Filaligate : Entretien avec le président du BNVCA

L.H : Monsieur Ghozlan, vous êtes Président du Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme (BNVCA). Que pouvez-vous nous dire sur le travail et les objectifs de votre Institution ?

Samy Ghozlan : Merci pour cette opportunité, comme vous le savez, le BNVCA a été créé en 2002, suite à plusieurs actes antisémites, dont les auteurs et les mobiles étaient inconnus. En effet, les institutions juives ainsi que celles de la république, étaient focalisées sur l’extrême droite, alors que c’est la gauche, et l’extrême gauche, qui avaient incité la population d’origine musulmane, à la haine contre Israël, et aux attaques contre les juifs.

Depuis, les premières arrestations on s’est permis de déduire que les actes commis émanaient principalement de personnes d’Afrique du Nord et d’Afrique noir, qui se revendiquaient de confession musulmane, avant d’affirmer qu’un maximum d’informations a été transmis aux autorités de l’Etat français, dans le but de protéger les personnes de confession juive et faire changer la loi à ce sujet.

L.H : Un couple d’antisémites notoires (Dounia Filali et son époux Adnane) vient de demander l’asile en France. Votre réaction a été immédiate pour dénoncer l’antisémitisme de ce couple. Quelles sont les démarches que vous avez entamées en votre qualité de Président du Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme (BNVCA) ?

Samy Ghozlan : Pour vous répondre, l’OFPRA est sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur, en déclarant avoir saisi Gérald DARMANIN et Julien BOUCHER, Directeur Général de l’Office susmentionné. A ce titre, il ya aujourd’hui une nécessité de rester vigilent face à cette affaire, car il est inacceptable d’accorder un droit d’asile à ces individus, étant donné que ceci est en
contradiction avec la loi sur l’antisémitisme. Ces individus devront rendre leurs comptes auprès de la justice marocaine et non pas à la France, il y a, en effet, ici un risque, celui de pousser des jeunes à devenir des extrémistes.

L.H : L’antisémitisme ne cesse de se propager un peu partout dans le monde, et surtout en France ; on recense en moyenne près de 600 actes antisémites par an dans l’Hexagone.

La France a-t-elle besoin d’accueillir sur son territoire davantage de personnes nourries d’antisémitisme ?

Samy Ghozlan : Je considère que les discours qui indiquent que la France lutte contre l’antisémitisme sont inconcevables et incohérents, dans la mesure où le pays accueille des personnes d’une certaine réputation et dont les penchants antisémites sont avérés, et réputés pour être des escrocs. Nous prendrons les mesures nécessaires pour suivre notre requête, non seulement auprès du Cabinet du Ministre de l’Intérieur, mais aussi auprès du Préfet compétent.

L.H : la France ne donne pas une suite favorable à votre signal d’alarme et à votre demande explicite de ne pas octroyer le droit d’asile à ce couple antisémite, quelle sera alors votre réaction ? Le Gouvernement Israélien va t’il intervenir auprès de son homologue, comme ce fut le cas dans l’affaire de l’humoriste Dieudonné ?

Samy Ghozlan : le Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme (BNVCA) n’envisage pas de recevoir une réponse négative quant à notre demande de ne pas octroyer le droit d’asile à ce couple d’antisémite. J’ai beaucoup de foi en les Institutions de la République et notamment le Ministère de l’Intérieur et celui des Affaires Etrangères et de l’ Europe. Mon institution n’a aucun rapport avec le Gouvernement Israélien, mais je reste disposé à traiter de ce sujet avec l’ambassadrice d’Israël en France.

à propos de l'auteur
Lahcen Hammouch est journaliste et fondateur de "Almouwatin bxl-média" (Almouwatin qui signifie le citoyen en Français), association qui gère une radio et tv web en plus d’un journal électronique reconnue d’utilité publique, née juste après la vague d’attentat qui a touché l’Europe. L'association a comme objectif général la valorisation de la communication entre l’islam et les autres cultures ainsi que la lutte contre l’exclusion sociale, le racisme, l'antisémitisme, le radicalisme et le djihadisme.
Comments