Ebrahim Raissi et l’héritage Khomeyniste

Le nouveau président iranien élu, Ebrahim Raisi, s'exprime lors d'une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le lundi 21 juin 2021. (AP Photo/Vahid Salemi)
Le nouveau président iranien élu, Ebrahim Raisi, s'exprime lors d'une conférence de presse à Téhéran, en Iran, le lundi 21 juin 2021. (AP Photo/Vahid Salemi)

Chronique diffusée sur Radio J

On peut dire que l’élection à la Présidence iranienne de Ebrahim Raïssi a été téléguidée, tellement son mentor, le Guide Suprême Ali Khamenei y a joué un rôle majeur. L’homme, qui porte le turban noir ides descendants du prophète a des compétences religieuses incertaines. Il a exercé le métier de juge et est accusé de crimes contre l’humanité.

C’est probablement un opportuniste sans état d’âme, mais c’est dans le khomeynisme qu’il faut chercher des clefs de son sinistre comportement.

Alors en exil en Irak, l’ayatollah Khomeyni avait écrit en 1969 « le Gouvernement islamique», un livre qu’ il a scrupuleusement appliqué après son retour triomphal en Iran, 10 ans plus tard.

Quelques extraits de ce livre éclairent le fonctionnement mental des dirigeants iraniens et, au-delà, de tous les islamistes

Pour rappel, Khomeyni n’est qu’un religieux chiite de Nadjaf chassé d’Iran depuis six ans…

« Le gouvernement islamique est constitutionnel et démocratique. Mais dans cette démocratie, les lois ne dépendent pas de la volonté du peuple, mais de la loi du Coran et de la Sunna du Prophète. La Sharia couvre toutes les affaires humaines, elle est éternelle et toute autre loi est à rejeter.

Dieu n’a pas désigné une personne particulière pour former ce gouvernement, mais il a voulu que la connaissance parfaite de la loi, caractéristique des gouvernements islamiques jusqu’au douzième Imam, soit perpétuée: elle se retrouve chez de nombreux experts religieux de notre époque.

Si ceux-ci désignent un homme compétent pour fonder un gouvernement islamique, cet homme sera investi par le Tout-Puissant. Dieu voudra que le peuple obéisse à cet homme.

Certes, il n’aura pas des vertus personnelles égales à celles du Prophète ou de Ali, mais cela n’enlève rien à son autorité. Donc, tous les pouvoirs confiés au Prophète le seront aussi au gouvernement islamique de notre époque.

Ceux qui prétendent que la religion doit être séparée de la politique disent des aberrations inventées par les impérialistes pour écarter le clergé et avoir les mains libres pour piller les richesses des peuples musulmans.

Pour rappel, c’est là le fameux Velayat-e Faqih, le gouvernement du sage, marque de fabrique de Khomeyni. En fait, la majorité des dignitaires chiites considéraient qu’ils n’avaient pas à gérer politiquement la cité. Khomeyni se débarrassera de façon impitoyable de ceux qui ne suivront pas son opinion.

S’il déclare la guerre sainte pour établir la loi coranique d’un bout à l’autre de la Terre, chacun devra se porter volontaire.

Pour rappel, la guerre sainte est dans l’horizon de notre époque

Si les lois de l’Islam étaient appliquées, on déracinerait les injustices et les immoralités. Il faut châtier par la loi du talion : couper la main du voleur, tuer l’assassin, flageller les adultères. Les scrupules dits « humanitaires » sont enfantins. Un juge connaissant les lois coraniques peut rendre la justice dans n’importe quel cas et régler en un seul jour vingt procès différents, quand la justice occidentale mettrait plusieurs années.

Pour rappel, Raissi fut un bon élève…

Les impérialistes étrangers sont à l’affut pour corrompre nos jeunes. Les Juifs essaient de dominer le monde.

Pour rappel, Khomeyni a beaucoup écouté dans sa jeunesse la propagande nazie alors diffusée en Iran 

Les efforts de nos ennemis vont si loin qu’il faut utiliser la dissimulation (la taqiyya) pour nous défendre contre eux.

Pour rappel, un mensonge n’en est pas un s’il est utile à la cause…

Le refus du voile, l’usage du chapeau occidental, les écoles mixtes et la musique qui engendre l’immoralité et étouffe le courage, sont contre la loi de Dieu et du Prophète. »

Voilà ce qu’avait écrit celui que la république giscardienne, qui lui a accordé l’asile politique, considérait comme un rêveur inoffensif et que des intellectuels du calibre de Sartre et de Foucault, considéraient comme un religieux respectable car anti-impérialiste.

Ce livre est le manuel de l’islamisme radical iranien. Il faudra peu de chose pour l’adapter au sunnisme.

Il en faudra beaucoup plus pour ouvrir les yeux de ceux qui ne veulent pas voir qu’il n’y a pas de compromis fiable avec le khomeynisme.

Dr Richard Prasquier

Président d’honneur du Keren Hayessod France

à propos de l'auteur
Depuis sa création en 1920, et à partir de 1948 en partenariat avec Israël, le Keren Hayessod, a joué le rôle principal dans la construction et le développement du pays, dans le sauvetage et l’intégration des Juifs nouveaux immigrants, ainsi que dans la lutte contre la fracture sociale. Seule organisation de collecte de fonds qui fonctionne en vertu d’une loi votée par la Knesset en janvier 1956, de nombreux projets ont été menés, tels que l’organisation de l'alyah de millions de olims et leur intégration, la mise en place de centaines de programmes sociaux, éducatifs et culturels innovants destinés aux populations défavorisées, mais aussi le renforcement de l’identité juive de milliers de jeunes en diaspora, à travers des programmes tels que Massa, Taglit ou Bac Bleu Blanc. Le Keren Hayessod existe dans 45 pays du monde et a œuvré en France sous le nom d'Appel Unifié Juif de France jusqu'en 2013. Depuis octobre 2013, le Keren Hayessod existe de façon autonome. Présidé par le Dr Richard Prasquier jusqu'en janvier 2020, il est aujourd'hui présidé par Judith Oks et Dan Serfaty.
Comments