Évasion des terroristes : le ballon s’est dégonflé

Sur cette photo fournie par la police israélienne, Zakaria Zubeidi, à gauche, et Mohammed al-Arida, deux des six prisonniers palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa, après avoir été arrêtés dans la ville arabe d'Umm al-Ghanam, dans le nord Israël, samedi 11 septembre 2021. (Police israélienne via AP)
Sur cette photo fournie par la police israélienne, Zakaria Zubeidi, à gauche, et Mohammed al-Arida, deux des six prisonniers palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa, après avoir été arrêtés dans la ville arabe d'Umm al-Ghanam, dans le nord Israël, samedi 11 septembre 2021. (Police israélienne via AP)

L’évasion de Gilboa, le ballon a fait pfuff…

Au départ, lorsque les six terroristes palestiniens ont réussi à s’évader de la prison de haute sécurité Gilboa, dans le nord d’Israel, les mouvements Hamas et Jihad islamique ont crié « victoire ». Si cette évasion a créé dans un premier temps un effet de réussite et une satisfaction chez les Palestiniens, d’avoir réussi à humilier les forces de sécurité israéliennes, très rapidement, après les premières deux puis quatre arrestations des terroristes évadés dans le calme et sans aucune violence, les sentiments de victoire et de joie se sont évaporés. Ils se sont rendus sans résistance.

Cette évasion réussie au niveau technique des six terroristes palestiniens, s’est révélée être en fait un cuisant échec, avec des retombées stratégiques négatives pour les groupes terroristes salafistes et leurs soutiens. Cette évasion est comme un ballon qui s’est très vite dégonflé, l’expression d’une réalité tout à fait nouvelle au sein de la société arabe israélienne, palestinienne dans son ensemble, mais également, au sein des groupes salafistes violents. Cette opération a montré le manque d’intérêt flagrant des Arabes israéliens pour les évadés, qui ont préféré rester en dehors, voire aider à leur capture.

Ensuite, ces « héros temporaires » représentés comme les « héros de la cause » ont tous été arrêtés sans opposition, sans lutte, comme des gens évadés par hasard, sans véritable plan pour la suite, qui préfèrent en fin de compte revenir vivre en prison plutôt que de mourir comme des héros.

Les arrestations sans victimes ni violences sont une réussite opérationnelle pour Israël mais surtout un grand motif de frustration pour les groupes terroristes qui n’ont plus vraiment de prétexte pour réagir ou agir contre Israël.

Et même si les techniciens du Hamas, sont très fort pour le « photoshop », il leur est plus que difficile de parler d’ « héroïsme » pour la cause quand les Arabes Israéliens refusent de les aider, quand l’Autorité palestinienne travaille avec les forces de sécurité israéliennes pour arrêter les fugitifs, quand tous les pays arabes de la région travaillent de plus en plus avec l’Etat d’Israël contre des ennemis communs et pour des buts communs.

Si en plus de tout cela, les terroristes évadés ne répondent pas aux attentes escomptées de la part des groupes terroristes, alors tout cela n’aura été qu’un événement très passager qui risque d’avoir des conséquences désastreuses pour les groupes palestiniens salafistes et la vision violente de ces organisations face à Israël.

La manière des forces de sécurité israéliennes, selon laquelle, les six terroristes ont été arrêtés, le fait de garder un sang-froid permanent, de préserver un contexte de gestion de crise et d’éviter d’entrer dans les pièges tendus par le Hamas et conserver et renforcer, le dialogue et la coordination avec l’Autorité palestinienne, la Jordanie et l’Egypte sont une réussite flagrante d’Israel qui a su renverser une situation complexe au départ, pour la transformer en victoire éclatante face au terrorisme.

L’évasion des six terroristes de Gilboa restera un exemple de crise devenue une opportunité pour renforcer l’image et la force d’Israël face au terrorisme.

Évidemment, ceci n’empêche pas l’obligation de la mise en place urgente d’une commission d’enquête gouvernementale pour répondre de tous les dysfonctionnements plus qu’inquiétants au sein de l’administration pénitentiaire de haute sécurité israélienne.

à propos de l'auteur
Colonel de reserve de Tsahal. Ecrivain, analyste sécuritaire politique et militaire
Comments