Etat iranien 2015 et état iranien 2021…

Le président Hassan Rouhani s'exprimant lors d'une réunion du cabinet à Téhéran, en Iran, le mercredi 4 septembre 2019. M. Rouhani réitère la menace de s'éloigner de l'accord nucléaire de 2015 et accélérer ses activités nucléaires si l'Europe ne parvenait pas à fournir une solution. (Bureau de la présidence iranienne via AP)
Le président Hassan Rouhani s'exprimant lors d'une réunion du cabinet à Téhéran, en Iran, le mercredi 4 septembre 2019. M. Rouhani réitère la menace de s'éloigner de l'accord nucléaire de 2015 et accélérer ses activités nucléaires si l'Europe ne parvenait pas à fournir une solution. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

Alors que l’International est à nouveau témoin des décisions officielles du régime iranien quant aux recherches nucléaires et aux avancées dans l’enrichissement en uranium, pouvons-nous encore ingérer les nouvelles d’alors, de 2009, concernant un réchauffement des relations U.S.A – Iran qui se démarquait en cela de la politique du prédécesseur de Barak Obama ?

Tout un chacun ne pouvait alors que se féliciter de la chose qui somme toute aurait pu nous apporter des ouvertures jusque-là insoupçonnées, nous montrer le régime d’Ahmadinejad sous un tout autre angle.

Déjà donc en 2009 les Etats Unis se leurraient et attendaient du dirigeant Ahmadinejad d’avoir une nouvelle conception de l’ouverture vers l’Occident… Déjà, non seulement les Etats-Unis mais la majorité du monde occidental se laissait leurrer par des compréhensions et des approches par trop éloignées de l’art de la Taqya que ce même monde occidental semblait ignorer… il suffit de-même de suivre les années 2014 – 2015 pour voir une répétition occidentale des mêmes analyses fausses et erronées envers le gouvernement Rohani…

Certes, certains étaient et resteraient sceptiques ayant un mal évident à croire à un « nouvel Iran », omettant d’autre part les intérêts américains dans cette région et se posant somme toute la question de rigueur : y a-t-il un nouvel Iran ?

D’ailleurs et pour preuve, on ne peut plus flagrante de ce « nouvel Iran « qui n’a jamais été et ne l’est pas plus actuellement en 2021… le 11 février 2020 à vu (comme chaque année) en Iran les festivités du 41e anniversaire de la révolution islamique avec les sempiternels slogans de  » Mort à l’Amérique », « Mort à Israël »… pas besoin de détailler !

Célébrer la révolution islamique alors que l’actualité européenne et internationale voudrait nous laisser croire en une toute autre image de ce « nouvel Iran »…

D’ailleurs, qui a relevé alors que se déroulait la réunion du G+6 (plus qu’intéressé à se laisser fourvoyer une fois de plus..) les manifestations d’hostilité envers le président Barack Obama montré suspendu à une potence, celles contre le secrétaire d’État américain John Kerry dépeint comme un renard sournois afin de « mieux  » célébrer cette révolution ?…

En terme de parallélisme, de ressemblance, de grandes phrases, on ne peut dénier certaines similarités dans les discours iraniens comme américains d’alors (et bien également sous le régime Obama)… Ainsi on peut relever que le candidat d’alors Ahmadinejad avait prononcé ces paroles : « c’est possible et nous le pouvons  » (michavad va mitavanim) tandis que son homologue américain prononçait devant le New Hampshire des : « nous pouvons guérir cette nation. Oui, nous pouvons réparer le monde. Oui, c’est possible« ; comme quoi Obama n’avait rien inventé avec son slogan de « Yes we can ! »…

De-même que l’on ne pouvait qu’applaudir à la décision de Téhéran d’accepter l’invitation américaine de participer à la Conférence Internationale sur la situation en Afghanistan tout en déclarant : « nous croyons qu’il y a lieu de trouver une solution régionale à la crise afghane. L’objectif de l’Iran est d’aider à la paix, à la stabilité et au retour au calme dans la région« . En un mot : il y avait et il y a toujours de quoi se laisser berner…

Il parait des plus évidents que le régime iranien d’alors comme actuel n’a eu et n’a pour propension que de chercher la paix et la stabilité régionale… Qui oserait en douter ?

Certes, en 2009 Hillary Clinton, la nouvelle secrétaire d’Etat américaine ne manquait pas pour autant d’inviter le régime iranien à « desserrer le poing » pour saisir la main tendue des Etats Unis, et certes ceci me laissait déjà perplexe alors que Manouchehr Mottaki le ministre des Affaires Etrangères iranien parlait lui de paix, de stabilité… de quel poing serré Hillary Clinton parlait-elle ? Y avait-il anguille sous roche ? Y en a-t-il une encore ce jour ?..

Et puis, les armes iraniennes qui circulaient au Soudan et qui ont été stoppées court, n’étaient-elles pas destinées au Hamas à Gaza… » L’objectif de l’Iran est d’aider au retour au calme dans la région ??? » Et la situation actuelle avec les armements de Isis, du Hezbollah, de.. ?..Situation différente ? Changement radical de politique iranienne ? Ouverture vers l’Occident ??

Les intérêts diplomatiques, stratégiques, économiques auraient-ils une telle importance que l’on préfère ne pas voir la réalité en face ? Doivent-ils supplanter des avancées nucléaires (ah, j’oubliais que celles-ci n’ont aucune propension militaire..!), des fournitures d’armes, des « nourrissements du terrorisme » ??

Oui, et en celà nous ne pouvons qu’applaudir Donald Trump qui a su, lui, prendre le taureau par les cornes en annonçant caduque le traité d’alors; quant au G+6 qui n’a cessé de se persuader que la politique iranienne a très certainement changé… Il resterait une question à poser ; tout simplement :

En quoi ?

Et pour ceux d’entre vous qui s’intéressent au terrorisme islamiste, à l’Iran de la taqya (mais serait-ce le cas ?..), je vous propose mes deux romans : « Et si ? » et « Après-demain..?« 

http://jewpop.blogspot.com/2010/09/lire-dans-le-metro.html

Sources: Memri.fr – 

à propos de l'auteur
Marc Lev réside en Israël depuis 1985, est blogueur depuis plus de 15 ans quant au monde juif face à l'International, à la région du Moyen-Orient, aux mouvances islamistes; a publié divers romans liés aux problématiques régionales, au régime iranien, aux extrémismes ( "Demain ?", "Et si..", "Après-demain..?" ), et a de-même développé des dons artistiques en se spécialisant dans des créations de peintures sur supports de bois divers avec des expositions ici et là. Marc Lev, dans ses écrits hebdomadaires, tente de donner une vision de l'intérieur, depuis Israël, des problématiques touchant le judaïsme international, Israël, la région du Moyen-Orient... par lesquels il se veut porteur de matières à réflexion...
Comments