Hurler avec les loups

Eric Zemmour (Capture d'écran: YouTube)
Eric Zemmour (Capture d'écran: YouTube)

Le 16 octobre, sur CNEWS (CN), (chaine française d’information du groupe CANAL), Jean-Pierre Elkabach recevait Cedric Villani, ex- LaRépubliqueEnMarche, candidat à la fonction de maire de Paris.

Avant toute réponse, Villani déclarait avec solennité sa réprobation de la présence d’Eric Zemmour sur la chaîne alors qu’il avait été condamné pour des propos de haine à l’encontre des Musulmans qu’il réitérait notamment sur CN. Il indiquait qu’il s’était finalement rendu à l’entretien sur CN en raison de ce qu’il ne souhaitait pas faire faux bond au dernier moment, qu’il avait hésité à le faire, qu’il n’y viendrait plus tant que Zemmour serait employé par CN.

Les appels au boycott contre Zemmour et contre ceux qui l’emploient sont désormais légion. La condamnation de ses propos vire au lynchage pour l’instant virtuel et les médias écrits, les radios, les télés s’en font l’écho. Les appels au boycott constituent un développement illégitime pour plusieurs raisons.

1- JeanMarie Lepen a passé sa vie politique, publique et privée a développer l’antisémitisme, à être condamné par les tribunaux. A de rares exceptions près qui n’ont d’ailleurs pas duré longtemps, Lepen n’a jamais fait l’objet comme Zemmour de mesures de boycott médiatique.

2- En dépit de condamnations judiciaires pour antisémitisme, obtenues avec difficultés et longtemps après les premiers faits, Dieudonné a continué longtemps à tirer des bénéfices financiers de ses spectacles antisémites à plain régime. Encore aujourd’hui, il existe des salles où il parvient à produire sa haine et à en tirer bénéfices financiers. Ses défenseurs arguent de la liberté d’expression alors que l’antisémitisme est un délit et que des personnes sont agressées et tuées en France parce qu’elles sont juives. A ce jour, aucun tribunal n’a eu à connaître des appels au meurtre lancés par Zemmour qui connaît, lui, une indignation politique et médiatique que les victimes de l’antisémitisme souhaiteraient recevoir.

3- Les indignations politiques telles que celles de Villani sur CN, théâtralisée à souhait, concernent l’ensemble des partis politiques français. Il est patent que l’opportunisme électoral en constitue la motrice. Il s’agit de séduire les électeurs antiracistes sélectifs, les antisémites qui se déchaînent sur les réseaux dits sociaux.

4- Zemmour ne s’en prend pas seulement à l’Islam. Il s’en prend aussi à l’Histoire. Ses prétentions relatives à une soit-disant bienfaisance et clémence de Pétain à l’égard des Juifs pendant le régime de collaboration alors même que le statut des Juifs français d’une part et les mesures antisémites prises par le régime de Vichy d’autre part leur étaient plus néfaste et criminel que les mesures allemandes attestent de la fantaisie de ses développements. Les exemples sont à cet égard nombreux.

4- Le traitement sélectif infligé à Zemmour provoque la nausée. Les adversaires de Zemmour disposent des droits de réponse, des possibilités de contestations, de réprobations, d’assignations judiciaires : autant de moyens de réponses légitimes. Les appels au boycott sont illégitimes puisqu’ils constituent une mesure unique qui n’a pas été remarquée à l’encontre des racistes et antisémites tout aussi célèbres.

Sévérité et appels au boycott contre Zemmour au nom de principes antiracistes d’une part, clémence et excuses psychiatriques et sociales à l’égard de nombreux criminels et délinquants antisémites d’autre part. Tout ceci ne saurait constituer une vision politique ni médiatique digne et égalitaire que rend nécessaire l’indispensable traitement de la haine.

à propos de l'auteur
Pierre Saba
Comments