Eden Hélène Chouraki
Biographe, écrivain fantôme

Eric Zemmour et la Femme

Pour la forme du discours :

“Il y a un principe bon qui crée l’ordre, la lumière et l’homme. Il y a un principe mauvais qui crée le chaos, les ténèbres et la femme.” Pythagore
“Elle est bien moins forte que l’homme, moins grande, moins capable de longs travaux” Voltaire
“Toute femme a sa fortune entre ses jambes.” Balzac
“Aimer les femmes intelligentes est un plaisir de pédéraste.” Baudelaire
“La femme est une surface qui imite la profondeur.” « Tu vas voir les femmes  » N’oublie pas ton fouet ! » Nietzsche
“J’ai souvent envie de demander aux femmes par quoi elles remplacent l’intelligence.” Alain
“Les femmes sont les instruments interchangeables d’un plaisir toujours identique.” Proust

Il est des textes ou de grands penseurs se montrent occasionnellement plus dialecticiens que péripatéticiens.

Il en va ainsi d’Éric Zemmour qui se présente parfois moins philosophe que rhétoriqueur. Rappelons que l’objectif du philosophe est de chercher l’idéel, la vérité, de juger et le vrai du faux, de dire le juste et l’injuste. En stimulant la raison, il habite le fond même du discours. Quant au rhétoriqueur, il s’attache davantage à l’expression, à la forme, au texte qu’il met en perspective. Il joue de la langue, cherche le slogan, le choc, le graffitis sonore, l’angle qui fera réagir. Son objectif étant moins de taquiner la cervelle que de titiller les sensibilités. Le message doit passer. S’il arrive à l’effervescent et parfois même, brutal, Éric Zemmour de déraper, ses embuscades ne sont que symboliques. A son crédit, et parce que la rhétorique à ses lois, il dédaigne l’insulte ad hominem, la menace, la vulgarité donc l’ennui. Son trait épais et ses sentences, véritables osoto gari, déséquilibrent et fauchent l’adversaire. Si le polémiste est le Pierre Terouanne, le maitre Shaolin de l’électrochoc verbal, sa torgnole n’est qu’intellectuelle, jamais militaire. Rappelons que le mot comme le geste esthétique sont des catharsis, des sublimations purificatrices.

Dans cette guerre, les orateurs comme les artistes, en purgeant les passions de l’humanité, lui évitent de sortir les armes. Éric Zemmour est un résistant et son ennemi à abattre est l’ostracisation de la France. Or la Cancel Culture qui est à l’islam ce que le Hamas est aux Frères musulmans, s’attache avec un enthousiasme malsain à effacer la mémoire des Français. C’est à coups de symboles qu’Éric Zemmour réveille son pays anesthésié depuis cinquante ans. Le malade se relève, se remet au dialogue. Les portes de la grande Yéchiva de France s’ouvrent. Jérusalem peut à nouveau se mesurer à son pantagruélique contradicteur, Paris. Enfin Israël retrouve son frère Essav. Enfin les logiciels vont pouvoir s’affronter en Paix.

Pour le fond du discours :

Extrait « Adam et Eve au-delà du Bien et du Mal » (2014)

« Les différences génétiques entre le cerveau des hommes et celui des femmes sont dues en plus grande partie aux stimulations de l’environnement socioculturel et chacun est d’accord sur ce point. La formidable plasticité de nos 100 milliards de neurones est justifiée davantage par le circonstanciel que par le biologique. Cela implique que les différences entre les individus d’un même sexe sont souvent plus importantes que celles que l’on trouve entre les hommes et les femmes. Ce ne sera pas Simone de Beauvoir qui nous contredira. Cela dit, si plus de 99 % du génome mâle et femelle est identique, le 1 % qui nous différencie, a des répercussions inimaginables sur l’ensemble du système nerveux. Il modifie notre perception des évènements de la vie, nos choix par rapport au groupe ou aux individus que l’on est amenés à croiser sur notre chemin, bref, il touche tout le domaine de la psychologie. Ce tout petit pourcentage interfère de manière considérable sur la sphère de nos sentiments et celle de nos émotions. Il agit donc sur notre façon d’appréhender tout ce qui a trait au plaisir et à la souffrance. Le panorama est immense et la panoplie de ses ramifications dans la vie de tous les jours l’est tout autant. Ce minuscule écart neuronal a des répercus­sions absolument capitales sur le quotidien de chacun. Autant dire qu’il change la face du monde.

Ce petit 1 % contrôle les fonctions de reproduction, les systèmes hormonaux, les androgènes, testosté­rones chez l’homme et œstrogènes, progestérones chez la femme. Il gère donc les comportements sexuels avec la panoplie de leurs conséquences dans l’ordinaire. Parler, bouger, aimer, gagner de l’argent, haïr… cela à quelque chose à voir avec la sexualité. Aujourd’hui, presque cinquante ans après Mai 68, on ne peut plus nier que l’organisme produit des systèmes de valeurs qui engendrent des comporte­ments, attitudes, symbolisations et significations qui se développent différemment en fonction de l’identité sexuée…. »

à propos de l'auteur
Je suis une femme de l’être. J’ai toujours aimé jouer aux mots. Alors évidemment, ça fertilise. Je traîne dans mon sillage quelques graines de culture. D’autant plus qu’après l’université j’ai, pendant trois ans, exploré le Louvre, les musées Guimet et Cernuschi en vue d’un certain diplôme qui n’a jamais servi que ma fibre poétique : « Spécialiste en poteries et porcelaines chinoises » !?! Plutôt qu’à la dynastie des Yuan, quand bien même je soupçonne mes petites filles d’avoir quelques affinités avec l’esprit des steppes, je donne ma préférence aux personnes qui, voulant raconter ou se raconter, ont d’autres atouts en main. Elles n’ont qu’un signe à me faire et je deviens plume ou écrivain fantôme.
Comments