Eric Zemmour et la judéo-fachosphère

L'écrivain, homme politique et journaliste français Eric Zemmour prenant la parole à la Convention de la droite, à Paris, le samedi 28 septembre 2019. La Convention de la droite, un premier rassemblement de représentants rebelles de la droite dominante et de l'extrême droite. L'un de leurs objectifs est de vaincre les « progressistes » du président centriste Emmanuel Macron. (Photo AP/Michel Euler)
L'écrivain, homme politique et journaliste français Eric Zemmour prenant la parole à la Convention de la droite, à Paris, le samedi 28 septembre 2019. La Convention de la droite, un premier rassemblement de représentants rebelles de la droite dominante et de l'extrême droite. L'un de leurs objectifs est de vaincre les « progressistes » du président centriste Emmanuel Macron. (Photo AP/Michel Euler)

Eric Zemmour révèle-t-il le meilleur ou le pire des Juifs de France ? Ses positions xénophobes et racistes libèrent la parole de beaucoup sur les réseaux sociaux. 

Eric Zemmour fascine une frange de la communauté juive en France et en Israël.

Ces juifs que l’on peut positionner politiquement à la droite de la droite trouvent en Zemmour leur héros / hérault.

S’il arrive à être candidat, ils pourront librement exprimer leur accord avec la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme de ce polémiste.

S’il échoue à se présenter ou à faire un bon score, ils pourront dire que c’est la faute de la gauche / du pouvoir / des antisémites / des médias, la liste n’est jamais exhaustive…

Un candidat juif leur permet maintenant de clamer publiquement ce qu’ils appréciaient chez Jean-Marie le Pen et sa fille Marine. Mais ils sentaient trop le soufre pour pouvoir s’en déclarer solidaire.

Ce fichier photo pris le 30 mars 2012 montre Marine Le Pen (d) embrassée par son père, président honoraire FN, Jean-Marie Le Pen (g) à la fin d’une réunion de campagne à Nice, dans le sud-est de la France. (Crédit : AFP PHOTO / BORIS HORVAT)

Quoique … le groupuscule CJFAI (qui revendiquait 40 000 adhérents) avait rencontré en 2017 Louis Aliot et Gilbert Collard du Front National pour jeter un pont entre la communauté juive et le FN.

Le site Dreuz « media chrétien américain francophone, conservateur et pro-
israélien » parlait alors de rencontre historique. La LDJ embrayait et Europe-Israël exultait. En 2017, Dreuz annonçait la victoire de Marine Le Pen avant les résultats officiels.

Aujourd’hui, Dreuz est classé 4eme site conspirationniste parmi les plus visités en 2020, et fait officiellement campagne pour Zemmour.

Cette galaxie de sites juifs d’extrême-droite a ses cibles favorites : la gauche française et israélienne, les musulmans, le gouvernement Bennett/Lapid, les Démocrates Américains et Emmanuel Macron. Ils ont leur héros : Trump, Bibi Netanyahou, évidemment Zemmour, Le Pen, Collard, etc.

Un avocat célèbre, Goldnadel, est un de leurs complices favoris. Lui qui a toujours voulu imposer Marine Le Pen aux Juifs de France, s’est associé avec Jean Messiha rédacteur du programme du FN en 2017. Il a défendu Florian Philippot, le patron des Patriotes et leader des Antivax.

Peu importe à cette judeo-fachosphére que Zemmour soit l’allié objectif de Marine Le Pen ou son concurrent.

Rappelons l’ex-filtration de Marine le Pen par la LDJ lors de la marche blanche pour Mireille Knoll z’’l en 2018. Ou que le programme de Marine le Pen en 2017 prônait l’interdiction de l’abattage rituel, des subventions aux associations communautaires ou le port de signes extérieurs religieux comme la kippa. Laquelle est vue comme un « selfie religieux » qui favorise l’antisémitisme par Zemmour dans sa chronique sur RTL.

Un Juif qui vante le massacre de Juifs Algériens par le général Bugeaud, qui accuse de traîtres les juifs enterrés en Israël, qui voit en Pétain un sauveur de juifs, en Papon un simple exécuteur des ordres de son gouvernement, mais quel bel exemple !

Maurice Papon. (Crédit : Capture d’écran INA)

Un Juif qui n’a jamais participé à aucune manifestation ou action contre l’antisémitisme, contre une guerre des terroristes palestiniens contre Israël, qui n’avoue d’ailleurs ne pas être sioniste. Mais quel candidat extraordinaire !

Mais comment BHL dont on sait l’engagement auprès de la communauté juive et d’Israël peut-il même oser critiquer ce si bon Français (pas de souche) qu’est Zemmour ?

Comment peut-on légitimer le maintien des lois mémorielles que combat Zemmour depuis sa condamnation pour racisme ? Ces lois qui permettent de lutter contre le révisionnisme, l’antisémitisme de Le Pen, Soral, Dieudonné, Siné, sont des lois contre la liberté d’expression de la parole d’extrême-droite.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce week-end, Zemmour en meeting électoral, euh pardon en promo pour son livre, a demandé à museler les contre-pouvoirs de la justice, des médias et des minorités !

Ces groupuscules, plus actifs sur Internet et les réseaux sociaux que dans la rue et l’action politique réelle ont une autre bête noire : la gauche, responsable de l’islamisation de la France et en particulier François Mitterrand.

Mitterrand avait une face trouble et détestable avec ses amitiés avec René Bousquet, collaborateur pétainiste et c’est une honte pour un homme qui s’est vanté de résistance. L’ancien président a aussi protégé Yasser Arafat en 1982 lorsqu’il était encerclé par Ariel Sharon à Beyrouth.

Mais Mitterrand a aussi été largement plébiscité par les Juifs de France qui ont voulu chasser VGE de l’Elysée car il avait refusé d’interrompre sa partie de chasse lors de l’attentat de Copernic, ni de corriger son Premier ministre Raymond Barre sur les Français innocents blessés et des Juifs visés, et pour son refus d’aller en Israël.

Scène de l’attentat contre la synagogue de la rue de Copernic, à Paris, en 1980. (Crédit : AFP)

Le 5 juin 1981, dès son arrivée au pouvoir, et malgré son opposition à la politique du gouvernement israélien de l’époque, il annula la honteuse directive du 5 mai 1980 par laquelle la France acceptait de se soumettre au boycott arabe. Il fut le premier président de la Ve République à se rendre en Israël et le premier à aller aux commémorations de la Rafle du Vél d’Hiv. Menahem Begin l’appelait son « très cher ami ».

Les Socialistes d’aujourd’hui et la Gauche d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier. Il faut rendre hommage à Lionel Jospin caillassé à Bir Zeit en février 2000 pour avoir qualifié les attaques du Hezbollah de terroristes ou à Manuel Valls qui a été le premier à assimiler anti-sionisme à antisémitisme.

Zemmour, cher à cette judéo-fachosphère, parle de Valls comme influencé par son ex-femme juive. Il reproche aux Klarsfeld de se servir de la Shoah pour imposer une pensée unique dans son chapitre consacré à la défense de Maurice Papon dans son dernier livre.

L’extrême-gauche ne doit pas être oubliée dans notre combat contre les populismes : sa défense des islamistes, « pardonnés » pour combattre l’oppression contre les musulmans, la lutte du « progressisme » palestinien contre l’impérialisme israélo-américain, le boycott contre Israël et la défense du BDS sont une des faces d’un antisémitisme caché sous le masque de l’anti-sionisme.

La haine anti-musulmane de l’extrême-droite ne peut que servir les intérêts des islamistes. Monter la haine contre les musulmans, sans distinguer entre ceux qui veulent s’intégrer dans la République et ceux qui la combattent, pousse à la rébellion et à l’extrémisme contre la France et ses gouvernements.

Gilbert Collard, eurodéputé du Rassemblement national, au micro d’Europe 1, le 12 novembre 2019. (Crédit : capture d’écran Europe 1 / YouTube)

Elle a aussi un effet de ricochet contre les Juifs : les signes religieux, les écoles, les associations, même respectant le France et ses lois, on l’a vu en 2012 dans le programme de Marine Le Pen. Gilbert Collard applaudi par une petite partie des Juifs de France pour son plaidoyer envers Israël a approuvé et diffusé la parole FN contre le port de la kippa et la shehita.

Ne nous trompons pas de combat ! Soutenir Zemmour ou Marine le Pen ou Marion Maréchal Le Pen dans le futur n’apportera pas de solution aux Juifs de France. Ils ne seront pas en premier rideau mais ils seront juste derrière.

Zemmour l’a bien écrit lorsqu’il insulte la mémoire des juifs assassinés enterrés en Israël, les Halimi, Sandler, Monsonégo ou ceux qui ont choisi d’accomplir la mitzvah de vivre ou mourir dans le pays des ancêtres de Zemmour, Eretz Israël.

Le Premier ministre français Manuel Valls (C) visite les tombes de Jonathan, Arie et Gabriel Sandler, qui ont été tués en mars 2012 dans une attaque terroriste contre une école juive dans la ville française de Toulouse, au cimetière de Givat Shaul à Jérusalem le 23 mai 2016. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
à propos de l'auteur
Militant communautaire depuis son adolescence. Président ou élu de plusieurs associations juives. Toulousain de naissance et Parisien d'adoption. Passionné de réseaux sociaux et de communication. Influenceur judéo-provocateur
Comments