Fantaisie lexicale sur fonds publics

Dans un entretien accordé le 17 janvier 2019 à France Info, Danielle Bousquet, présidente du Haut-Conseil à l’Egalité entre Hommes et Femmes (HCEHF), a regretté notamment que «trois-quart» des vidéos humoristiques sur Youtube sont entachées de sexisme à l’égard des femmes ridiculisées sur leur physique.

L’expertise antisexiste de Bousquet sur France Info est bien le minimum déontologique et statutaire qu’elle puisse assumer à la place qui est la sienne.

Ce qui choque est l’argumentation développée dans l’entretien à l’appui de sa démonstration. Elle a, à cet effet, indiqué qu’on ne s’en prend pas au physique des «Noirs» ni à celui des «Juifs» comme on s’en prend au physique des femmes.

Doit-on lui rappeler que les Noirs pas plus que les Juifs ne disposent d’un physique particulier, qu’il s’agit dans le premier cas d’une pigmentation de la peau et dans le second d’une religion, et que les deux cas ne sauraient appartenir à quelque physique particulier que ce soit. La fantaisie lexicale et sémantique de Bousquet serait pittoresque si elle ne rappelait les théories raciales qui ont tant nuit et qui nuisent tant à l’Humanité.

Il est stupéfiant d’avoir à écouter de telles inexactitudes, de les entendre reliées à la lutte contre le sexisme, et le tout par la voix même de la présidente du HCEHF.

Le HCEHF est une autorité administrative indépendante. Les imprécisions de Bousquet surviennent quelque peu après la publication de l’annexe au projet de loi de finances 2018 relative au rapport sur les autorités administratives et publiques indépendantes qui scrutent leurs utilités publiques comme l’utilisation des fonds publics qui leurs sont alloués.

Nul doute que si l’attention se porte sur la qualité des propos tenus par Bousquet sur France Info ce 17 janvier, il conviendra d’en tirer les conclusions éthiques, culturelles et financières qui s’imposent à la puissance publique.

Le général De Gaulle disait que «les institutions ne valent que ce que valent ceux qui les servent».

About the Author
Pierre Saba
Comments