Femmes Imams, une belle avancée qui fait peur à certains

Anne-Sophie Monsinay (D), et Eva Janadin, deux femmes, toutes deux converties à l'islam, prient dans une salle de prière à Paris, le 7 septembre 2019. Un événement sans précédent pour le culte des musulmans en France : deux imames ont dirigé une prière en septembre à Paris, devant une assemblée totalement mixte réunie pour une cérémonie principalement célébrée en français. Janadin et Monsinay ont voulu pendant plusieurs années traduire leur vision d'un islam "progressiste" et "éclairé" en actions concrètes.
Photo : Lionel BONAVENTURE / AFP
Anne-Sophie Monsinay (D), et Eva Janadin, deux femmes, toutes deux converties à l'islam, prient dans une salle de prière à Paris, le 7 septembre 2019. Un événement sans précédent pour le culte des musulmans en France : deux imames ont dirigé une prière en septembre à Paris, devant une assemblée totalement mixte réunie pour une cérémonie principalement célébrée en français. Janadin et Monsinay ont voulu pendant plusieurs années traduire leur vision d'un islam "progressiste" et "éclairé" en actions concrètes. Photo : Lionel BONAVENTURE / AFP

Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay ont dirigé, pour la première fois en tant qu’Imams une prière samedi 7 septembre dernier.

Ces deux pionnières ont prêché devant une soixantaine de personnes dans une salle louée à Paris.

Deux femmes imams dirigeant une prière. Voici une révolution dans l’Islam de France qui est un exemple à suivre.

Le 7 septembre dernier, Eva Jardin et Anne-Sophie Monsinay ont dirigé en tant qu’imams une prière devant plus de soixante personnes.

Cette révolution a déjà eu lieu dans certains pays. Ainsi aux Etats-Unis et au Danemark certaines femmes ont un ministère et peuvent officier.

Il est vrai qu’en France, être Imam et femme irrite certains milieux. Il suffit de lire les commentaires sur les réseaux sociaux pour le comprendre. On a même pu lire comme argument que ces deux femmes étaient des sionistes.

L’islam n’est pas la seule religion où les femmes ne peuvent avoir des ministères.

La religion catholique refuse toujours d’ordonner des femmes prêtres et le judaïsme orthodoxe interdit à toute femme d’être rabbin.

Certains nous diront que les religions doivent respecter les textes écrits il y a des milliers d’années ou des centaines d’années. Cet argument n’est pas logique car si nous étudions les religions, nous observons qu’au fil des siècles, les règles  ont évolué. Qui acceptera de nos jours qu’une  femme se fasse lapider pour adultère ? Personne à part certains extrémistes. Pourtant cette loi a bien existé mais les dignitaires religieux ont interdit cette pratique.

Le problème est, que de nos jours, les dignitaires religieux prennent les textes comme des lois au lieu de considérer l’ensemble des règles comme un Code de lois. Nous savons tous qu’un Code de lois, comme le Code Civil ou le Code pénal évolue tous les jours pour le bien de la Société.

On est en droit de se demander en ce début de XXI siècle pourquoi dans les religions la femme fait tant peur à l’homme ? Pourquoi la femme doit être couverte et n’est considérée que comme un objet de désir ? Objet de désir car si certains demandent de cacher le visage des femmes ou si d’autres demandent que la prière ne soit pas mixte, la raison en est simple. La femme peut déconcentrer l’homme qui prie car elle est désirable.

Il faudrait rappeler à ces hommes qu’ils ne sont pas obligés de voir en la femme qui s’assoit à coté d’eux un symbole sexuel.

Deux autres femmes se battent pour la cause des femmes en Islam : Kahina Bahloul et Ines Safi

Comme Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay, deux autres femmes musulmanes se battent pour la cause des femmes dans l’Islam.

Kahina Bahloul est une femme imam qui envisage d’ouvrir une mosquée en France la conduite de l’office sera confiée en alternance à une femme et à un homme, femmes et hommes pourront prier ensemble, dans la même pièce, mais dans des groupes séparés parallèles, le voile n’étant là non plus pas obligatoire.

En mai 2019, Kahina Bahloul publie dans « les cahiers de l’islam » une analyse des textes sacrés dont la conclusion est « Les avis qui veulent établir l’interdiction absolue du magistère féminin dans le culte musulman n’ont pas de fondements théologiques solides. Aucun argument émanant du Coran ni de la sunna ne peut être sérieusement avancé pour invalider ou rendre illicite l’imamat des femmes. ».

Ines Safi est une chercheuse en physique quantique. Son travail extra-académique consiste à poser une réflexion renouvelée sur la relation entre science et religion.

Le journal le Monde l’a qualifiée déjà dans un article du 7 septembre 2016 comme « la diplomate de l’Islam ».  Dans cet article on apprend que cette polytechnicienne, passée par les plus grandes universités comme Rutgers University souhaite jeter des ponts entre les cultures et mène  une recherche parallèle sur le dialogue entre science et foi.

Ces femmes, nous devons les soutenir, nous devons surtout écouter leurs arguments et apprendre d’elles.

Nous devons aussi nous souvenir d’Hervé Bazin qui écrivait « Il est significatif que le statut de la femme demeure à peu près inchangé là où les religions sont encore très puissantes. Partout ailleurs, il est remis en question. ».

à propos de l'auteur
Éric Gozlan est né en 1964. Il a vécu une grande partie de sa vie en Israël au kibboutz et a servi dans une unité combattante de Tsahal pendant la première guerre du Liban et la première Intifada. Il étudie l’économie en Israël. De retour en France, il est reçu au troisième concours de l'École Nationale de la Magistrature et a travaillé de nombreuses années dans le milieu bancaire et au Conseil de l’Europe. En dehors de son parcours professionnel, Éric a toujours été intéressé par le social et les relations interreligieuses. Il pense qu’il est possible d’arriver à la paix par la religion (puisque les guerres partent souvent de celle-ci). C’est pour cette raison qu’il s’emploie en France à travailler sur le dialogue interreligieux et ce notamment avec l’Imam Chalghoumi Il a été nommé il y a peu par le roi des Roms ambassadeur de sa cause pour la France et a reçu la médaille de la paix en Roumanie. Éric est souvent invité à des congrès pour la paix pour donner son expertise sur certains problèmes Il a participé à deux nombreux colloques sur la paix et le dialogue inter religieux en Corée, Russie, Etats-Unis, Bahreïn, Belgique, Angleterre, Italie, Roumanie… Il est fondateur de Focus International Consulting et directeur de l'International Council for Diplomacy and Dialogue Eric Gozlan écrit dans plusieurs revues dont le Nouvel Observateur en France, Times of Israël en Israël et a publié dernièrement, suite à une demande du Vatican, une étude sur l’apostasie dans le Judaïsme
Comments