encore se répéter les passés ; enfin, le souci de témoigner dans la nuit actuelle de l’Afrique, des signes qui indiquent que tout est à-venir dans le continent, au-delà des récits répercutés par des observateurs distraits, qui ne voient de l’Afrique que sa part nocturne.

C’est ainsi qu’une lecture de la pensée sociologique va faire apparaître la transgression, la subversion et la marginalité comme condition inévitable qui fonde l’identité critique du judaïsme africain.

La sociologie et les sciences sociales analytiques du judaïsme en général et ceci, dans un contexte contemporain où les épistémologies dominantes, les théories et méthodologies instituées semblent faire écho aux idéologies du jour et aux forces sociales, culturelles, politiques et économiques qui les portent.

La question de l’identité juive africaine est ici considérée comme un angle d’attaque pertinent pour répondre à ce double objectif. Nous voyons aujourd’hui à quel point la pensée du paysage juif est aujourd’hui impliquée dans les évolutions socio-environnementales du judaïsme africain.

Quelles sont les formes d’incarnation de la gestion du judaïsme répondant aujourd’hui effectivement à une logique de communs ?

à propos de l'auteur
Guershon Nduwa est le président de la communauté juive noire de France.
Comments